Dix ans de chasse aux pirates : l'internaute pour cible (2 sur 3)

Le cas français

En France, c’est en 2004 que les premières frasques judiciaires avec les utilisateurs arrivent. Le 24 avril, le tribunal de Vannes a condamné six internautes à de la prison avec sursis et plusieurs milliers d’euros d’amende. Les compagnies qui portent plainte sont nombreuses : des producteurs de films (Warner, 20th Century Fox, Disney), la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) ainsi que le Syndicat de l'édition vidéo et la Fédération nationale des distributeurs de films. Autre affaire en 2004 : un internaute se voit infliger une amende de 3000 euros ainsi que la confiscation de son matériel informatique et la publication du jugement dans deux quotidiens, pour contrefaçon via un logiciel de peer to peer.

DADVSI et Hadopi, la french touch

Globalement, on peut décemment affirmer que les poursuites envers les internautes restent rares dans notre pays. Sur les millions d’utilisateurs des réseaux Emule, Bittorrent et autres newsgroups, ces poursuites représentent une infime minorité, bien réelle cependant. Les organismes ont vite pris conscience de l’ampleur du phénomène et que le cas par cas était ici impossible, à moins de disposer d’infrastructures suffisantes et d’équipes conséquentes. C’est pourquoi certains projets de loi comme la DADVSI et Hadopi on été lancés dès 2006. De vastes sujets que nous allons évoquer dans la troisième et dernière partie de ce dossier. Mais pas seulement, puisque nous dresserons un bilan des solutions de téléchargement actuelles, légales comme illégales, et la façon dont la justice fait avec, sans oublier un constat global du réel impact du téléchargement sur l’industrie du divertissement. Rendez-vous donc dans quelques jours pour la conclusion de cette rétrospective sur les relations houleuses entre la justice et le piratage.

De Napster à Hadopi : dix ans de chasse aux pirates (1 sur 3)

Dix ans de chasse aux pirates : que reste-t’il de Napster ? (3 sur 3)

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • melaristide
    contre le piratage, nous nous sommes concentrés sur les premiers logiciels de partage de fichiers, notamment Napster et Kazaa. Une époque où le téléchargement illégal allait grandissant, mais touchait essentiellement la musique, en raison du format MP3. Mais dès 2003, les connexions hauts débits arrivent et envahissent peu à peu les foyers. ADSL, Câble, puis fibre optique : les vitesses de téléchargement explosent et ouvrent la porte à des bibliothèques entières de films, logiciels et jeux vidéo. Et, bien évidemm ses tre jute
    -1
  • La Crapule
    Bonjour à tous et à toutes!
    Il faut signaler que le système judiciaire et pénal français est heureusement différent du système américain. Accepterions-nous de voir un procès comme celui de l'affaire Thomas dans l'hexagone, avec des condamnations si astronomiques? Certainement pas! Chaque pays aimerait que certaines de ses lois soient également en vigueur à l'étranger, c'est une discution permanente entre États depuis l'apparition du terrorisme international. Le revers de la médaille, c'est que chacun s'attaque à ceux qu'il peut et ce sont les internautes lambda qui en paient le prix pendant que les vrais diffuseurs de contenus illégaux se la "coulent douce" dans des pays où ils ne seront pas inquiétés, tout en faisant payer pour que les téléchargements soient plus rapides!
    D'autre part, j'attends avec impatience votre article concernant les moyens de téléchargement plus récents que "le peer to peer" car, si celui-ci semble être particulièrement visé par la loi Hadopi, il se trouve qu'il concerne de moins en moins d'internautes. Le simple mode de fonctionnement du P2P, recherche et réception de paquets de fichiers "à la volée", en fait quelque chose de facilement détectable par les autorités répressives à l'affut du contrevenant alors que, désormais, la plupart passent par des sites de "streaming" offrant des liens vers des hébergeurs dont les serveurs se trouvent en Asie, en Europe centrale, etc. Non seulement les vitesses de téléchargement en sont décuplées mais les méchants téléchargeurs deviennent presque invisibles...
    A bientôt!
    0