3D : quels effets pour vos yeux et votre cerveau ?

Et qu’en est-il du "conflit d’accommodation-convergence" ?

Banks a remarqué que la communauté scientifique porte un certain intérêt au conflit d’accommodation-convergence – un problème de mise au point causé par le mouvement asynchrone des yeux. « Le conflit d’accommodation-convergence est le seul facteur dont nous sommes sûrs qu’il provoque des nausées et des maux de tête. Mais nous ne savons toujours pas vraiment pourquoi. »

Le problème se pose quand les yeux convergent vers un écran de télévision, disons à environ six mètres, alors que les images 3D existent entre quatre mètres cinquante et sept mètres cinquante. Normalement, dans le monde réel, vos yeux effectuent une mise au point entre quatre mètres cinquante, six mètres et sept mètres cinquante. Avec les films 3D cependant, les yeux veulent faire la mise au point à six mètres mais sont contraints de la faire à quatre mètres cinquante et sept mètres cinquante. Ceci perturbe notre système visuel et engendre donc des troubles de l’équilibre.

Banks a également remarqué que lorsqu’un adulte cesse de regarder un film 3D, il peut se trouver légèrement déboussolé une fois dans le monde réel. Des études ont montré que les adultes retrouvaient leur sens de l’orientation au bout de quelques minutes : leur vision redevient ainsi normale. Il faudrait encore un certain nombre de témoignages pour tirer une quelconque conclusion en ce qui concerne les enfants.

 « Il faut garder un œil ouvert sur la 3D. Mais honnêtement, je ne vois actuellement aucune raison de penser qu’elle a des effets néfastes sur le cerveau. »

Même s’il a été démontré que le conflit d’accommodation-convergence provoque effectivement des effets indésirables, il ne semble pas en être l’unique facteur.