Motorola Milestone : l'iPhone killer qui n'en était pas un

Deux claviers au choix

Pour séduire les aficionados du clavier complet « à la Blackberry », Motorola a intégré dans son appareil un clavier physique complet côtoyant un autre clavier virtuel, lui aussi AZERTY.


Le clavier physique est dissimulé sous l’écran du Milestone. D’un glissement de celui-ci sur le côté, il se libère. L’écran passe alors automatiquement en mode paysage. Le clavier accueille à ses côtés un imposant pavé directionnel. Cela a pour incidence de décaler le clavier vers la gauche par rapport à l’écran. La prise en main s’en trouve dégradée. À l’usage, les touches ne s’avèrent pas assez différenciées. Plates, elles présentent une légère protubérance sous chacune d’entre elles. Censée simplifier la frappe, il n’en est rien. Les fautes sont régulières et à moins d’avoir les doigts fins ou de longs ongles, on se tournera vers le clavier tactile. Les amateurs de claviers physiques peuvent, quant à eux, s'orienter vers un smarphone RIM. La société mère de Blackberry est experte dans ce domaine et réputé pour le confort de frappe de ses smartphones.

Ce dernier offre des touches plus grandes que le clavier physique. La saisie est aisée, mais pas toujours parfaitement reconnue, la faute à un écran capacitif perfectible.

Pour le reste, seuls les 4 boutons tactiles situés à la base du Milestone posent problème. Proches de l’écran, ils se déclenchent pour peu que l’on navigue trop près de leur bord en mode barre ou paysage. Difficile de ne pas être agacé de se retrouver sur le bureau en pleine rédaction d’un mail.