TV LED : les conseils pour bien acheter

Leur qualité d'image est-elle meilleure ?

Température de couleur

La température de couleur permet de classifier les sources de lumière. Exprimée en Kelvin, elle est située à 6500K lorsqu’elle est dite naturelle normée. Dans le cas d’un écran, cette donnée confirme la justesse médiane des couleurs : ni trop chaudes (jaune), ni trop froides (bleu).

Contrairement au LCD CCFL, le LCD à LED peut éteindre et allumer ses LED par zone ou en totalité, une technique qui permet d’afficher un noir véritable. On obtient alors un résultat proche du Plasma. Cet avantage a sa contrainte. Favorisant les teintes sombres, les LED affaiblissent le blanc qui ressemble plus à une teinte grise au final. En misant trop sur le noir absolu, certains téléviseurs à LED en viennent à trop assombrir l’image jusqu’à faire disparaître quelques-uns de ses détails. C’est le cas, par exemple, du 46PFL9706H de Philips.

Dans le cas du LCD CCFL, les néons sont toujours en activité lorsqu’une image est affichée à l’écran. De fait, la lumière qu’ils diffusent parvient toujours à filtrer même lorsque la dalle doit afficher des parties noires. On estime à 16 % la lumière dans une image noire. Au final, on se retrouve avec un rendu infidèle où les noirs sont gris foncé. Pour pallier ce défaut, il faudrait augmenter la luminosité de la dalle et donc ajouter des néons lors de la conception du téléviseur, déjà au nombre de 15 ou 20, selon les modèles. Cette option se ferait au détriment du coût final de l’appareil qui reviendrait plus cher qu’un LCD à LED.

Fréquence et compensation de mouvement

La fréquence de rafraîchissement est l’un des atouts majeurs des écrans LED. Grâce à leurs rétroéclairages spécifiques, ils peuvent disposer de fréquences plus hautes allant jusqu’à 200 Hz. Attention, cette donnée n’est pas à confondre avec la compensation de mouvement qui affiche des fréquences de 400, 600 ou 800 Hz. Cette dernière est un artifice logiciel. Elle crée des images supplémentaires pour optimiser la fluidité. Idéale pour les émissions et le sport puisqu’elle affiche une image plus fluide, elle est troublante avec des films (donne un effet reportage inhabituel) et à éviter en jeu vidéo à cause des artefacts qu’elle peut provoquer. À l’instar du contraste dynamique, les amateurs de cinéma désactivent cette option.

Attention au Clouding

À côté de cela, les TV LED souffrent du phénomène de Clouding. Il consiste à apercevoir une ou plusieurs taches sur la dalle. Résultat, le noir devient gris et les couleurs perdent de leur intensité. Comme le pixel mort, le Clouding n’atteint que certaines pièces. Les modèles en Edge LED sont les plus touchés. Le Clouding est dû à un défaut de conception. Lors du montage du téléviseur, si la dalle est trop pressée, la luminosité et le contraste ne se répandent pas de manière homogène et créent des taches.

Le rendu des couleurs, quant à lui, ne diffère pas entre une TV à LED et un LCD à néons. Cela dépend de chaque modèle. S'il est mal réglé, il affichera des couleurs trop chaudes, avec un jaune dominant, ou trop froides avec un bleu qui nappe l’image (cf. encadré). Cela étant dit, l’oeil humain ne cherche pas forcément à voir la réalité, mais plutôt une image qui le flatte. Aussi, il appartient à chacun de choisir un modèle qui lui convient sur ce point.

L'Oled : évolution naturelle du LED

Si le LED abîme le blanc et que le CCFL affiche des noirs grisâtres, l’idéal serait alors de disposer d’un écran à LED où chaque pixel est éclairé par une LED. Ainsi, le rétroéclairage pourrait s’allumer et s’éteindre avec précision sans bousculer les zones adjacentes. Une technologie équivalente existe. C’est celle qui est utilisée dans les écrans OLED. Encore inabordable il y a quelques années, elle tend de plus en plus à se démocratiser. Bien entendu, elle s’installe dans les foyers par le haut de gamme. Ainsi, les modèles emblématiques à venir sont les Samsung ES9000 et LG EM9600. Affichant tous deux une diagonale de 55 pouces, ils seront respectivement vendus 8000 et 9000 euros début 2013.

En octobre 2012, le président de LG, Koo Ban-moo, a déclaré lors d’une conférence qu’il voulait concentrer les efforts de l’entreprise à l’essor de l’Oled. Selon lui, il s’agit là d’un vecteur de croissance important auquel s’intéresse le public. Cette démocratisation de l’Oled ne passera pas uniquement pas LG. Samsung est également attendu au tournant. Mais à part ces deux précurseurs, la rumeur veut que Sony et Panasonic entrent dans la course avec des modèles commercialisables dès 2014. Philips et Toshiba pourraient alors venir grossir les rangs et ainsi donner raison à Sony qui croit à la démocratisation des TV OLED d’ici trois ans et, avec elles, de la définition Ultra HD (3840 x 2160 pixels) qui relèguerait au placard le Full HD 1080p actuel, quatre fois moindre.

