Jouer à 2000 euros : 3 portables en test

Toshiba Qosmio X300 (présérie) : bien sur le papier

Pas encore disponible dans le commerce, la nouvelle version du Qosmio X300 de Toshiba a de quoi en faire baver plus d’un sur le papier. Gros processeur, grosse carte graphique, normalement le tout est destiné à dominer les jeux les plus gourmands. Et pourtant…

Un processeur inédit

De prime abord, les propriétés de Windows indiquent la présence d’un Core 2 Duo T9500, mais après utilisation de CPU-Z, on s’aperçoit que Toshiba n’y est pas allé de main morte et que derrière le T9500 se cache un Core 2 Extreme Q9300 en version ES, c’est-à-dire pas encore disponible dans le commerce. Cadencé à 2,53 GHz et disposant de 12 Mo de cache en L2, contre 6 sur la plupart des Core 2, ce processeur augure de bien bons résultats en benchmarks.

Pour optimiser les performances, la mémoire se compose de 4 Go de PC-8500 en DDR3, ce qui confirme la monstruosité du X300. Cela se vérifie sous PCMark Vantage où il totalise pas moins de 4395 points, score qui se trouve être bridé par une partie graphique mystérieusement amoindrie.

Une carte graphique sous-cadencée

C’est une GeForce 9800M GTX qui est en charge de l’affichage du X300. Couplée à 1 Go de mémoire vidéo, elle devrait faire l’affaire pour tous les jeux de nos tests. Mais non. Avec de bien meilleurs composants, le X300 se traîne loin derrière le G70s d’Asus et se laisse même dépasser de temps à autre par le modèle de MSI fonctionnant avec une 9600M GT bien moins rapide. Cette chute de performances provient des fréquences du GPU et de la mémoire vidéo.

Normalement cadencés respectivement à 500 MHz et 800 MHz, ces deux composants sont ici à des fréquences bien inférieures. 275 MHz mesurés pour le GPU et 600 MHz pour la mémoire. Nous avons contacté Toshiba pour obtenir une explication. Ceux-ci nous ont expliqué que le problème venait sans doute des pilotes de la carte graphique. Néanmoins, nos tests sur la 9800M GTX révèlent plutôt une défaillance au niveau du BIOS.

Une mauvaise surprise qui fait voler en éclats les espoirs placés dans cette machine. À cela vient s’ajouter une instabilité de ce modèle de présérie qui n’a pas daigné achever une seule fois nos tests sous 3DMark Vantage. Beaucoup de problèmes que vont devoir rapidement régler les ingénieurs de Toshiba.

Le son d’Harman Kardon

Heureusement, au bout du tunnel est la lumière. Et le X300 brille par son équipement audio, un 4 .1 estampillé Harman Kardon. Le rendu est de qualité pour un ordinateur portable. Les basses sont bien rondes et profondes tandis que les aigus sont à leur place sans être nasillardes. C’est le réel plus de ce modèle. La lecture d’un DVD peut ainsi se faire sans système audio secondaire, le X300 se suffit à lui-même.

Grand 17 pouces, il arbore un style enflammé. Tout de rouge vêtu, il est recouvert de flammes et ses haut-parleurs sont particulièrement stylisés. Comme le modèle d’Asus, son clavier est un peu trop surélevé pour une utilisation confortable. Le tout pèse son poids avec 3,6 kg sur la balance, ce qui en fait plus un PC alternatif entre le portable et le PC de bureau.

On regrettera son matériau principal, le plastique. Craquant, il ne donne pas l’impression d’un PC solide. Enfin, la batterie non plus n’est pas convaincante. À peine 57 minutes de fonctionnement avant l’extinction de l’ensemble. C’est un peu court tout de même.