Photo plein format : à quoi ça sert, comment ça marche, pourquoi c'est cher ?

Conclusion : le plein format, une technologie pour les amoureux de belles images



Comme nous l’avons vu, un équipement complet composé d’un boitier et des objectifs adaptés est un choix réellement envisageable principalement pour des utilisateurs n’acceptant aucune concession au niveau de la qualité des images. En effet, les écarts de prix et d’encombrement sont toujours suffisamment importants pour que seuls les mordus de photographie puissent à ce jour envisager un tel choix.

Cependant, le mouvement de démocratisation n’en est pas moins réel car aujourd’hui le plein format s’est ouvert aux amateurs-experts alors qu’il n’était même pas accessible à l’ensemble des professionnels il y a encore quelques années. Grâce à une qualité d’image sans pareil dans des conditions extrêmement variées, l’usage de boitiers équipés de tels capteurs offre des avantages indéniables sur les autres modèles  Si vous êtes un vrai amateur de belles images et que vous êtes prêt à investir dans du matériel de qualité, vous y trouverez très probablement votre bonheur.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
    Votre commentaire
  • Rorothermidor
    Bonjour,
    Il faut admettre que le procédé est des plus alléchants cela dit, il n'en est pas moins vrai qu'ils sont très chers (2900€ pour le boitier seul... 3800 € pour boitier et objectif) et véritablement destinés au monde professionnel.
    Cela dit, pour quelqu'un qui maîtrise son art et veut sortir des images de grande qualité, l'investissement n'est pas dénué d'intérêt. Certains artistes font notamment partie de ceux qui tirent de grands formats voir de très grands formats et dans ce cas, le numérique ne s'y prêtait guère jusqu'ici.
    Article intéressant, merci Olivier Gonin.
    1
  • capello
    Bonjour,
    juste une remarque sur la profondeur de champ. Elle est également lié directement et sans doute même plus que la lumière à la taille des photo-sites.
    Un autre gain dont vous ne parlez pas, c’est que plus les photo-sites sont gros, plus on a de tolérance sur la qualité des lentilles, donc les objectifs bas de gamme peuvent coûter moins cher, au contraire de l’appareil ;-)
    -1
  • job31
    En conclusion on pourrait dire : essayer le FF c'est l'adopter.
    0
  • Kenelm
    Citation:
    La taille du capteur joue directement sur la zone de netteté de l’image finale. En effet, à distance sujet-objectif et cadrage équivalents, plus le capteur de votre appareil est grand, moins votre profondeur de champ (zone de netteté) est importante.
    Ça m'a l'air mal formulé.

    Evidemment, avec un petit capteur, on a un cadrage plus réduit. Si on veut conserver le même cadrage avec du full frame, bah faut avancer un peu pour compenser vu que son cadrage est plus grand. Mais forcément, si on avance, la profondeur de champ diminue... ce qui découle uniquement du fait qu'on avance. Si on reste au même endroit, on aura pas le même cadrage, mais on aura la même profondeur de champ, donc exactement le même résultat au final si on recadre l'image.

    Du coup, à cadrage et focale équivalents, plus le capteur de votre appareil est grand, moins votre profondeur de champ (zone de netteté) est importante, en considérant que ce cadrage s'effectue avec un appareil plein format en se rapprochant du sujet, donc à à distance sujet-objectif différente. Si on reste à distance sujet-objectif équivalente, on aura juste un champ plus large.

    Faut donc pas voir ça comme une profondeur de champ plus réduite, mais comme un cadrage plus large, qui peut faire exactement la même chose, et même encore plus, au détriment de la profondeur de champ.

    Enfin pour moi c'est plus clair comme ça :o
    1
  • job31
    Pas que.

    D'APS-C à FF, le cercle de confusion n'est pas le même, d'où une pdc différente.
    0