http://media.bestofmicro.com/Q/8/564704/original/Batteries-_externes.jpg

Batterie externe : comment choisir ? Laquelle acheter ?

Faut-il craquer pour une batterie externe ?

À chaque déplacement, c’est la même rengaine. Lors de la préparation des bagages, tout le monde y place ses smartphones, tablettes et autres appareils photo et caméras. Très utiles, ces objets du quotidien sont de formidables compagnons tant que leurs accumulateurs ne sont pas dans le rouge. Car c’est bien le problème des appareils nomades, leur usage ne tient qu’à un connecteur : celui de la batterie. Toutes les habitations sont pourvues, comme il se doit, de prises murales bien pratiques, mais qu’en est-il des campings en plein air, des vacanciers en vadrouille ou même du moment où l’on s’aperçoit qu’il ne reste plus que 10% de batterie alors qu’on vient d’arriver sur la plage ? On n’a pas toujours une prise sous la main pour charger ses appareils.

Pour pallier ce désagrément, de nombreuses marques se sont lancées dans la production de batteries externes. Ces blocs à l’allure de disques durs ou de grosses clés USB permettent de charger en toute autonomie toute sorte d’appareils nomades. Qu’est-ce que c’est ? Combien ça coûte ? Peut-on se contenter d’un modèle pas cher ? Au final, quelle batterie externe acheter ?

>>> Lire : Entretenir et optimiser ses batteries

Que faut-il attendre d’une batterie externe ?

Depuis l’arrivée des smartphones, les téléphones ont gagné en fonctionnalités ce qu’ils ont perdu en autonomie. Il devient difficile de ne pas brancher son mobile le soir, avant de se coucher, pour être sûr que le réveil fonctionnera bien le lendemain.

De cet exemple, il devient impensable de partir en week-end ou en vacances sans ses chargeurs. La batterie externe permet de se départir un peu de ces situations angoissantes où l’on sait que la batterie vient de passer en dessous de 10 % d’autonomie. Généralement au moins aussi compacte qu’un téléphone portable, elle  permet de recharger une ou plusieurs fois un smartphone ou une tablette, en fonction de sa capacité électrique.

Une perspective alléchante qui permettrait de ne plus se poser trop de questions quant à l’état de l’autonomie de son smartphone. Encore faut-il que la publicité ne soit pas éloignée de la réalité. Plusieurs modèles existent et tous ne respectent pas les données théoriques.

Nos préférés

Gagnez la Bestek Car Jumper grâce à Tom's Guide !

Jusqu'au 17 mai, Tom's Guide met en jeu une batterie externe de sa sélection. Il s'agit de la Bestek Car Jumper. Ce concours est accessible depuis le compte Twitter de la rédaction (@TomsGuideFR). Pour y participer, il suffit de suivre ce compte et de retweeter le concours. Le 17 mai, un gagnant sera désigné par tirage au sort.

>>> Participez à notre concours sur Twitter

Sont-elles toutes compatibles avec mon appareil ?

Dans une très large majorité, les batteries externes sont compatibles avec les appareils supportant la charge en USB. Smartphones, tablettes et liseuses ne doivent donc pas poser de problème. En revanche, nous avons tenté de brancher une batterie externe sur un appareil photo Panasonic. Ce dernier l'a reconnu comme un support de stockage. Cela dépend donc du matériel à charger. Un iPad, en revanche, ne rechigne pas à accueillir la précieuse énergie distillée par une batterie d’appoint. Côté smartphones, tout est plus simple puisque la majorité des appareils sont compatibles. Pour être sûr de ne pas se tromper, rien ne vaut une vérification sur le site du fabricant.

Charger son ordinateur sans fil

Enfin, depuis peu, on voit fleurir des batteries externes pour ordinateurs portables. La mode étant à la coque unibody sur les Ultrabooks notamment, l’utilisateur n’a plus accès à la batterie, désormais emprisonnée dans le châssis. Aussi, une batterie externe devient-elle un outil intéressant. Elle privilégie le port d’alimentation du PC auquel elle se raccorde via des adaptateurs généralement fournis. Cela lui permet d’outrepasser la limitation des 5V délivrés par l’USB et de grimper jusqu’à des tensions de 12, 14 ou 19 volts, ce qui a un impact direct sur le temps de charge.

