Test de huit Blu-ray (Les beaux gosses, Twilight, Inception)

Twilight, chapitre 2 : Tentation

Qualité d'image

Le film ne plaira pas à tout le monde mais la qualité d’image met tout le monde d’accord. On y retrouve la même sensation HD. Cela étant, et c’est sans doute là le seul impact sur le film du choix d’un réalisateur différent, le tournage en argentique offre un master au tirage plutôt doux et moins incisif que sur le premier. La palette est tout à fait en accord avec le premier épisode également, exception faite du passage en Italie, joyeusement coloré, ce qui nous change de forêts sombres. Dans tous les cas, cet épisode est une bien belle galette.


Qualité sonore

On retrouve là aussi les qualités du premier épisode. Globalement, le film est moins nerveux et à part les bastons canines, il n’y a pas grand-chose à se mettre dans les feuilles côté spatialisation. Les basses sont bien présentes lors des combats, et les rugissements des toutous géants font frémir, plus que leur museau de gros nounours en tout cas. Là encore, c’est du tout bon. Il n’y a pas plus de choix dans le sous-menu audio, où seul l’anglais et le français sont présents. Pas de sous-titres anglais ici non-plus. VO et VF sont de qualité équivalente grâce au support du DTS HD. Pour une fois que la VF n’est pas le parent pauvre.

Contenu et interface

L’interface du Blu-ray est bien conçue, c’est très onirique. Au moins, on a une uniformité de style dans tout le coffret, et cette fois, elle ne plante plus, même sur PS3.

Le contenu additionnel est conséquent mais inégal. On retrouve une interview du réalisateur et comme sur le premier volet, pas loin d’une heure de making of, un peu plus intéressant que sur le premier volet. On en apprend plus sur les effets spéciaux et les lieux du tournage. La partie sur la musique fantastique dans tous les sens du terme, signée Alexandre Desplat au passage, s’avère également intéressante. On trouve aussi toute une série de clips des groupes qui ont participé à la BO. On retiendra surtout la performance de Muse en l’occurrence.

Faut-il acheter la version Blu-ray ?

Bah oui, bien obligé. Si vous achetez le premier, il faut acheter les deux autres, sinon ça n’a pas de sens. La qualité d’image est de toute façon excellente, et l’audio n’est pas en reste. Ne revenons pas sur le film lui-même, on en a déjà assez dit. Et si c’est votre truc, vous ne ferez pas d’erreur en achetant ce Blu-ray.

Lire le test complet chez EreNumérique

Bilan
Qualité vidéo
9/10
Qualité audio
9/10
Contenu et interface
7/10
Note finale
8,4/10
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • Fnouc
    L'intérêt de ces "tests" m'échappe un peu... d'abord, ça ne me paraît bien trop léger pour appeler ça un test (en gros, le BR c'est plus beau que le DVD sauf quand ça l'est pas, quoi, et puis le menu il est rigolo), et puis certains de ces films sont quand même sortis en DVD/BR il y a un bout de temps... pourquoi eux ?
    0
  • xxxFireBirdxxx
    Excusez-moi, mais que veut dire "Le Blu-Ray est bien exploité"?
    Il y a une erreur de raisonnement, là !


    Qui plus est, ce """"""test""""" se limite à dire que :
    Films avec effets spéciaux = Blu-Ray
    Films sans effets spéciaux = DVD

    Ce n'est pas tant la différence DVD/Blu-Ray qui importe, mais le soin apporté dans la réalisation du film !
    0
  • kidounet
    Excusez mon ignorance, mais qu'est-ce que le Blue-ray apporte à la qualité d'un film, par rapport à un DVD pour un niveau de remasterisation équivalent ?

    Pour moi, le DVD était au CD ce que le Wave est au MP3 (plus de compression d'image qui donne des carrés, et une qualité sonore) ... mais pour un Blue-ray, cela m'échappe.

    Merci
    0
  • Fnouc
    kidounet :

    Le master, c'est le fichier "original" (ou la pellicule originale), celui qui est de la meilleure qualité possible, et à partir duquel on fait des copies.

    Auparavant, ces copies étaient des pellicules pour les salles de ciné, puis des VHS, puis des DVD, Blu-Ray, fichiers vidéo ou audio, etc...

    Ca fonctionne comme des photocopies. Tu as un original, et des copies. Les copies sont toujours un peu moins belles que l'original. Les copies de copies, n'en parlons pas...

    "Remasteriser", ça veut dire qu'on a refabriqué un nouvel original, un nouveau master, à partir duquel on refera des copies.

    Plusieurs raisons (plus ou moins marketing) à une remasterisation :

    - passer d'un master pellicule (pour les vieux films) à un master numérique plus facile à manipuler à notre époque,
    - restaurer l'image en ravivant les couleurs, nettoyant les poussières et rayures de la pellicule, etc
    - "améliorer" les pistes sonores (c'est discutable pour les puristes) en passant d'un son mono ou stéréo à un son Dolby 5.1 par exemple
    - arnaquer le client ... hem...

    Plus le master sera de bonne qualité, plus les copies seront bonnes.

    En revanche, cela ne change rien à la différence entre un DVD et un Blu-Ray. Le DVD reste en basse définition, le BluRay sera en HD (c'est la différence la plus notable, mais pas la seule).

    Les différences de qualité dépendent autant du master que du format de copie.

    Si tu fais un Blu-Ray à partir d'un master pourri... ton Blu Ray sera pourri. (et ton DVD sera méga pourri !)

    Si tu fais un Blu-Ray à partir d'un superbe master, le Blu Ray sera superbe, et le DVD sera très beau, même s'il ne pourra pas rivaliser avec le Blu Ray.

    J'espère que je ne t'ai pas trop embrouillé... :D
    0