Nikon D3200 : l'un des meilleurs reflex d'entrée de gamme ?


Le Nikon D3200 a été présenté il y a quelques semaines, c’est un réflex qui vient succéder au D3100 et à la fiche technique évoluée, surtout au niveau de son capteur 24mpix. Pourtant son orientation se veut grand public grâce à une utilisation simplifiée et un mode guide qui permet d'accompagner le débutant dans sa découverte de la photographie réflex.

Comme à l'accoutumée chez Nikon le boîtier est bien fini et le design agréable. Les touches tombent bien en main malgré une construction ramassée et présentent un nombre suffisant de raccourcis, surtout pour le débutant. Il est possible de personnaliser la touche Fn1 en raccourcis iso par exemple. En revanche on notera que de gros doigts risquent malencontreusement d'appuyer sur les flèches de sélection du pad et donc de déplacer accidentellement le collimateur de l'autofocus. L'écran de trois pouces s'améliore avec une dalle plus définie passant ainsi à 920.000 points mais le basculeur Live View, pourtant pratique, cède la place à un simple bouton. La touche d'enregistrement vidéo se retrouve désormais sur le dessus du boîtier. Par rapport à la concurrence et son rival Canon 1100D, le D3200 prend l'avantage au niveau de la finition et de la personnalisation des menus. 



Nikon D3200 : une prise en main rassurante


Le mode Guide fait office de professeur de photo. Les conseils donnés sont pertinents et orientent l'utilisateur sur le choix de la bonne focale. Une aide claire qui rassurera le débutant surtout si celui-ci n'a pas de connaissances techniques ni ne maîtrise le jargon photographique.

L'autre argument du D3200, c’est qu'il peut recevoir le module Wifi WU-1a permettant la transmission de données sur un smartphone Android et le déclenchement à distance avec retour écran. Face à l'engouement planétaire du partage de photos en ligne via les sites communautaires Flickr, Facebook et Twitter, il est possible que ce genre de module additionnel connaisse un certain succès. On s’interroge en revanche sur sa non-intégration dans le corps même du boîtier, tout comme le GPS qui reste optionnel. 




Avec un capteur de 24mpix, certainement un dérivé de celui qui équipe les Sony Nex-7 et Alpha 77, le Nikon D3200 se retrouve comme le boîtier de la marque le plus défini après le D800. Une logique marketing qui nous apparaît encore difficile à cerner : Plus on monte en gamme moins l'amateur exigeant a besoin de pixels ? (Le D4, vaisseau amiral de la marque ne propose « que » 16mpix). La marque jaune relance-t-elle une course au pixel ? Elle avait pourtant réussi à la contenir en arguant que la densité de pixel était déterminante dans la qualité d'image. Cependant, selon un point de vue personnel, nous ne pensons pas que l'augmentation de la définition soit un problème si celle-ci ne se fait pas au détriment de la qualité d'image. Nous n'y voyons pas d'inconvénient excepté celui du stockage et de l'augmentation de la taille des fichiers (il faudra un ordinateur puissant pour traiter les images). En extrapolant nous pouvons imaginer que le grand public, friand de grands tirages et blasé par les photographies en série « made in Ikea » qui décorent son salon, va pouvoir accéder au tirage A2 voir A0. Certains tireurs sur le web dont la qualité est plus que correct proposent des impressions 40x60cm pour moins de 12 euros. De quoi décorer la chambre des enfants ou se créer sa propre expo à domicile ! Qu'en est-il donc de cette qualité d'image ? 


Bilan



Nikon prend le pari de relancer la course aux Megapixels avec un D3200 équipé d'un capteur APS-C 24mpx et d'une puce de traitement Expeed 3. Pari réussi puisque la hausse de la définition ne se fait pas au détriment de la qualité d'image. En revanche nous pouvons nous interroger sur la politique marketing menée par la marque : qui a réellement besoin de 24mpx ? Qui tire des impressions au format A2 en natif ? Sony, qui utilise le même capteur, le propose sur des boîtiers plus « haut de gamme ». Nous avons hâte de voir de quelle façon le grand public se réappropriera cette technologie. Dans l'ensemble le D3200 est un boîtier d'entrée de gamme plus que plaisant et les points qui ont fait le succès du D3100 se voient enrichis de quelques ajustements bénéfiques (écran qui passe à 920mpts et mode guide toujours aussi intéressant). On aurait aimé un écran monté sur rotule pour faciliter certaines prises de vue en Live View et une prise en main un peu moins ramassée. Le module Wifi (malheureusement optionnel) est un vrai plus pour le partage des photos en lignes et la vidéo offre une qualité d'image plus que convenable. Le D3200 a de grandes chances de remporter un franc succès auprès du grand public mais ...attention aux objectifs utilisés. 

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • chevre5ER@guest
    et l'autofocus ?
    0
  • rku01@guest
    Je viens d'acquérir mon Nikon ce matin et déjà je m'arrache déjà les quelques cheveux qu'il me reste !
    Première impression lors du déballage, le poids (celui d'un bridge) qui, s'il surprend d'emblée, devrait à l'usage plutôt profiter aux amateurs qui se trimballent le matériel toute la journée.
    L'autofocus en revanche est totalement désactivé avec mes optiques !

    Concernant les photographies, je confirme sans aucune réticence qu'il faut évitez comme la peste les enregistrement en JPG. J'ai rarement vu qualité aussi pitoyable. A tel point que ces clichés peuvent être mis directement à la poubelle.

    Concernant le format RAW propriétaire, Nikon ne fournit (comme d'habitude) aucun outil capable de traiter ces formats de fichier propriétaires... charge à la communauté de se débrouiller.
    Pour l'instant, je n'ai toujours pas réussi à installer sous Windows 7 (64 bits) la version du logiciel Nikon View fourni avec l'appareil... ni même à télécharger une (possible) version plus récente sur leur site (toujours en rade, mais j'ai l'habitude) !
    Ne parlons pas des outils Adobe, pas encore compatibles !

    Bref, pour l'instant, impossible de visionner (et encore moins de modifier) mes clichés !

    J'avais déjà fait une expérience similaire avec mon Nikon D100, puis mon Nikon D90, et aujourd'hui avec mon D3200.
    Ne serait-ce que pour cette raison de format "batard" (préférez donc le format DNG), je ne peux que vous déconseiller définitivement les appareils Nikon (personnellement, je reste captif en raison de ma collection d'objectifs, de bonne facture, mais qui ne valent plus guère que le prix de la féraille sur le marché de l'occasion). Si un jour j'en ai les moyens... vive Canon, Olympus, etc...
    0
  • pipicho@guest
    moi je suis de la famille nikon alors laisse lempreur tranquille un peut de respect pour la marque .
    0
  • Photo Maton@guest
    T'as vraiment fait tous les sites du web pour balancer ton venin...
    On retrouve exactement le même texte sur tous les sites qui parlent du D 3200 de Nikon.
    T'ai payé au nombre ?
    Tu travailles pour une marque concurrente ?
    Pas malin, car ton article ne reflète pas du tout les vrais qualités de ce Réflex.
    Mais libre à toi de te ridiculiser...
    Bonne journée
    0