À ce sujet, trois constructeurs sont déjà dans les starting-blocks pour sortir leurs exemplaires Ultra HD. On parle ici de Philips, Sony ou encore de Toshiba. Des modèles de 55 à 84 pouces sont déjà disponibles, comme les 55ZL2 ou Bravia KC-84X9005, d’autres suivront.

IGZO, la technologie de Sharp

Un constructeur a décidé de lancer sa propre technologie. Il s’agit de Sharp qui attaque le marché avec ses écrans IGZO. Diminutif de Indium Gallium Zinc Oxide, il s’agit d’un matériau semi-conducteur capable d’afficher une meilleure qualité qu’une TV LED tout en abaissant la consommation d’énergie. Pour le moment, le constructeur japonais implante n’utilise cette technologie que dans les smartphones et tablettes (l’Aquos Pad, par exemple). Côté téléviseur, c’est AU Optronics, filiale de BenQ, qui s’est chargé d’annoncer le premier modèle IGZO en octobre 2012 : un 65 pouces 4K UHDTV, soit avec une définition de 3840 × 2160 pixels.

AU Optronics IGZOAU Optronics IGZO

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
    Votre commentaire
  • drathaal
    Bonjour, ce commentaire pour vous dire que le televiseur Sony est disponible depuis 15 jours dans mon magasin et que ca reference est Kdl55-hx950 au prix de 2999€.
    0
  • Tiji Sourisseau
    Pour QUELLE TV LED faut-il craquer ? ... c'est une télévision !
    Cela dit, merci pour les renseignements.
    0
  • sylca
    Les led, "écologiques"... hahaha ! Vous savez combien de litres d'eau, d'acide, et autre produits chimiques il faut pour produire autant de LEDs ? Et combien de kg de métaux précieux (et donc rares) ? Lesquels doivent d'ailleurs être traités chimiquement aussi avant d'être utilisables...
    Les TV cathodiques étaient écologiques, elles, car même si elles consommaient plus, elle ne nécessitaient pas autant de chimie et donc de pollution... (car tout les déchets ne sont pas retraités...). Certes j'ai une TV LED, personnellement. Ce n'est donc pas que je suis pour vivre dans le passé, mais de là à laisser dire que les LED sont écologiques, c'est comme laisser dire qu'une voiture électrique est écologique en ne regardant que ses rejets de CO2 sans considérer sa fabrication (batteries, chimie, toussa...).
    1
  • fab jol
    honteux de lire ça !!! entre un plasma et un lcd a rétroéclairage LED de même gamme, a 4h par jour sur 365j/ans, vous économisez 8€ !! et la LEd ( le composant) est 100% polluant et non recyclable !!!
    quant auc couleurs naturelles d' un LED O_o bonjour l' objectivité !!!
    0
  • fab jol
    voici l' article sur ce dossier

    étude commandée au laboratoire indépendant BenchExpert [2] visant à comparer les coûts énergétiques de la technologie plasma (Neoplasma) à la technologie LED (IPS-Alpha).
    Pour le test [3], réalisé sur la base d’une utilisation quotidienne de 3h32*, le Neoplasma VIERA TX-PF42G30 (classe énergétique C) a été comparé au LED VIERA TX-L42E30 (classe énergétique A). Les résultats sont probants !
    Ils montrent que la différence de coût énergétique entre ces deux écrans est de moins de 1 euro (0,74 €) par mois et moins de 9 euros (8,86 €) par an.
    Le coût annuel de la consommation d’énergie d’un Neoplasma est ainsi de 19,20€ (Dix neuf euros et 20 centimes) contre 10,34€ (Dix euros et trente quatre centimes) pour un écran LED.
    Autrement dit, la technologie Neoplasma toujours plébiscitée pour sa qualité d’image fait définitivement la démonstration de sa faible consommation d’énergie !
    De plus, le téléviseur s’inscrit de plus en plus comme un des équipements domestiques consommant le moins d’énergie.
    Là où une console de jeux consomme en moyenne 150 watts et un seul spot halogène 300 watts, la consommation énergétique d’un téléviseur n’est que de 122 watts en moyenne.
    0
  • 4 ailes driver
    Lorsqu'on sait qu'autrefois,
    du temps de la grande qualité hertzienne et betacam
    (c'est à dire il y a encore 3 ou 4 ans, avant la TNT) : avoir des noirs plus noirs, des blancs plus blancs, et de tels luminosités/contraste était totalement PROSCRIT par les normes de diffusions des chaînes...
    http://videodac.forumgratuit.org/f23-video-tests

    Aucun grand film que nous avons tous vus ne possède de tels noirs, de telles luminosités, bien au contraire...
    Tout ça est affligeant de bêtise.

    .
    0