Charger son PC en USB Type-C

L’USB Type-C va s’imposer comme nouveau standard sur la plupart des appareils, à commencer par les tablettes, smartphones, ordinateurs et même les casques audio. Compact et réversible, ce connecteur est aussi capable de faire passer suffisamment de courant pour charger un ordinateur portable, de quoi faire gagner de la place aux constructeurs. Le MacBook 12” d’Apple est d’ailleurs la première machine à avoir fait l’impasse sur un connecteur d’alimentation classique, ne s’en remettant qu’à un USB Type-C.

Ainsi, si votre ordinateur dispose d’un tel port et que celui-ci est à même de gérer l’alimentation, vous pouvez acquérir une batterie externe compatible pour le charger en déplacement. Attention tout de même à prendre un modèle d’assez grande capacité afin de remplir convenablement la charge de la batterie du PC. À titre d’exemple, avec une batterie de 20 500 mAh, qui fait partie des plus grandes, un MacBook 12” ne récupère que 70 % de son autonomie.

>>> Lire : USB-C : tout savoir sur la nouvelle connectique

Comment choisir sa batterie externe ?

Le premier élément à prendre en considération est la liste des appareils compatibles mis en avant par le constructeur de la batterie externe. Si son appareil y figure, c’est tout bon. Dans le cas inverse, on peut limiter les incertitudes en comparant le chargeur d’origine de son appareil avec la fiche de la batterie externe. Il suffit d’observer l’intensité des deux appareils pour savoir s’ils fonctionneront ensemble. En général, 1 A suffit pour tous les smartphones. En revanche, disposant de plus gros accumulateurs, les tablettes réclameront plutôt 2 A.

Une question de capacité

Après avoir validé cette étape, il faut encore trouver la batterie qui chargera au mieux son appareil. Pour cela, on s’intéresse à l’énergie de sa batterie et de l’accumulateur externe. Il faut savoir qu'une batterie externe ne délivrera pas toute cette énergie à l'appareil chargé. Une partie sera perdue lors de l'opération. On appelle cela la déperdition énergétique. Elle a tout d'abord lieu lors de la conversion de la tension de la batterie vers l'USB (de 3,7 Volts à 5 Volts) puis de nouveau entre l'USB et l'appareil mobile (de 5 Volts à 3,7 Volts). Ensuite, il faut également prendre en compte la consommation de la batterie elle-même (diodes, composants, etc.). Au final, on perd en moyenne 50 % de sa capacité. Aussi, pour espérer une charge complète, faut-il que la charge électrique de la batterie externe (en mAh) soit plus importante que celle du smartphone ou de la tablette à charger.

Une question de sécurité

Gadget, une batterie externe n’est pas inoffensive. Contenant du lithium-ion, elle est susceptible d’exploser ou de prendre feu. Ces risques sont favorisés par une mauvaise conception qui ne respecte pas les standards fixés par l’Europe. Aussi, est-il indispensable de s’assurer de la présence du logo CE sur la batterie convoitée. Attention aux logos contrefaits. Les fabricants chinois savent que pour vendre un produit en Europe il doit être frappé du sceau CE. Aussi, certains importateurs peu scrupuleux ajoutent eux-mêmes ce logo qui, contrefait, ne certifie en rien la qualité de la batterie.

Un autre logo doit également apparaître. Il s’agit de la marque RoHS. Issue d’une directive européenne, elle vise à limiter l’utilisation de certaines substances dangereuses telles que le plomb, le mercure ou encore le cadmium.

Une tablette + un smartphone = une batterie

Nul besoin d'acheter une batterie pour chacun de ses appareils. Certains constructeurs proposent des modèles disposant de deux sorties USB, chacune étant capable d'en accueillir deux en même temps. En général, d'ailleurs, ils proposent des intensités différentes de 1 A et 2 A afin de charger aussi bien un smartphone qu'une tablette, simultanément.

Temps de charge

La batterie externe est l'accessoire du dernier espoir. On l'utilise lorsque la batterie clignote dans le rouge et que l'on en grignote les précieux derniers pour cent. Aussi, lorsque l'on branche une batterie externe à son téléphone ou sa tablette, tout ce que l'on souhaite c'est que son appareil reprenne rapidement des couleurs. Sur ce terrain, tous les modèles ne se valent pas. Tout dépend de la conception de la batterie et de la qualité de son électronique.

Il en va de même pour le temps de charge de la batterie elle-même. Néanmoins, sur ce point, le moyen de charge est aussi en cause. Le plus souvent livrées sans adaptateur secteur, elles sont vouées à échouer sur le port USB d'un ordinateur. Ce dernier ne délivrant que 0,5 A, il aura bien du mal à distiller rapidement l'énergie réclamée par l'accumulateur. On recommandera plutôt de charger une batterie externe via un adaptateur secteur délivrant 1 A ou 2 A.

Le problème du temps de charge peut tout de même être atténué en préférant des batteries de marques connues. Sony, Nokia ou encore Samsung proposent leurs propres modèles. On peut également se référer aux divers tests que l'on peut trouver sur Internet ou dans les magazines spécialisés. Dernière option : acheter le produit et profiter de son droit de retour s'il ne convient pas à ses attentes.

Les technologies de charge rapide

On trouve désormais des batteries externes compatibles QuickCharge. Cette technologie a été inventée par Qualcomm, le fondeur des processeurs Snapdragon qui équipent une bonne partie du parc Android. Elle permet de réduire le temps de charge de la batterie. Avec le QuickCharge 2.0, seconde version de cette fonctionnalité et la plus répandue, il est possible de recharger une batterie de 3300 mAh de 0 à 60 % en 30 minutes.

Disponible depuis l’an dernier QuickCharge 3.0 affiche une charge 27 % plus rapide que la génération précédente. En revanche, elle n’équipe encore que peu d’appareils confondus. Pour savoir si votre smarpthone ou tablette est compatible avec cette technologie, Qualcomm met une liste à disposition à cette adresse.

QuickCharge a fait des émules. Sans s’appuyer sur un lien avec le processeur, quelques constructeurs de batteries externes ont mis au point des fonctions similaires, comme le PowerIQ d’Anker. Pour ce faire, ils augmentent l’intensité délivrée par les ports USB, modification qui a pour effet d’accélérer la charge. Ces solutions alternatives ont l’avantage d’être compatibles avec n’importe quel appareil. Outre des batteries externes, on peut également trouver des hub USB, adaptateurs ou prises allume-cigare disponibles en charge rapide.

Combien ça coûte ?

Il existe des batteries externes pour toutes les bourses. Comme tout accessoire, les prix varient en fonction de la marque. Ainsi, on trouve des batteries « no name » en entrée de gamme pour une poignée d'euros. A ce prix, il ne faut pas s'étonner de tomber sur un modèle qui ne tient pas ses promesses. Disons que pour une vingtaine d'euros, il est préférable de viser bas, une batterie de 2000 mAh, par exemple, mais de marque connue ou bien notée. Si c’est pour un seul cycle de charge, les possesseurs de batteries amovibles peuvent tout aussi bien acquérir une seconde batterie qui coûte moins de 15 euros, en général.

Le gros des troupes se situe quant à lui dans la fourchette des 30-50 euros. Là, les fabricants annoncent plusieurs cycles de charge avec des batteries externes délivrant 4400, 6600, 10 000, 20 000 voire même 50 000 mAh. Il faut savoir raison garder face à une telle offre. Alléchante, la batterie de 50 000 mAh peut accuser une charge lente qui ne fera pas le bonheur de son acheteur, ou avoir une grande déperdition d’énergie limitant sa capacité théorique. À plus de 100 euros, on trouve des modèles capables de s’attaquer à la charge d’un ordinateur portable, mais aussi des appareils mobiles plus petits.

Notre sélection

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire