Watch : la montre connectée d'Apple voit triple

La Watch chez ColetteLa Watch chez ColetteMise à jour du 30/09/12
Le 9 septembre dernier, Tim Cook terminait sa keynote par l’annonce d’une nouvelle gamme de produits : la Watch. Si les iPhone 6 et 6 Plus, présentés le même jour, sont déjà disponibles, la montre connectée d’Apple ne doit pas arriver sur le marché avant 2015.

Mais ce calendrier n’empêche pas la marque d’exposer dès maintenant la Watch. Pour cela, c’est Paris qui a été choisi. Pour l’écrin, Apple a jeté son dévolu sur Colette, magasin situé rue Saint-Honoré, dans le premier arrondissement de la capitale. La Watch s’y arroge une vitrine aujourd’hui et seulement aujourd’hui. Une seule journée de visibilité en pleine fashion week parisienne. Apple et ses designers, Jony Ive et Marc Newson en tête, sont venus prendre la température auprès des clients potentiels, gravitant autour de l’univers geek et de la mode.

Article originel du 10 septembre 2014

WatchWatch« One More Thing ». Le gimmick des keynote d’Apple est plus que jamais d’actualité. Après avoir dévoilé les iPhone 6, Tim Cook l’a utilisé pour lancer la présentation de Watch, la première montre connectée de la firme de Cupertino.

iWatch ou iTime, tout le monde s’était trompé. Elle existe bel et bien cette montre Apple, mais elle se nomme sobrement Watch. En plus de cela, elle n’est pas ronde, mais carrée. Comme à son habitude, Apple peaufine son produit en détail. Il est ainsi le premier à penser aux petits poignets. Alors que les G Watch R et Moto 360 se tirent la bourre sous Android Wear avec des design trop imposants pour certains consommateurs, la Watch se décline en deux tailles pour correspondre au maximum de morphologies. 38 mm ou 42 mm, le boîtier de cette montre connectée s’adapte. Capteur cardiaque de la WatchCapteur cardiaque de la Watch

Non pas une, mais trois montres

Serrant de très près les codes de l’horlogerie traditionnelle, Apple mise beaucoup sur le design de sa montre. Au même titre qu’une Piaget Altiplano n’est pas la montre indiquée en plongée, la Watch se devait d’être déclinée en plusieurs modèles afin de convenir au maximum d’utilisateurs. C’est pourquoi ce n’est pas une, mais trois gammes de montres Apple qui sont apparues hier soir. La Watch forme la base avec un boîtier en acier inoxydable forgé à froid et donc plus résistant aux atteintes du temps. Cette Watch est disponible avec des bracelets en fluoroélastomère (plus souple et confortable que le caoutchouc), cuir ou métal. Différentes couleurs et sous-modèles de bracelets sont disponibles.WatchWatchIl en va de même pour la Watch Edition, la version haut de gamme de la smartwatch d’Apple. Cette collection luxueuse arbore des boîtiers en or jaune ou rose de 18 carats. Seuls les bracelets métalliques ne font partie de cette gamme d’élite qui partage également un verre saphir avec la Watch.Watch EditionWatch EditionLa troisième montre est dédiée au Sport. C’est d’ailleurs son sous-titre. La Watch Sport offre un boîtier tout à fait différent des deux autres puisqu’il est conçu en aluminium anodisé. Plus léger de 30% par rapport au modèle de base, il est enrichi par un verre Ion-X, lui-même plus aérien qu’un verre saphir tout en restant résistant aux chocs et aux rayures. L’objectif d’Apple avec cette gamme est de donner un maximum de technologies aux sportifs sans les encombrer d’un accessoire pesant. En ce sens, elle n’est proposée qu’avec des bracelets « Sport » en fluoroélastomère.Watch SportWatch SportVous l’aurez compris, Apple a chois d’attaquer fort le marché des montres connectées en lui donnant ce que ses concurrents ont négligé : du choix au consommateur. Accessoire de mode, objet personnel, une montre se doit de correspondre à son porteur et ne peut être sans identité comme un téléphone ou une tablette. C’est le message que semble vouloir faire passer Apple.

La couronne digitale, le lien horloger

C’est aussi en ce sens qu’il intègre à sa Watch une molette qui n’est pas sans rappeler la couronne des montres traditionnelles. C’est d’ailleurs une couronne digitale, comme le précise Apple, un nouveau mode d’interaction. Son but premier est d’agrandir le contenu affiché sur l’écran tactile. Il s’agit également d’un bouton qui offre les mêmes services que le bouton Home d’un iPhone ou d’un iPad. Intelligemment pensée, cette molette présente toutefois un inconvénient, elle est inadaptée à ceux qui portent leurs montres au poignet droit. En cause, sa position sur la Watch puisqu’elle est installée sur la partie droite du boîtier. Si son accès est aisé sur un poignet gauche, il est quasi impossible sur l’autre. Il faut alors la faire pivoter à 180° pour inverser la position de la couronne.La couronne digitale de la Watch permet de zoomer, par exemple.La couronne digitale de la Watch permet de zoomer, par exemple.

Force Touch : un écran réactif à la pression

L’écran de la Watch est bien évidemment un autre élément important. Tactile, il répond également à la pression grâce à la technologie Force Touch qui fait la différence entre le toucher et l’appui du doigt. Cette nouvelle donnée permet de multiplier d’autant plus les interactions. En effleurant la montre, on peut ainsi avoir accès à un menu contextuel alors qu’une pression plus forte ouvrira le menu des fonds d’écran.

Ces thèmes d’écran sont d’ailleurs mieux étudiés que sur les modèles Android Wear puisqu’ils sont modulables. On peut tout à fait ajouter à l’horloge différents fuseaux horaires, un chronomètre, ses notifications, un réveil ou encore son suivi de performances.L'écran est réactif à la pression.L'écran est réactif à la pression.

Dépendante de l'iPhone

Ces performances physiques sont un autre point clé de la Watch. Pour gérer cette partie, Apple a installé dans le boîtier de sa montre un capteur cardiaque composé de diodes LED infrarouges et de photodiodes. Couplé à un accéléromètre et au GPS de l’iPhone, il permet de tenir informé le porteur de la Watch de l’état de son activité sportive. Vous avez bien lu, on parle bien ici du GPS de l’iPhone. La Watch n’en est pas équipée, ni même dans sa version Sport. Aussi, en footing ou à vélo, il faudra toujours avoir son téléphone avec soi pour que le suivi de l’activité physique soit optimal et utile. Une faute de la part d’Apple qui aurait dû rendre sa montre autonome pour ce type de cas.Le GPS de la Watch, c'est l'iPhone.Le GPS de la Watch, c'est l'iPhone.

Le WatchKit pour les développeurs

Côté applications, Apple en a présenté une quinzaine dont Plans, Passbook, Météo, Siri, etc. Tous ces portages d’applications iOS seront bientôt suivis par une ribambelle d’autres applications de l’AppStore adaptées via WatchKit, le kit de développement de la Watch. Toutes se retrouvent sur le menu principal de la montre. Pour lui, Apple a laissé tomber les icônes et s’est concentré sur une disposition en un nuage de bulles dont la manipulation semble intuitive.Une page d'accueil disposée en bulles.Une page d'accueil disposée en bulles.

Des gestes simples pour communiquer

Outre les applications, la Watch est un appareil communiquant. Elle permet d’envoyer des messages textes, mais aussi audio avec Walkie-Talkie ou des dessins avec Sketch ou encore une forme de poke physique avec Tap. Apple parle d’une nouvelle forme de langage plus rapide et concise. On n’est pas loin du Yo tout de même.SketchSketchEnfin, si Apple n’a rien dit quant à l’autonomie de sa Watch, on connaît au moins son moyen de charge. Il reprend le même système MagSafe des MacBook, soit un dispositif aimanté qui vient de coller à l’arrière de la montre. Le MagSafe des MacBook est adapté.Le MagSafe des MacBook est adapté.La présentation de la Watch s’est terminée par son prix et sa disponibilité. Tim Cook a ainsi parlé de début 2015 pour sa sortie. Quant au prix, il débutera à partir de 349 dollars, soit 100 dollars de plus que la Moto 360 et 50 dollars de plus que la G Watch R de LG.

Smartwatch : comment choisir sa montre connectée ?

WatchWatch

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire