Asus Eee Pad Transformer : enfin une vraie tablette sous Android

Honeycomb : Android passe la troisième

Sur Android 3.0, on remarque que l’interface a été remaniée pour fonctionner de manière optimale en mode paysage. Autre changement important, les quatre boutons standards disparaissent pour être déportés sur une barre de quelques pixels en bas de l’écran. Nous n’avons pas été particulièrement convaincus par ce changement. En effet, il limite la résolution verticale exploitable ce qui est un peu dommage vu que le format 16/9 utilisé par les écrans est déjà limité à ce sujet. La barre de notifications migre également pour se loger en bas à droite. Elle permet également d’accéder facilement aux paramètres ou encore à des raccourcis pour couper le WiFi ou verrouiller l’écran.

Pas moins de 5 bureaux sont disponibles et il est facile de les personnaliser en les peuplant de traditionnels raccourcis ou encore de widgets divers. Dans l’ensemble, la personnalisation à été facilitée par l’ajout d’un menu simple à utiliser. Le multitask est également bien géré, notamment grâce à la présence de fenêtres de prévisualisation. Le clavier virtuel est également très bon, même si pour la Transformer Asus à choisi d’utiliser une version maison également très efficace. Pour exploiter son clavier au mieux, le constructeur livre sa tablette avec Polaris, une suite bureautique très correcte et surtout dont l’interface est adaptée aux tablettes.

Lire le test complet chez EreNumérique