Aspire S7 : test du premier Ultrabook tactile d'Acer

Bilan

Après un S3 bien maîtrisé et un S5 surpuissant, Acer lance un Ultrabook haut de gamme qui ne convainc pas complètement.

La suppression de la barre de fonction, l’autonomie moyenne et les quelques défauts d’assemblage s’additionnent malheureusement et pèsent énormément face aux 1400 euros qu’il faut débourser pour le S7. Au final, à l’heure du bilan, on en est à regretter les autres Ultrabooks de la marque taïwanaise.

Si le tactile n’est pas une obligation pour vous, autant vous rabattre sur un Aspire S3 en Ivy Bridge et épargner la différence.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Basilic et Pistou
    Citation:
    On cherche le bouton de mise sous tension quelques secondes avant de s’apercevoir qu’il est en fait niché sur le côté gauche de la machine, à côté de la connectique. Pour l’avoir expérimenté, c’est assez gênant lorsqu’on tient l’ordinateur entre les mains. Dans une telle position, il est presque inévitable de ne pas presser dessus accidentellement et donc de voir l’ordinateur se mettre en veille.


    Vu comme ça, ça me paraît ne pas être un réel problème !! :lol:

    Attention aux doubles négations, un inconvénient peut vite se transformer en avantage !

    Citation:
    L’Aspire S7 remplit bien ce critère imposé par Intel en démarrant en 10 secondes. Attention, le SSD n’est pas le seul fruit de ce démarrage en trombe. Windows 8 y est aussi pour quelque chose.


    J'aurias plutôt dit "L’Aspire S7 remplit bien ce critère imposé par Intel en démarrant en 10 secondes. Attention, ce démarrage en trombe n’est pas le seul fruit du SSD . Windows 8 y est aussi pour quelque chose.
    0