Pirate : petits risques, gros gains ?

Cracker de consoles

C’est dans un petit restaurant japonais que Jeff, alias Artik, nous rencontre dans le cadre de notre enquête, pour discuter de sa principale activité : la modification de consoles. De plus en plus répandues, ces modifications permettent de contourner certaines protections sur les consoles, et permettent par exemple de lire un jeu importé (fonction bloquée sur certaines consoles à l’heure actuelle), mais surtout de jouer à partir d’un jeu copié. Cela fait quelques années qu’il propose ses services sur le site Web de sa propre entreprise, Logic Sunrise, en toute impunité et sans le moindre complexe. Il nous explique pourquoi.

Une activité à plein temps


Artik est loin d’être un débutant dans l’univers de ce que l’on appelle communément le piratage. En réalité, bien avant de plonger ses mains dans les consoles, il possédait déjà un site dédié à la vente de films au format DivX, au début des années 2000. Une activité risquée qui n’aura pas vraiment duré, puisque la police aura vite fait d’arriver chez lui pour saisir son matériel et le notifier de sa convocation au tribunal. Résultat des courses : il est condamné à six mois de prison avec sursis et à 15 000 euros d’amende. S’il y a aujourd’hui prescription sur sa peine de prison, il a en revanche dû payer son amende, et c’est en vendant ses services pour la modification de consoles qu’il s’en est dûment acquitté.

Il s’est donc aujourd’hui reconverti dans la modification de consoles, et en a fait son métier. « J’ai été un des tout premiers français à modifier une Xbox 360. À vrai dire, j’ai eu beaucoup de chance, il devait être 5 heures du matin et je traînais sur un forum dédié à la modification de consoles, quand un américain a publié une vidéo et des explications de la marche à suivre pour lire un jeu gravé sur une Xbox 360. Par chance, j’avais exactement le type de console requis et le bon matériel pour tester ça immédiatement, j’ai reproduit la manipulation et ça a marché ! », nous explique-t-il, enthousiaste. C’est dans la foulée qu’il décide de se lancer dans cette activité, en créant une entreprise dédiée à cela. Officiellement, l’entreprise effectue donc de la réparation de lecteur DVD pour consoles. Dans les faits, ses clients repartent avec une console capable de lire n’importe quel jeu gravé sans la moindre restriction. Conscient de cela, Artik reste pragmatique : « moi, je facture une simple modification matérielle au niveau du lecteur DVD de mes clients. Après, je ne peux pas contrôler précisément ce qu’ils font de leur console ou s’ils piratent des jeux par centaines ».

Les constructeurs ferment les yeux

Si Artik n’a pas encore eu de problème avec la justice, selon lui, c’est parce qu’il évite par dessous tout la vente de jeux piratés. C’est principalement ce que les éditeurs cherchent à punir, au-delà de la modification des machines qui permet l’utilisation de ces contrefaçons. Si la légalité de la manoeuvre pourrait être contestée, Artik y va de sa petite explication sur le sujet : « les constructeurs de consoles sont très à cheval sur le piratage de jeux, car c’est principalement ce qui leur rapporte de l’argent. En revanche, ils ne l’avoueront pas, mais ils se rendent bien compte que ce genre de modification sur leurs consoles les aide à en vendre plus, donc pour l’instant ils laissent faire ». Il existe donc chez ces constructeurs une certaine politique de l’autruche à ce sujet, qui fait bien les affaires d’Artik et de ses petits camarades.


Du côté de Microsoft, dont la Xbox 360 est très impactée par le piratage, la punition tombe surtout pour le client qui use de ces pratiques. L’éditeur bannit en effet de son réseau de jeu en ligne plusieurs milliers de comptes pour « violation des conditions d’utilisation ». Pour Chris Lewis, vice-président Europe de la division Xbox, cette mesure est nécessaire : « s’il est clair que quelqu’un télécharge des copies pirates ou modifie sa Xbox d’une manière ou d’une autre pour avoir des jeux qu’il n’a pas achetés, alors oui, nous bloquons son compte sur le Xbox Live ». Microsoft n’a jamais diffusé le chiffre exact de consoles bannies de son réseau pour cause de piratage, mais celui-ci serait estimé à près d’un million de machines, sur les 40 millions de consoles vendues par le constructeur. Notons toutefois que Microsoft semble surtout punir les utilisateurs de jeux piratés, et n’annonce pour l’heure absolument aucune sanction envers les personnes proposant la modification d’une Xbox 360.

Évidemment, lorsqu’on l’interroge sur l’argent que peut rapporter une telle affaire, Artik rechigne quelque peu à donner ses chiffres. Il consentira toutefois à nous apprendre que son entreprise embauche aujourd’hui deux personnes et un stagiaire. De même, il nous explique qu’en terme de travail quotidien, ce sont chaque jour entre 10 et 15 consoles qui passent dans ses ateliers, principalement des Xbox 360 et des Wii. Un rapide tour sur son site permet de découvrir qu’une modification de ce genre coûte entre 45 et 50 euros, ce qui permet d’estimer un chiffre d’affaires quotidien compris entre 450 et 750 euros...

