Il recharge sa voiture électrique, et finit en prison

Le quotidien des conducteurs de voitures électriques n’est vraiment pas simple. La problématique de la recharge n’est pas encore réglée, que ce soit en Europe ou aux États-Unis. Un habitant de l’État de Géorgie en a d’ailleurs fait les frais. Kaveh Kamooneh, propriétaire d’une Nissan Leaf, attendait que le cours de Tennis de son fils prenne fin dans une école proche d’Atlanta. Pendant ce temps, il a branché son automobile à l’une des prises à proximité.

Sauf qu’à son retour, un policier se tenait à côté de son véhicule. Sans autorisation de la part de l’école d’utiliser cette prise, le propriétaire est alors accusé de vol d’électricité, mais est libre de repartir. Plusieurs jours plus tard, l’homme est arrêté à son domicile par la police, qui le place alors en détention dans la prison du comté de Delkalb, pendant 15 heures.

L’agent de police Ernesto Ford, qui a découvert la voiture, a en effet décidé de poursuivre le conducteur pour vol, après que les enquêteurs ont déterminé qu’il n’a pas obtenu l’autorisation de se servir de la prise de courant. Selon Kaveh Kamooneh, les 20 minutes d’électricité ne représenteraient que 5 cents, mais le policier est formel : « un vol est un vol ». L’accusé compte bien se défendre, comparant son geste à celui de brancher un téléphone à une prise… Pas sûr toutefois que ce soit la meilleure défense.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • Smarco10
    Je peux aussi comprendre que l'on veuille faire un exemple mais un exemple doit etre bien choisit pour etre efficace or je ne pense pas qu'ici le vol soit intentionnel ou premedite. Le pardon est le plus souvent une meilleur solution que la punition.
    1
  • Rorothermidor
    Bonjour,
    Ne s'agirait-il pas d'un simple et banal excès de zèle ? Les policiers aux Etats Unis ne font vraiment pas de quartiers et ça donne des situations plutôt équivoques comme celle-ci.

    Le pire c'est que ce n'est même pas l'école qui a déposé plainte mais le policier. Il devient donc juge et parti ce qui pose à mon sens un gros problème d'étique. Je pense même que l'école, en apprenant la nouvelle, a très certainement voulu jeter l'éponge et ne pas donner de suites mais, une fois de plus, l'abus de pouvoir a engendré une enquête onéreuse qui se solde finalement par une nouvelle procédure, ce n'est pas comme si les tribunaux étaient déjà bien engorgés... N'est ce pas ?

    Donc pour moi, c'est au directeur de l'école en question qu'il convenait de déposer plainte ou de demander une participation au propriétaire de la voiture qui aurait sans doute donné plus que les 5 cents qu'il a consommé. EN bref, ils ont l'art de monter en épingle la plus petite broutille ces amerloques au point que ça en devient risible.

    Et pendant ce temps là, on se fait voler des milliards par les grosses multinationales qui font des marges exorbitantes sur tout ce qu'ils vendent.
    2
  • HerveS@idn
    Le monsieur peut donc faire un procès à l'état, car pendant ces 15 heures ou il a été emprisonné, il a un manque à gagner de combien ?
    0