PS3 : le meilleur lecteur Blu-ray à moins de 500 € ?

Sony BDP-S500 : prise en main

Sony BDP-S500Très simple d’aspect, la platine de Sony ne propose au premier abord que trois boutons en façade : Allumage, ouverture de la trappe et contrôle de la façade. Ce dernier bouton ne prend tout son sens qu’une fois la platine en marche, puisqu’il permet de contrôler la position de la façade motorisée : en position basse, elle laisse apparaître la trappe et les boutons de contrôle (lecture, pause, etc.), qu’elle masque en position haute. Du plus bel effet, cette façade réfléchissante ne laisse donc apparaître, une fois relevée, que les deux afficheurs LCD de la platine.

La façade s'abaisseLa finition est plutôt satisfaisante, et l’appareil semble suffisamment robuste, notamment au niveau de la façade. Bien qu’assez épaisse et plutôt lourde (près de 5 Kg !), elle affiche des dimensions imposantes de 430x361x99 mm.

Une platine complète et attrayante

En ce qui concerne la connectique, la BDP-S500 s’avère assez fournie. Elle présente une prise HDMI 1.3, une prise S-Video et composite ainsi que trois prises composantes. Ensuite, le son est distribué en numérique sur une prise coaxiale et en optique, ainsi qu’en stéréo ou en 5.1 via des prises RCA.

La télécommande de la platine SonyAssez esthétique, la télécommande s’avère pratique dans les menus et plutôt intuitive. Soulignons toutefois que les touches ne sont pas éclairées, une fonction qui est pourtant de plus en plus répandue pour les platines de nouvelle génération. Le niveau sonore mesuré pour la platine ne dépassait pas les 10 dB, ce qui reste acceptable. Enfin, nous regrettons l’absence totale de ports de communication sur cette platine, qu’il s’agisse d’un lecteur de cartes ou même d’un port USB.