Test : quatre jours avec la montre/téléphone LG GD910

Premiers pas téléphone au poignet

Fini de jouer, voici venue l’heure de tester. Le mini tournevis fourni dans la boîte permet de décoller le culot de la montre et d’y insérer sa carte SIM. Impossible de faire marche arrière à présent, mon « téléphone » est accroché à mon poignet.

Les premiers pas sont laborieux, l’interface de la GD910 y est pour beaucoup tant elle manque d’intuitivité.  La petitesse de l’écran, 1,43 pouce seulement (soit, 3,63 cm), demande aussi un temps d’adaptation, surtout lorsque nous sommes habitués à des écrans tactiles trois fois plus grands. Ajoutons à cela que LG n’a pas choisi le meilleur de la technologie d’écrans pour équiper sa montre. Sans le rétro éclairage intensif l’affichage reste terne.

Incohérence quand tu nous tiens

Au bout de quelques minutes la navigation est maîtrisée. On apprécie la possibilité de régler l’affichage de l’horloge parmi un choix de thèmes assez large. Jusqu’à la révélation : le fond d’écran choisi disparaît au bout de quelques secondes pour laisser place à l’horloge traditionnelle. Première incohérence.