Test du BlackBerry Torch 9860

Esthétiquement, le Torch 9850 réussit le tour de force de se démarquer de la masse des smartphones tactiles du moment. En plus d'être agréable dans la main, sa forme incurvée lui évitera probablement quelques procès pour violation de brevets. La finition est bonne avec des matériaux solides mais elle est selon nous un cran en dessous de celle du Bold 9900. Le cerclage métallique nous inquiète particulièrement. Bien que joli, il est moyennement bien ajusté. 

De bons composants

L’écran de 3,7 pouces (480 x 800) présente un très bon contraste et des angles de vision extrêmement larges. C’est d'ailleurs l’une des meilleures dalles que nous ayons vu hors technologie Amoled. Les composants sélectionnés sont les mêmes que sur le Bold 9900, à savoir un processeur Snapdragon mono-cœur 1,2 GHz et 768 Mo de mémoire vive. La mémoire embarquée est divisée par deux avec 4 Go et un lecteur micro-SD est toujours présent. L'ergonomie est excellente et seul le bouton de verrouillage pose quelques problèmes. Ce dernier occupe en fait toute la tranche supérieure de l'appareil, si cela le rend facile à utiliser il gage cependant une tendance à se déverrouiller accidentellement dans une poche.

Lire le test complet avec EreNumérique


L'appareil photo est nettement plus réussi que sur le Bold 9900. Les 5 mégapixels du capteur produisent des images bien plus nettes. Le Torch 9860 se classe donc dans la moyenne haute des photophones mais reste un cran en dessous des champions de la discipline que son Sony Ericsson et Nokia. Comme le reste de sa famille, ce Blackberry humilie la concurrence en termes d’autonomie puisque nous avons tenu plus de deux jours en usage intensif, les trois jours devant être possibles en utilisation standard.

Mais où est mon clavier ?


Restait à voir comment se débrouille ce téléphone en usage purement tactile. A notre grande surprise, l’expérience est vraiment agréable. L’interface est facile à utiliser et si certaines fonctions demandent un peu plus de précision, le touchpad est toujours présent en bas de l’appareil. Le clavier virtuel est bien conçu et précis mais les touches sont un peu petites ce qui peut causer quelques fautes de frappe pour les possesseurs de gros doigts. Ce modèle profitera plus de l'arrivée des jeux 3D que son grand frère à clavier mais l'offre reste pour le moment limitée.

Oui, mais...


Au final, le Torch 9860 s’en sort mieux que ce que nous aurions pu craindre. Très convaincant d'un point de vue technique, ce modèle nous laisse toutefois dubitatif. Bien que se comportant bien en mode tactile pur, l'OS reste fondamentalement conçu pour une utilisation avec un clavier. On réservera donc le Torch 9860 aux inconditionnels des services Blackberry. Pour les autres, iOS ou Android devraient être plus à même de vous satisfaire, en particulier au niveau de l'offre applicative.

Lire le test complet avec EreNumérique