Test Nintendo 3DS : 10 raisons de l'aimer ou de la détester

On aime : les mini-jeux et applications

Acheter une console sans jeux, ce n’est pas très courant. Pourtant, Nintendo a pensé à tout, et a tout de même ajouté au système de sa console quelques mini-jeux qui permettront de s’occuper entre deux parties.

Passons rapidement sur les fonctions introduites avec la DSi, comme l’appareil photo, le studio son ou encore la boutique en ligne, mais notons au passage la disparition de Pictochat, le système de discussion par wifi, qui était présent depuis la toute première édition de la DS. Un navigateur, intégré par défaut, fait ainsi son apparition, mais ce sont surtout les mini-jeux qui se remarquent le plus. Si les jeux disponibles via Street Pass (Puzzle troc et Mii en péril) ne proposent pas une expérience inoubliable, la console est vendue avec plusieurs cartes permettant de tirer des capacités en réalité augmentée de la console. Plusieurs jeux sont alors disponibles : un jeu de tir à l’arc, un mélange de billard et de mini-golf, et même quelques jeux à débloquer. Un autre jeu en réalité augmentée, bataille de visage, vous propose d’affronter des adversaires virtuels qui prendront le visage de personnes de votre entourage, que vous aurez préalablement photographié.

Beaucoup de gadgets sont également présents et ne gâchent pas le plaisir. Notons le podomètre, qui comptera vos pas lorsque votre console est en veille, et qui vous permet de cumuler des points à utiliser dans les mini-jeux cités plus haut. Ou encore la possibilité de créer son propre Mii, ou encore un journal d’activité, qui rend compte de votre utilisation de la console.