Des vols de téléphones portables souvent imaginaires

Les téléphones portables volés en région parisienne sont toujours aussi nombreux, selon la préfecture de police de Paris. Problème : cette même préfecture indique qu’un tiers des plaintes pour vol de portables « avec violence » seraient tout simplement faux.

Des vols pour abuser de l'assurance

Il est de plus en plus courant que les opérateurs mobiles proposent à leurs abonnés une assurance, qui couvre en général les « vols avec violence ». Ce motif de vol est celui qui est le plus souvent enregistré en cas de plainte, qui étaient au nombre de 1600 cette année. Mais pour la police, un tiers des plaignants déposeraient de fausses déclarations dans le but de profiter de l'assurance proposée par leur opérateur.

« Certains déclarent qu’on leur a extorqué leur portable en les menaçant, par exemple, avec un couteau, alors qu’ils l’ont tout simplement perdu ou cassé », explique-t-on chez un opérateur mobile. Il est toujours bien difficile de discerner la fraude de l’agression réelle, même si chaque plainte de ce type entraîne automatiquement une enquête de la part d’un des dix fonctionnaires du service d’investigations transversales de la préfecture de police de Paris. D’un point de vue juridique, la dénonciation de crime imaginaire est un délit au même titre que l’escroquerie à l’assurance.