On a testé la Megadrive portable !

Les jeux

Par défaut, la console est vendue avec une vingtaine de jeux, certains faisant partie des meilleurs du catalogue de la console (Sonic, Altered Beast, Comix Zone, Golden Axe...). Une fois dans le menu de la console, une pression sur un des boutons permet d’accéder à des options très sommaires. En outre, il est possible de régler la possibilité de connecter une manette sans fil, de régler la luminosité de l’écran (4 niveaux différents), ou encore d’activer la possibilité de choisir son stage pour chacun des jeux. Cette dernière option n’est toutefois disponible que pour les jeux présents dans la mémoire interne de la console.

Bien sûr, le principal intérêt à ce niveau réside dans le lecteur de cartes SD situé sur le dessus de la console. Cela étend les contenus à la totalité du catalogue de la console, à condition toutefois de savoir où trouver les jeux. Il s’agit en effet d’un émulateur qui est embarqué dans la console, pas d’une véritable MegaDrive miniaturisée. Il faut donc se procurer des ROMS, c'est-à-dire des fichiers créés à partir des bonnes vieilles cartouches d’origine, et distribués sur Internet. Il va donc falloir trouver des sites fournissant les fameux fichiers dans un format compatible.

Malheureusement, le fait qu’il s’agisse d’un émulateur comporte un certain nombre de problèmes inhérents au support. Pour commencer, la compatibilité avec les jeux n’est pas toujours parfaite. De nombreux bugs graphiques ou sonores assez peu gênants peuvent être remarqués, mais le plus grave réside dans le fait que certains jeux ne fonctionnent tout simplement pas. Autre problème : la console ne semble pas gérer le système de sauvegarde de la MegaDrive, ce qui rend certains jeux d’aventure tout simplement impossibles à terminer, alors qu’il était possible de sauvegarder sa progression à l’époque.