Les voitures autonomes vont-elles augmenter la pollution ?

Les voitures autonomes sont un sujet particulièrement en vogue ces derniers temps. Pressenti comme le moyen de transport du futur, plusieurs avantages en sont attendus, à commencer par un effet bénéfique sur le nombre d’accidents et par conséquent, sur la mortalité routière. Mais tout le monde n’y voit pas que du bien. Le FBI pointait du doigt récemment les risques en terme de sécurité de ces automobiles, qui pourraient faciliter la vie aux criminels. Mais les forces de l’ordre américaines ne sont pas les seuls à être sceptiques. 

Lire : Pour le FBI les voitures autonomes sont surtout un danger

Ken Laberteaux, ingénieur chez Toyota, l’un des constructeurs automobiles qui développent actuellement une solution d’automatisation, a exprimé ses inquiétudes quant à la technologie. Plutôt que d’y voir un moyen de réduire la pollution par exemple, l’expert craint l’effet inverse à cause du confort apporté : « l’histoire des États-Unis nous montre qu’à chaque fois que l’on rend la conduite plus aisée, il semble y avoir un désir irrépressible de vivre plus loin des choses ».

En fluidifiant la circulation, les voitures autonomes pourraient alors permettre à ses passagers d’habiter plus loin des villes, sans craindre de perdre du temps dans les bouchons comme c’est le cas actuellement. Ainsi de plus en plus de personnes pourraient adopter ce mode de transport, augmentant mécaniquement les rejets en terme de CO2. Ces inquiétudes sont visiblement partagées par les équipes d’ingénieur, puisque le constructeur nippon communique sur une volonté de mettre au point des outils afin d’assister encore plus le conducteur, à l’instar d’un copilote, plutôt que de créer des voitures sans conducteurs.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire