Test : Archos 605, le baladeur multimédia ultime?

Présentation

La cinquième génération des baladeurs numériques d’Archos vient d’accoucher de son premier avatar : le 605 WiFi. Une résolution revue à la hausse (800 x 480 contre 480 x 272), un nouveau design et surtout le support du format Flash d’Adobe viennent garnir le portrait du nouveau PMP (Personal media player) d’Archos. Pour autant, le fer de lance de cette nouvelle gamme est il à la hauteur des espérances qu’il suscite depuis des mois ?

Caractéristiques
Capacité 30 Go
Dimensioons 122 x 82 x 15 mm
Poids 190 g
Autonomie Vidéo : 5 heures, audio : 16 heures
Formats audio MP3, WMA, WAV, AAC, AC3, etc.
Formats vidéo MPEG-4, WMV, Avi, etc.
Formats photo JPEG, BMP, PNG
Ecran TFT LCD 4,3’’, 800 x 480 et 16 millions de couleurs

Design : la sobriété plutôt que l'originalité

En matière de design, le 605 joue à fond la carte de l’ambigüité. Pas franchement atypique, il ne peut être taxé d’un design osé. A l’inverse, il ne berce pas dans le classicisme et se permet des petites folies qui seront autant appréciées que critiquées. Terminés donc l’effet métal brossé ou la couleur unique pour un retour à un style plus classique.

Une chose est sûre : l’Archos 605 aura autant d’aficionados que de détracteurs en matière d’aspect général et de finition. Pour notre part, nous avons apprécié la taille de l’écran (4,3’’), mais aussi le bon compromis taille/poids (122 x 15 x 82 et 190 g). La panoplie de touches sur le côté droit de l’appareil est simple d’accès et son relief recherché la rend agréable à l’usage, même si le fait de l’avoir dissociée du reste par la couleur n’est pas une franche réussite esthétique.

Ensemble compact et solide

Le plastique allié au métal rassure par son impression de solidité tout comme les touches de navigation qui ne sont pas aussi fragiles qu’en apparence. En revanche, le pied dépliant du PMP semble un peu « léger ». Enfin, les vis apparentes sur tous les côtés de l’appareil ne sont pas du meilleur effet et ternissent la finition d’ensemble.

Sur le contour du 605 se trouvent les touches et les ports basiques de l’appareil : mise en route, verrouillage et bascule LCD/TV pour les touches et prise casque audio et connecteur PC pour les ports. A noter, également, la présence de trois voyants lumineux sur le flanc gauche du PMP.

Un départ sérieux

Enfin, l’emplacement des deux haut-parleurs de l’Archos est loin d’être astucieux puisqu’il peut être couvert par le pouce droit lors de la navigation dans les menus.

Dans l’ensemble, le dernier PMP du français Archos offre un design agréable (qui trouvera tout de même des détracteurs) et une finition solide même si quelques détails tels que les vis visibles désavouent l’impression générale. Le tout est solide et soigné à l’image des touches de navigation.

Confort d'utilisation : instinctif et performant

Les premiers pas sur l’Archos réservent quelques surprises : l’interface est vraiment dépouillée au point de dégager une impression de froideur. Les huit options principales (Vidéo, musique, photo, gestion des fichiers, portail média, web, enregistrement et widgets) sont accessibles grâce à un volet dédié et qui plus est animé. Le tout se présente dans un ensemble bicolore (le thème pouvant être choisi dans les options de configuration). Sur la droite de l’écran, la barre d’outils permet d’accéder aux outils avancés (paramètres, Wi-Fi, USB, etc.) On regrettera l’uniformité de l’ensemble qui ne permet pas de distinguer chaque option en un clin d’œil. Enfin, le fond d’écran est lui aussi paramétrable. Il est possible d’y mettre la photo de son choix, mais aussi une capture d’un film grâce à une fonction prévue à cet effet.

Quelques minutes suffisent

Il ne faut que quelques minutes pour comprendre comment l’ensemble fonctionne. Une fois assimilée, la navigation est un jeu d’enfant et les quelques subtilités qu’elle réserve s’acquièrent au bout de quelques heures tout au plus. Aux volets de départ vient s’ajouter une barre de tâches sur le côté droit de l’écran. Celle-ci change en fonction des différentes actions possibles sur chacun des modes.

Deux options s’offrent à l’utilisateur de l’Archos 605 WiFi. Soit une navigation tactile soit à l’aide d’un stylet vendu avec le PMP. Il faut toutefois noter l’appareil n’a pas d’emplacement prévu pour le stylet. Par conséquent, son usage s’en trouve perturbé. C’était prévisible, la navigation au stylet s’avère bien plus précise. Néanmoins, l’écran tactile est plutôt agréable à l’usage.

À suivre...

Au cours de notre test nous n’avons eu à souffrir d’aucune lenteur, la navigation est rapide le contenu des menus s’affiche immédiatement même lorsqu’il est chargé en images. Un retour à la page d’accueil est possible à tout instant grâce à une touche dédiée.

L’Archos 605 marque de précieux points dans son utilisation et son ergonomie. Tout a été pensé pour rendre le PMP agréable aussi bien à la manipulation que lors de la navigation dans les menus.

Le multimédia au rendez-vous

Comme prévu, ce sont bien les fonctionnalités multimédia de l’Archos 605 qui mettent le plus en évidence les évolutions du PMP.

Que ce soit en audio, photo ou vidéo, le constructeur français fait preuve de son savoir-faire aussi bien au niveau de la qualité du rendu, que de sa capacité à lire une majorité de formats de fichiers en toute simplicité.

JPEG, BMP, et PNG sont lus par la visionneuse photo qui réserve des outils de classement par thème et date ainsi qu’un mode diapo pour faire défiler ses clichés.

Musique, photos et vidéos gérées en quelques secondes

Le mode audio est tout aussi bien structuré. Plusieurs entrées sont possibles pour accéder à un fichier musical : choix de l’artiste, de l’album d’un titre, mais aussi du style, de l’année ou de la note qui a été attribuée au morceau.

Informations sur l’album mais aussi aperçu de la pochette de l’album sont disponibles. L’interface utilisateur est tout ce qu’il y a de plus classique. Timer, volume et raccourci vers la chanson précédente ou suivante, répétition du morceau joué font partie du panel de possibilités. Sans oublier les fonctions avancées telles que les réglages qui sont remarquablement mis à disposition de l’utilisateur (balance, égaliseur, ambiance, etc). Plus important encore, l’Archos surprend par sa qualité sonore. Malgré une prédominance des « medium » le rendu est agréable.

Le support du Flash crée l’événement

La fonction vidéo de l’Archos est le point sur lequel les PMP du constructeur français sont attendus. Le 605, grâce au support du Flash, devait relever un défi assez délicat. Le résultat est globalement positif. Au niveau de la qualité d’image le PMP avec sa résolution de 800 x 480 affiche une image nette, parfois un peu pâle, mais généralement très agréable. Son réel défaut se révèle lorsqu’on tente de regarder un film en plein jour. La gestion des reflets est décevante et il faut vraiment des conditions optimales pour profiter pleinement d’une vidéo.

Quant à l’accès aux vidéos, il est aussi simple que les autres fonctions. Un dossier leur est dédié, composé lui-même de plusieurs autres sous-dossiers, en fonction du type de vidéos (divX, VOD, bandes annonces), qu’il est possible de reconfigurer à son goût.

La mauvaise surprise des plug-in

C’est la très mauvaise surprise de l’Archos 605 WiFi. Le PMP est vendu sans toutes ses fonctionnalités multimédia. Pour en profiter pleinement, il faut donc passer par le site du constructeur et télécharger, moyennant un somme qui varie de 20 € à 30 €, les plug-in nécessaires. Trois plug-in sont actuellement disponibles. Deux d’entre eux intègrent les formats H.264 et AAC (audio) ainsi que le support du DVD, du MPEG2 et de l’AC3 (audio). Le dernier plug-in est quasiment essentiel puisqu’il s’agit du « web browser », autrement dit l’outil indispensable pour profiter de la fonction Wi-Fi et d’Internet. Et que dire du dock, indispensable pour la fonction TV et enregistrement du PMP et dont le prix est fixé à 99 € ?

Services web et Internet : satisfaction et espoirs

Après la mauvaise surprise, vient la meilleure. Ce nouvel opus d’Archos vient sans doute de prendre une longueur d’avance sur la concurrence au vu des résultats affichés en termes de navigation sur Internet. Aucune difficulté pour configurer le réseau Wi-Fi. Et la bonne surprise c’est que les paramètres des différents réseaux restent en mémoire. L’utilisateur n’a donc pas besoin de reconfigurer son appareil à chaque changement de connexion.

Une fois sur le net, c’est le navigateur Opéra qui prend le relai et pour un résultat tout aussi convaincant. Les pages s’affichent rapidement (bien plus vite que sur un iPhone par exemple). L’interface d’Opéra offre les mêmes fonctionnalités que votre navigateur classique : favoris, touches précédent/suivant, accueil, etc.) Une fonction de zoom est également présente afin d’améliorer la visibilité des pages. Ensuite, il est très facile de voguer aux quatre points de la page internet en faisant glisser son doigt, ou le stylo sur l’écran tactile.

Le 605 WiFi porte bien son nom

Le téléchargement de vidéos (VOD) est aussi simple d’accès que complet. Les grands noms de la video on demand sont présents (Fnac, TF1, Vodeo, Musicme, etc). Connexion, création de compte et découverte des fonctionnalités se font naturellement. Un outil de recherche est mis à disposition de l’utilisateur ainsi qu’un classement des films proposés selon le genre ou le succès, sur la plupart des sites. Une fois sur le portail, il faudra faire un choix entre une location (pour 48h) et un achat définitif, les prix variant de 4 à 10 € selon l’opération, à la Fnac, par exemple.

Dans l’ensemble, le service est encore trop peu développé. Quelques rares films récents, quelques « collectors », pas vraiment de chefs-d’œuvre du cinéma, à peine digne d’un bon loueur de quartier. Espérons que le développement de la plateforme sera rapide et conséquent.

Une offre de VOD en plein développement

Le téléchargement n’empêche pas l’Archos 605 de fonctionner correctement, plusieurs achats et par conséquent plusieurs « downloads » simultanés sont autorisés. Le temps de téléchargement dépend du débit autorisé par votre FAI et par votre type d’abonnement.

Notre test a mis en évidence une défaillance de l’Archos 605 Wi-Fi. Il est, en effet impossible de se rétracter après avoir créé un compte sur la plateforme VOD (Video on demand) de la Fnac. Par conséquent, impensable de revendre son lecteur multimédia sous peine que l’acheteur passe des commandes de films facturés sur le compte du premier propriétaire. Nous avons signalé ce phénomène à Archos qui serait sur le point de le résoudre.

Qualité d'image et autonomie : Archos assure les minima

Longtemps, le succès d’Archos a reposé sur la réputation du constructeur en matière de qualité d’image. Le 605 WiFi se devait donc de répondre aux attentes du public, voire de surprendre. Dans les faits, la qualité est bien présente.

Bien sûr, elle est en grande partie de la qualité d’encodage des fichiers vidéo, mais en comparaison à des écrans de taille et de résolution identique, le PMP du constructeur français s’en sort avec les honneurs. Malgré tout, il est impossible d’attribuer à l’Archos la note maximale dans ce domaine. La faute d’abord à un rendu d’image un peu terne, quelque fois, mais aussi à son incapacité d’offrir un confort de visionnage au soleil, où les reflets font de sérieux dégâts.

Sans autonomie, point de salut

Ce n’est pas de l’autonomie, mais des autonomies de l’Archos 605 WiFi dont il faudrait parler. Fort logiquement, celles-ci varient en fonction de l’utilisation qui est faite du PMP. Mais quel que soit le cas de figure, L’Archos 605 s’en sort plutôt bien. Sa prestation est surtout notable en mode audio où il assure jusqu’à 16 heures heures d’autonomie. En mode vidéo, la moyenne est légèrement dépassée avec près de 5 heures. Quant à son autonomie en veille, elle serait de 480 heures.

À noter qu’en utilisation audio, l’écran se met en mode économique au bout de 30 secondes d’inactivité. Deux bémols notables, concernant le rechargement de l’appareil, viennent ternir le bilan. D’une part, le rechargement n’est possible que via l’USB, presque inconcevable pour un appareil de substitution de PC portable. Ceci étant, le temps de recharge peut s’avérer très long, un minimum de quatre heures étant nécessaire.

Que ce soit en termes de qualité d’image ou d’autonomie, l’Archos 605 est bien au-dessus de la moyenne, réussissant partout où il est attendu. Cependant, il est impossible de faire l’impasse sur des défauts qui sont du plus mauvais effet, notamment lorsqu’on ambitionne de dominer le marché des lecteurs multimédia.

Verdict : Archos 605 : le PMP ultime?

Le premier représentant de la cinquième génération des lecteurs d’Archos remplit l’essentiel de ses objectifs en étant un PMP complet, simple d’accès et au rendu satisfaisant. La déception est d’autant plus grande lorsqu’on constate les manquements de l’appareil (câble d’alimentation secteur en option à 30 €, absence du HD) ou simplement le recours au plug-in. Néanmoins, l’Archos 605 Wifi devrait marquer de son emprunte un marché des lecteurs multimédia quelque peu morose ces derniers mois.

Archos 605 WiFi
L’emblème de cette cinquième génération de lecteurs multimédia d’Archos répond présent au défi du renouvellement. Le support du format flash, la résolution revue à la hausse et une navigation sur Internet améliorée sont des atouts indéniables. Dès lors il est encore plus rageant de constater certains manquements, parfois des plus basiques, dont le 605 fait preuve et qui ternissent le bilan final.
  • Les plus
  • Les moins
    • Simplicité de prise en main et d’usage
    • Qualité audio et vidéo
    • Le navigation sur Internet
    • Alimentation secteur en option
    • Ne supporte pas les contenus HD
    • L’obligation d’acheter des plug-in et leur prix