[Test] Nokia Lumia 800 : la lumière est venue de Mango !

Configuration légère mais suffisante

Dans les entrailles, Nokia s’est tourné vers Qualcomm pour choisir le CPU de son téléphone (très exactement le MSM8255 pour les puristes). Contrairement à toute la concurrence actuelle, ce modèle est un simple coeur, mais cadencé à une fréquence relativement importante de 1,4 GHz. Ce choix résulte notamment des spécifications matérielles minimales de Microsoft qui ne recommande aux constructeurs qu’un processeur simple coeur pour faire tourner Windows Phone 7.5. L’ensemble est doté de 512 Mo de RAM.

Plutôt dépassée sur le papier, cette configuration suffit toutefois largement pour utiliser le système d’exploitation de Microsoft, réputé pour sa légèreté et sa réactivité. On ne se retrouve à aucun moment face à un ralentissement quel qu’il soit. La navigation, même sur des sites lourds ou en HTML5 (comme lors de notre test de Windows Phone 7.5), est rapide en termes de chargement des pages et de leur fluidité. Même chose lors de l’utilisation de la géolocalisation au sein des cartes (que le téléphone télécharge en ligne). Seule la capacité de stockage de 16 Go nous semble faible, sans aucune possibilité d'extension par carte micro SD. 

Qualité photo décevante

Du côté de la photo et de la vidéo, Nokia veut en revanche se mettre au niveau de la concurrence avec son capteur de 8 mégapixels affichant optique Carl Zeiss d’une ouverture de f/2.2, une focale grand-angle de 28 mm et un double flash LED. On est donc d’autant plus déçu de ses performances à l’usage, bien loin de la réputation que s’était fait Nokia dans le domaine, notamment avec son N95 qui, bien que loin d’égaler les compacts de l’époque, restait au-dessus de la concurrence des autres téléphones.

Si en pleine lumière, la qualité des clichés reste correcte sans toutefois être à la hauteur des meilleurs smartphones du moment, en basse lumière, le problème se corse.Manque de sensibilité, mise au point difficile, piqué peu précis et couleurs ternes seront les principales caractéristiques décevantes des prises de vue. En vidéo (720p seulement), on est également déçu par les saccades visibles lors des travelings, rappelant l’un des défauts les plus criants du DivX. Enfin, on regrette de ne pas trouver de capteur en façade permettant par exemple la vidéo-conférence. 


L’autonomie du Lumia 800 est quant à elle dans le ton de la concurrence. Sa batterie de 1 450 mAh est tout à fait suffisante pour se situer dans la moyenne des smartphones actuels. Lors d’une utilisation classique typique, il est possible de tenir une journée et demie sans avoir à recharger l’appareil.