[Test] Ouya : que vaut la mini-console de salon Android ?

Au final, la console en vaut-elle vraiment la peine ?

En définitive, le bilan est vraiment très mitigé. D’un côté, l’environnement de la console ne peut absolument pas rivaliser avec ceux de ses grandes sœurs (Xbox 360, PS3 et Wii U). En outre, le délai de la manette est franchement pénible, même si celui-ci tend à être corrigé par l’intermédiaire des derniers firmwares. Par ailleurs, la console n’est pas un monstre de puissance, loin de là. Enfin, à cause de son manque flagrant de titres, la Ouya aura du mal à séduire les joueurs acharnés.

D’un autre côté, la petite machine n’est vraiment pas très onéreuse ; impossible d’ailleurs de trouver une console actuelle à un tel tarif. La manette est plutôt agréable à prendre en main, et s’il n’y avait ce délai de réactivité, elle pourrait rivaliser sans problème avec celui de la Xbox 360. Mais c’est surtout pour ses possibilités de « customisation » que la Ouya se révèle intéressante. Une fois les bons APK téléchargés et installés, il est possible de tout faire et de jouer à une très grosse partie de la logithèque Google Play. Le logiciel XBMC est capable de tout lire et remplace avantageusement le lecteur de nos Box ADSL/fibre. Par ailleurs, les fans de retrogaming seront aux anges : que ce soit via le magasin officiel de la Ouya ou via l’installation de fichiers APK, il est envisageable de retrouver presque toutes les consoles des années 80 et 90 (et même 2000 du côté de Nintendo). Bref, la petite console n’est certes pas un produit grand public, mais pourrait conquérir le cœur des geeks purs et durs, ceux qui n’ont pas peur de s’acharner sur la mise en place et la customisation d’un jeu réticent, ou l’installation d’applications instables et encore phase de bêta test.

Note de la rédaction : 3/5
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire