Evadeo Primo, le GPS de rando de l'IGN

L'Evadeo Primo en bref et en chiffres

L’Evadeo, premier du nom, GPS d’IGN, avait fait sensation lors de sa sortie. Non pas pour ses qualités de navigateur mais pour la richesse et la précision de ses cartes. Notamment les plans de sentiers et de forêts qui en ont fait un compagnon privilégié des excursions piétonnes. Mais le PND de l’Institut Géographique National n’avait pas réussi à masquer quelques défauts en matière d’ergonomie, de navigation ou encore d’interface. Le pari du Primo était donc de corriger ces défauts tout en gardant le même niveau de qualité en cartographie. Réponse dans le test.

Caractéristiques
Dimensions 110,5 x 25,5 x 86,5
Cartographie France, routes, sentiers et randonnées
Mémoire interne 480 Mo disponibles et port carte SD
Écran 4 pouces
Poids 225 g
Autonomie de 5 à 7 heures

Navigation : perfectible en ville, idéale dans la nature

Poussif en milieu urbain

L’Evadeo, premier du nom, avait été particulièrement mis en cause pour ses qualités de navigation. Le Primo ne fait pas beaucoup mieux que son aîné en la matière. S’il est précis dans le repérage et la retranscription du signal, il n’arrive pas à cacher sa faiblesse lorsque les conditions se font plus difficiles. Il devient très compliqué d’avoir des informations précises dans les « canyons urbains » où le signal est perdu assez rapidement. Idem dans les tunnels, où seulement quelques mètres suffisent à rendre le GPS caduque.

En revanche, sur tous les autres aspects de la navigation l’Evadeo Primo rend une copie plus qu’honorable. Le calcul des itinéraires est rapide et pertinent. Les cartes choisies sont récentes et ne manquent que les toutes dernières modifications routières. Le Primo offre sans doute des cartes parmi les plus précises du marché puisqu’il intègre la cartographie de l’Institut Géographique National. Ainsi, il est possible d’afficher le plan de chaque ville pour un repérage au mètre près.

Compagnon d’escapades

Sans parler d’un mode de navigation hors route sans égal, puisque le GPS de l’IGN dispose d’une cartographie complète des sentiers et randonnées grâce à des cartes téléchargeables sur le site de l’institut pour 1€ l’unité. Ces cartes sont ensuite réutilisables à souhait. A noter que la procédure est d’une rare simplicité.

Quelque soit le mode de transport choisi (piéton, vélo, auto), les indications vocales gardent un niveau égal. Mais la voix robotisée qui les égrène n’est pas des plus appréciables. Par ailleurs, nous avons noté quelques erreurs de navigation plutôt dommageables même si elle n’interviennent que très rarement.

Le bilan de la navigation de ce Primo est honorable. En guidage pur, le GPS de l’IGN obtient la mention passable tant il est perfectible, notamment en milieu urbain. En revanche, hors des sentiers routiers habituels, l’Evadeo fait preuve d’une qualité rare grâce à une base de données impressionnante de quantité et de qualité. Finalement, le Primo présente les mêmes qualités et les mêmes défauts que son aîné sur cet aspect.

Performances logicielles au rendez-vous

Rapide et efficace

Les difficultés constatées en matière de navigation sont elles le fruit d’une défaillance logicielle ? Le Primo embarque un processeur Samsung cadencé à 266 MHz et est doté de la puce SiRF Star III. Son interface est rapide, le GPS accède aux demandes instantanément et calcule les itinéraires, même complexes en moins de 30 secondes.

Au niveau des données préenregistrées, telles que les POI (points of interest), les points d’intérêt, aucune fausse note n’est à signaler. De même que pour les radars qui sont répertoriés (mise à jour du 13/11/2006) mais aussi signalés par un double avertisseur sonore et visuel.

Performances louables

Il est possible de personnaliser son GPS en fonction de ses habitudes de parcours. Le menu favoris est facilement accessible et aussi naturellement configurable. Par ailleurs, il est possible de garder un historique de ces recherches ainsi que de pré visualiser le trajet demandé.

Quant aux mises à jour, elles sont aisément accessibles grâce au site Internet de l’IGN sur lequel est stockée la base cartographique téléchargeable. Bien évidement, celles-ci sont payantes à des tarifs très voisins de la concurrence.

Au final, l’Evadeo Primo ne pâti pas d’une carence logicielle. Bien au contraire, les performances atteintes sont louables et le seul point noir de ce critère de jugement reste le temps de démarrage parfois longuet du PND.

Une ergonomie perfectible

Certes, le GPS de l’IGN est un puits inépuisable de cartes d’une précision inouïe. Mais aussi exhaustif et précis soit il, peut il faire l’impasse sur un aspect aussi essentiel que l’ergonomie ?

Quelle prise en main ?

Car c’est bien là la grande faiblesse de ce PND qui semble avoir privilégié le côté universitaire à la dimension pratique. Dès la première prise en main, les rapports s’annoncent compliqués : le GPS est lourd, pas franchement agréable à la vue et déjà peu pratique. Le bouton d’alimentation, situé à l’arrière de l’appareil, requiert des doigts de fée pour être actionné. Une fois allumé, et la page de démarrage passée, l’utilisateur se retrouve nez à nez avec un menu peu ludique. Un fond vert et des touches d’action d’un même rose peu propice au discernement, surtout en conduite. Les menus, sont mal indiqués les sous-titres à peine visibles et l’interface de navigation aussi peu joyeuse que le vert des menus. On se croirait revenu des années en arrière, et ce n’est pas l’environnement sonore du PND qui pourra changer la tendance.

Oublier l’esthétique

Fort heureusement, une fois l’esthétique oubliée, l’Evadeo continue à faire ses preuves. Et il y parvient. Grâce notamment à un écran de 4 pouces suffisamment lisible et par une luminosité savamment dosée et réglable. Le son ne fait pas défaut, même si la voix reste métallique, elle est claire et audible. À noter que l’Evadeo Primo possède une molette de réglage du son, trop rare chez la concurrence, qui évite de se perdre dans les menus.

La fixation fournie avec le GPS de l’IGN est aussi peu classieuse que l’interface. Trop volumineuse, elle a par contre la faculté d’être réglable au millimètre près. Dernier bon point, l’aide en ligne et par le manuel d’utilisation est d’un sérieux sans pareil. Notamment le site qui fourni, en plus d’une aide commune, des astuces pour mieux maîtriser son Primo.

Mention passable pour les fonctions

TMC absent

Le critère des fonctions peut faire faire varier l’appréciation d’un GPS et c’est souvent le point sur lequel les meilleurs produits font la différence. L’Evadeo Primo affiche un bilan assez contrasté en la matière. L’absence du TMC qui ouvre les voies de l’info trafic est un handicap certain, surtout lorsque le GPS de l’IGN est confronté à la concurrence directe.

Au rayon des absences, il faut aussi évoquer la synthèse vocale des noms de rue, fonction certes secondaire, mais intéressante pour une partie du public. Il en va de même pour le placement sur les voies qui souffre de quelques incohérences.

Recalcul en moins de 6 secondes

En matière de « recalcul » et de personnalisation d’itinéraire, l’Evadeo présente des avantages non négligeables. Lors d’une erreur, l’itinéraire est recalculé, généralement en moins de 6 secondes, et le trajet bis garde une pertinence indemne. Il est aussi possible d’inclure un point de passage dans un trajet déterminé et de choisir parmi plusieurs modes de voyage (du plus rapide au plus économique).

Le bilan des fonctions de l’Evadeo est assez contrasté. Le GPS de l’IGN se contente du nécessaire et assure le minimum grâce à un « recalcul » efficace et un personnalisation facile mais fait l’impasse sur des fonctions, qui à ce niveau de prix, semblent indispensables, le TMC entre autres.

Options matérielles OK, options logicielles KO

Souvent oubliées de la part des constructeurs, les options sont un des aspects les plus regardés chez les consommateurs qui y voient, selon les cas, une source d’économies ou de dépenses supplémentaires.

Matériel fourni

L’Evadeo Primo a choisi de faire la part belle aux options matérielles en proposant un pack très complet. En effet, en plus de l’appareil, le nouvel acquéreur du Primo sera heureux de constater la présence de la quasi-totalité des périphériques matériels : cordon d’alimentation allume-cigare et secteur, câble USB pour relier son GPS à son ordinateur et accéder au contenu en ligne de l’IGN, la cartographie des randonnées notamment. Et que dire de la carte microSD de 2 Go, idéale pour stocker les cartes et plans téléchargés.

Des absences préjudiciables

Ces efforts appréciables en matière de matériel n’ont malheureusement pas été repris côté logiciel. Là aussi, le Primo se contente du minimum basique. Pas de lecteur audio, photo et encore moins vidéo donc. Pas de fonction mains libres et de Bluetooth non plus.

Enfin, il est regrettable que ce GPS de randonnée ait fait l’impasse sur des aspects aussi essentiels que l’étanchéité ou la protection contre les chocs, ainsi que la météo.

Le GPS de l’IGN déçoit en matière d’options. Certes il est plus que complet sur l’aspect matériel de ce volet, mais les carences logicielles sont importantes et le fait qu’il fasse n’intègre pas des qualités inhérentes à la randonnée est préjudiciable.

Le verdict

L’Evadeo Primo est un PND plutôt complet avec un positionnement particulier. Impossible de nier que son grand avantage réside dans le niveau de sa cartographie et son mode randonnée. C’est autant une force qu’une faiblesse dans le sens où l’IGN, privilégiant cet aspect de son GPS a peu fait évolué le reste. Il en ressort que le Primo est une version peu renouvelée de l’Evadeo ne corrigeant pas ses défauts majeurs. Au final, l’Evadeo primo est un GPS sérieux (trop ?), très bien pensé dans le fond mais dont la forme nous laisse quelques regrets.

Evadeo Primo de l’IGN
L’Evadeo primo de l’IGN est un navigateur assez performant qui conviendra bien d’avantage aux amateurs de randonnée grâce à sa cartographie dédiée. En revanche, il aura plus de difficultés à faire la différence face à ses concurrents dans une utilisation strictement urbaine.
  • Les plus
  • Les moins
    • La cartographie ultra complète
    • Fourni avec tout le matériel nécessaire
    • La qualité des informations fournies
    • Pas de TMC
    • Des difficultés dans les performances de navigation

L’Evadeo primo de l’IGN comparé à notre GPS référence, le Garmin nüvi 200

Toutes les photos tests du GPS Evadeo Primo d’IGN

Retrouvez l’intégralité des photos du test dans notre album photo sur l’Evadeo Primo de l’IGN.