Philips 42PFL7606H : la 3D passive pour le jeu

Design et finition

Les écrans Philips laissent souvent une drôle d’impression. La ligne n’est franchement pas terrible, mais elle est largement compensée par des matériaux de qualité. C’est encore une fois le cas ici avec une livrée gris anthracite du plus bel effet. Le pied en acier massif est aussi beau qu’astucieux. Il comporte de petits pivots qui permettent d’assurer le réglage en rotation de la dalle. Le pied en alu est lui aussi magnifique. Bref, c’est du sérieux.

On ne le répètera jamais assez, l’ergonomie des écrans Philips n’est pas bonne. Les menus sont envahissants, leur profondeur est impressionnante et la lenteur de l’interface a de quoi rendre dingue. Philips a voulu faire simple, c’est raté. La télécommande galet n’est pas exempte de reproche non plus. Le bouton de contrôle du volume est noyé dans le pavé numérique. Ce n’est décidément ni fait, ni à faire.

L’équipement est très complet. On trouve bien entendu le DLNA en plus de l’USB, avec PVR. Côté Net-TV, le constructeur donne accès au Web via un navigateur. C’est assez laborieux à utiliser et le flash n’est pas supporté. On trouve aussi l’ambilight à LED sur les deux pans verticaux du téléviseur. Mais à l’essai, cette version reste somme toute faiblarde par rapport aux implémentations précédentes.

Lire le test complet chez EreNumérique