[Test] Ouya : que vaut la mini-console de salon Android ?

Les amateurs la bidouille vont s’en donner à cœur joie

Malgré de nombreux points négatifs, la Ouya possède un atout de taille. Il est possible d’y installer les mêmes applications et jeux vidéo que pour n’importe quel appareil Android. Pour cela, il faut se rendre dans le menu « Make », qui permet d’accéder au navigateur de l’appareil. À partir de là, il suffit de télécharger quelques APK pour réellement libérer la console de toutes ses contraintes.

L’installation de fichiers APK en question

Au risque d’en faire bondir certains, on peut dire que la Ouya est le Raspberry Pi des consoles de jeux vidéo. Il est en effet possible d’y installer presque tous les jeux et applications provenant du Google Play… et il n’est même pas besoin de rooter l’appareil, bien que cela soit possible. Pour installer une application qui ne provient pas du magasin Ouya, il faut que celle-ci se présente sous la forme d’un fichier APK. On en trouve des milliers sur le web, diffusés le plus souvent de manière totalement illicite. Fort heureusement, une application comme ES Explorateur permet de créer légalement et rapidement la sauvegarde d’une application présente sur son smartphone ou sa tablette. Il est ensuite envisageable de l’enregistrer sur un petit espace web ou un service de stockage en ligne comme Google Drive, puis de récupérer l’APK sur la Ouya à l’aide du navigateur. L’installation est immédiate et la compatibilité assez bonne.
Il y a même encore plus simple : enregistrer l’APK en question sur un support USB, et insérer celui-ci dans la Ouya. Car l’appareil dispose de son propre port USB, qui permet d’accéder à un disque dur externe, même si celui-ci est formaté en NTFS. Dès lors, l’immense ludothèque de la Ouya s’ouvre au joueur, mais attention : dans ce cas, les jeux n’ayant pas été prévu pour un usage à la manette, il vous faudra éviter tous les titres de type Candy Crush Saga, Ruzzle, Fruit Ninja, etc.

Quand XBMC vient sauver la mise

Malgré toutes les critiques qu’on peut lui faire, la Ouya ne s’en sort pas donc si mal, notamment grâce à un acteur totalement inattendu pour une console de jeu : XBMC. Mais ce n’est finalement pas si étonnant, car le fameux lecteur multimédia avait été développé pour une autre console de jeux, la Xbox première du nom, même s’il a été repris sur toutes les plates-formes depuis cette époque.
Une fois XBMC mis en place sur la console, on peut absolument tout faire : relire des séquences encodées en 1080p (les amateurs de MKV apprécieront), afficher des vignettes et un résumé de chaque film ou série enregistrés, écouter de la musique… Et même accéder au réseau local pour lancer des vidéos et des chansons stockées sur son NAS ou son ordinateur. XBMC réagit parfaitement bien sur la petite console, et c’est sans aucun doute le meilleur moyen de promouvoir l’appareil. Dommage qu'il ne soit installé par défaut sur l'appareil et qu'il faille, encore une fois, passer par un fichier APK pour en profiter.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire