La Fondation Wikimédia porte plainte contre la NSA

La Fondation Wikimédia, qui édite entre autres l’encyclopédie en ligne Wikipédia, est très remontée contre la NSA et la surveillance parfois intrusive que cette dernière a appliqué sur le Net ces dernières années. Cette semaine, la fondation annonce qu’elle a porté plainte aux États-Unis contre l’agence de sécurité pour violation du premier amendement de la Constitution américaine, garantissant la liberté d’expression, et du quatrième amendement, protégeant les citoyens contre les arrestations et enquêtes arbitraires.

La Fondation Wikimédia indique notamment que la NSA a appliqué sa surveillance directement sur les dorsales d’Internet, ces réseaux par lesquels transitent toutes les connexions à plus ou moins longue distance, l’accusant ainsi d’avoir « attaqué le coeur même de la démocratie. C’est en tout cas ce qu’explique Lila Trtikov, directrice exécutive de la fondation, dans un message sur son site. C’est principalement le système nommé « upstream » qui est mis en cause dans cette accusation. Derrière ce nom se cache le programme de collecte de données sur les réseaux par la NSA.

La plainte de la Fondation Wikimédia devrait être déposée conjointement par huit autres organisation de défense de la vie privée, notamment l’American Civil Liberties Union (ACLU). En outre, il pourrait également s’agir de la première plainte jugée recevable contre la NSA : les précédentes ont jusqu’à maintenant toutes été rejetées au motif que les plaignants n’ont pas pu prouver qu’ils étaient bien victimes de surveillance illégale. Pour se prémunir d’un tel rejet, Wikimédia a déjà prévu son arme : un document diffusé par Edward Snowden, l’ancien agent de la NSA à l’origine de l’affaire PRISM, qui détaille explicitement comment Wikipédia et ses utilisateurs ont été la cible de la surveillance de la NSA.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire