Nintendo DSi : le test de la nouvelle DS

Sortie en 2004, la Nintendo DS sonna le renouveau de la marque. Longtemps mise au second plan à cause de la suprématie de Sony sur le marché des consoles de salon, Nintendo venait de sortir son épingle du jeu en équipant sa nouvelle console portable d’un écran tactile.

Mainmise sur le casual gaming

Avec cette console, c’est une autre manière de jouer qui est apparue. Ses deux écrans qui rappellent les Game & Watch, ont multiplié les possibilités de jeu. Pariant sur cette diversité, sa ludothèque s’est progressivement ouverte à un public d’un nouveau genre. Fin 2005 voit l’apparition de Nintendogs, une sorte de Tamagotchi canin.

C’est un jeu simple au possible qui s’adresse avant tout aux non-joueurs. C’est un succès incontesté pour ce premier jeu de la gamme Touch ! Generations. Quelques mois plus tard, c’est le docteur Kawashima qui débarque sur la DS avec son entraînement cérébral. Le jeu passe de main en main et se joue de 7 à 77 ans. Nintendo venait de s’approprier le marché du casual gaming sur console.

100 millions de DS... et la DSi

Depuis la sortie de la DS, deux versions ont vu le jour. La première version ne fait pas dans le détail avec des lignes brutes. Mi-2006, elle est refondue et ressort sous le dénominatif « Lite. » Plus fine et  totalement lisse, elle devient un objet que l’on peut mettre dans une sacoche ou un sac à main sans complexe. Après 4 ans d’existence, la DS tient toujours le haut des charts. C’est d’ailleurs la console la plus vendue au monde avec 100 millions d’unités écoulées.

Aujourd’hui, Nintendo ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et lance la DSi, troisième itération de sa portable. Est-ce un futur succès ou simple mise à jour de courtoisie ? Pour le savoir, Tom’s Guide l’a décortiqué avant sa sortie prévue pour le 3 avril.