Les WC du futur recyclent l'urine

L’université britannique Cranfield a mis au point un nouveau type de cabinet de toilette. Il fonctionnera sans eau, éliminera les mauvaises odeurs et surtout, produira de l’eau recyclée.

En utilisant des nano-membranes, les chercheurs de l’université ont construit un WC sans fosse septique ni égout. Dans un premier temps, ce nouveau cabinet sépare les urines et les excréments grâce à un système rotatif. Ils sont ensuite stockés dans des compartiments étanches et imperméables.

Par la suite, des membranes extrêmement fines (de l’ordre du nanomètre, la distance entre deux atomes) filtreront l’eau et assureront une épuration parfaite en la gazéifiant, un procédé qui éliminera tous les agents pathogènes. Après un passage dans un système ressemblant à des perles, l’eau redeviendra liquide.

Cette eau recyclée pourra être utilisée à diverses tâches comme l’arrosage des plantes ou le lavage de la maison. De leur côté, les déchets solides seront stockés dans un réservoir et une bonne couche de paraffine empêchera les mauvaises odeurs. Ce réservoir nécessite une vidange hebdomadaire.

Les chercheurs estiment que les toilettes du futur ne couteront que 0,05 $ par jour. En effet, les déchets solides pourront être revendus en tant que fertilisants.

L’université de Cranfield s’est lancé dans ce projet suite à l’appel de la fondation Bill et Melinda Gates visant à améliorer l’accès aux toilettes dans les zones ne disposant pas d’eau courante. L’agence Reuters avance que les tests sur terrain seront réalisés cette année.

Toilette nanomembrane université Cranfield

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire