Interview de Benjamin Bejbaum, PDG de Dailymotion

Le business Dailymotion

dailymotion support techniqueIDN : Quel est le modèle économique de Dailymotion ?

B. B. : 100% économique.

IDN : Combien coûte une journée d’exploitation de Dailymotion ?

B. B. : Je ne peux pas vous donner de chiffres mais ça coûte très cher, car cela inclut le stockage, la bande passante, la masse salariale, etc. On emploie aujourd’hui 31 personnes (techniciens/ingénieurs, support technique, publicité, administration ...).

IDN : Vous ne proposez pas encore de publicité sous forme vidéo sur le site, est-ce que cela va venir un jour ?

B. B. : Il est prévu de placer des petits spots de publicité avant certaines vidéos, notamment celles des catalogues que l’on aura signés.

IDN : Et comment êtes-vous rémunéré dans le cadre d’un accord comme celui avec Warner ?

B. B. : Les revenus sont partagés entre la Sacem, la commission de la régie, Warner et nous.

IDN : Vous avez récemment été valorisés à 340 millions d’euros par des banques d’investissement. Comment arrive-t-on à un tel montant ?

B. B. : Ce n’est certainement pas nous qui avons déterminé un tel chiffre, on ne travaille pas avec une banque d’affaire. Il existe plusieurs méthodes de valorisation de sociétés : au visiteur unique, au trafic, etc. On a carrément découvert ce chiffre dans le journal, et plus rien aujourd’hui ne me paraît extravagant. Je ne me concentre pas là-dessus. Je serais hypocrite si je disais que je n’y pense jamais, mais honnêtement, j’y pense 0,1% de mon temps.

IDN : On a aussi parlé de l’intérêt de TF1 pour Dailymotion, est-ce que TF1 vous intéresse ?

B. B. : On a de très bon rapport avec TF1, on a fabriqué pour eux Wat, ce qui a été très enrichissant pour nous à, l’époque.

IDN : Qu’est-ce que changerait pour l’utilisateur que Dailymotion soit racheté ?

B. B. : Si on apprend demain que Dailymotion est racheté, tout dépendra évidemment de l’acquéreur. S’il doit se passer quelque chose, autant que ça soit avec quelqu’un avec qui on est totalement en phase. Il se peut aussi que les bénéfices que l’on est en train d’accumuler grâce à la publicité soient suffisants pour que l’on puisse continuer. Rien n’est arrêté.

IDN : Peut-on envisager des accords avec des constructeurs pour intégrer leur média center ?

B. B. : Oui, on peux aussi envisager de collaborer avec des logiciels pour envoyer de l’image, passer des partenariats avec des fabricants de webcam ... C’est intéressant, et ça arrivera.