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
24 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    Très intéressant cet article...
    Par contre, payer 20 à 40€ pour jailbreaker un iPhone, alors que le faire chez soi est plus simple que d'utiliser iTunes, je trouve ça abusé.
    5
  • astho
    Mais il est où le piratage là ?? Le vrai je parle, celui qui demande certaines compétences qui ne sont pas à la portée de tout le monde. Parce que le jailbreak et le crackage ou flashage de console n'importe qui peut le faire, ya des tutos plein le net. Où sont les chiffres des reventes de listing de CB etc ??
    0
  • Sir_DEC
    astho, si tu avais lu le début de l'article, l'auteur précise que les termes "pirate" et "piratage" ont aujourd'hui une interprétation plus large que "hacker".

    Article intéressant, qui montre que les "pirates" sont pour la plupart des gens comme tout le monde. Beaucoup de sous-titreurs dépensent à foison dans l'industrie du manga et certains craquent leur wii juste pour regarder des films.
    3
  • Fnouc
    "
L’Atild est pour des solutions comme la licence globale, dont beaucoup parlent depuis 2005. Son principe est de proposer une « taxe » sur le téléchargement dit illégal, afin de la reverser aux ayants-droits et ainsi compenser les pertes annoncées par ceux-ci. « Bien sûr, il faut voir comment cela pourrait être fait, mais dans l’esprit, nous sommes pour »"

    Génial... heureusement que des associations pareilles existent... moi je suis pour interdire la guerre et la faim dans le monde. Bien sûr, il faut voir comment cela pourrait être fait, mais dans l'esprit, je suis pour...

    Ce débat est sans cesse faussé par des associations et des déclarations aussi héroïques que celles là.
    3
  • Truecode
    Sympa cet article , cela permet d'en savoir un peu plus sur les domaines et risques du piratage.
    0
  • Anonyme
    Heu, il n'y a rien d'illégal à jailbreaker son iPhone hein...
    L'article parle de la police qui passait et qui pourtant n'a rien dit. Depuis quand ça serait le problème de la police ? La police est là pour faire respecter la loi, et ça m'étonnerais fort qu'il y ai dans la loi française un texte comme quoi je n'aurais pas le droit de cracker mon iPhone.
    Le problème c'est avec Apple, en agissant ainsi, je romps le contrat que j'avais "signé" en activant mon téléphone.
    Un peu comme manquer volontairement plusieurs réunions importantes au bureau : le patron peut vous virer ou vous mettre un blame, mais la police n'en a rien à foutre.
    2
  • EtienNne
    Génial
    0
  • raphchar
    yodajrHeu, il n'y a rien d'illégal à jailbreaker son iPhone hein...L'article parle de la police qui passait et qui pourtant n'a rien dit. Depuis quand ça serait le problème de la police ? La police est là pour faire respecter la loi, et ça m'étonnerais fort qu'il y ai dans la loi française un texte comme quoi je n'aurais pas le droit de cracker mon iPhone.

    En plus ca ne modifie pas la guarantie, si un iPhone se casse, qu'il soit ou non cracké... Le constructeur doit faire valoir la guarantie, là où ça bloque, c'est si le problème se pose au niveau logistique.

    Par contre pour les sous-titres de séries franchement, sauf si les séries les-même sont piratées, je ne voit pas le mal que l'on fait à les sous-titrer.
    0
  • jeanne38
    Le coup de la police fait vraiment tache dans le dossier...
    1
  • baggylover
    raphchar...Par contre pour les sous-titres de séries franchement, sauf si les séries les-même sont piratées, je ne voit pas le mal que l'on fait à les sous-titrer.


    Je sais que depuis quelques années, les personnes prêtant leur voix dans le cadre de doublage tochent des Droits sur Doublage.
    Il me semble que c'est la même chose pour les personnes effectuant les sous-titrages (mais je ne trouve aucune info officielle sur ce domaine). Quoiqu'il en soit quand une société (laboratoire en général) effectue un sous-titrage, il facture la chaine tv qui l'a demandé. Et la chaine l'ayant payé est détentrice des droits sur le sous-titrage. Elle revend ensuite le sous-titrage aux autres chaines sous forme de Droits.

    Voici quelques infos (source wikipedia)
    "La situation du traducteur de sous-titres (commande, délais, paiement) varie énormément en fonction des programmes et de leur destination. Pour le sous-titrage de films destinés à la distribution en salles, le commanditaire est généralement le distributeur, parfois le producteur. Dans ce cas, la transaction se fait sans intermédiaire. Le tarif de 3,9€ le sous-titre (avril 2009), recommandé par le SNAC (Syndicat national des Auteurs et des Compositeurs, dont dépendent les traducteurs de l'audiovisuel), est largement respecté.

    Dans le domaine du sous-titrage vidéo (séries, programmes de télé-réalité, documentaires pour la télévision, films pour le câble ou le DVD), les conditions de travail du traducteur sont plus difficiles. Le tarif recommandé par le SNAC (2,8 € le sous-titre [avril 2009]) est respecté lorsque les traducteurs parviennent à traiter directement avec les commanditaires. Cependant, depuis une dizaine d'années, les laboratoires de sous-titrage proposent aux diffuseurs (chaînes et éditeurs vidéo) un sous-titrage « clés en main » et présentent des devis englobant le prix de la traduction dans leurs prestations. Le tarif de 2,8 € le sous-titre a laissé la place à une quantité de tarifs fixés au coup par coup selon les commanditaires.

    Ces nouvelles règles ont eu pour conséquences d'une part de supprimer le tarif au sous-titre pour généraliser un tarif au forfait, très pénalisant pour les traducteurs, et d'autre part de priver le traducteur de ses liens avec le diffuseur. Le traducteur se trouve parfois même contraint de faire le double travail de repérage et traduction (ce qui contrevient aux règles de sécurité sociale concernant l'employeur si le traducteur est payé en droits d'auteur et non en salaires). C'est, bien sûr, un facteur supplémentaire de pression financière."

    1
  • Nulenlatin
    "Il est accusé de téléchargement illégal pour avoir téléchargé plusieurs morceaux de musique. Depuis, son procès est passé par de nombreuses phases. Condamné à 10 000 euros d’amende à payer à la SDRM (Société pour l’administration du droit de reproduction mécanique) et à 10 000 euros pour la Sacem, James Climent a fait appel de toutes ces décisions. Rendue tout récemment, la décision de la cour d’appel est finalement négative, après 5 ans de bataille juridique, James Climent est condamné à 20 000 euros d’amende."

    Si le bonhomme s'est limité à une poignée de fichiers (comme suggéré du moins je le comprends comme ça) pourquoi une telle somme?
    0
  • Anonyme
    ABOMINABLE JAILBREAK !

    Certains n'hésitent plus à jailbreaker leur iPhone !

    Alors qu'évidemment, notre Très Cher Steve sait beaucoup mieux que nous ce qui est bon pour nous !
    Il nous protège déjà contre nous-mêmes et nos penchants pervers, en nous interdisant la pornographie !

    Alors, mes frères AppleManiaques, n'hésitez pas :
    - Venez soutenir la pétition pour une interdiction immédiate et définitive de jaibreaker tout iPhone.
    - Soutenez la proposition de loi visant à rendre cette abominable pratique illégale au regard de la loi, et à envoyer les déviants en prison (sans passer par la case départ, et sans recevoir les 20.000 euros).
    - Faites savoir partout que BIG BROTHER surveille tout, et ne manquera pas de châtier comme il se doit tous ceux qui oseraient critiquer l'iPhone (car ils sont manifestement de mauvaise foi, étant donné que l'iPhone est parfait)

    Notre Très Cher Steve vous en sera reconnaissant, et il a absolument besoin de notre argent pour ses bonnes oeuvres...
    (10% iront aux petits chinois, et 90% pour sa Pomme bien-aimée)

    Je compte sur vous pour agir avec fermeté, et sans la moindre pitié.
    Et n'hésitez pas à recopier ce post sur un maximum de forums, afin de faire progresser notre juste cause !

    Vive Notre Vénéré iGourou !
    Et n'oubliez pas que Notre Très Cher Steve possède beaucoup d'actions boursières. C'est donc notre devoir sacré de stimuler ses bourses, afin de faire monter son plaisir, pour notre plus grande joie à tous.

    Votre dévoué Président des AppleFanBoys de France.
    -2
  • Fnouc
    parce que Tom's Guide a une position sur la question, et que ça influence leur plume...

    On a l'impression que le mec a juste téléchargé deux compiles de Daniel Guichard mais il s'agit de "13 788 fichier MP3" ce qui fait pas mal quand même.
    0
  • raphchar
    C'est vrai que là ca fait une différence,
    Petite question : il les a toutes écoutées?
    0
  • bfg666
    13788 mp3 de Daniel Guichard ?
    0
  • riri2
    Écouter 13788 MP3 de Daniel Guichard ? (déjà qu'un seul ...)
    A la rigueur pour les masochiste, ça doit être le summum mais faire subir ça à son entourage ça doit être interdit par la convention de Genève.
    James Climent aurait dû être condamné à perpétuité non pas pour acte de piratage (quoi que l'industrie serait pour) pour acte de torture.
    0
  • Fnouc
    Vous savez, moi j'ai dit Daniel Guichard comme j'aurais dit Magalie Vaé ou Franck Mickael...
    0
  • bfg666
    C'était une blague ! J'aurais peut-être dû insérer un de ces smileys débiles ?
    0
  • Anonyme
    Mais la police ne va rien, faire le jailbraeck n'a rien d4illegal
    0
  • soliniak
    Grosse blague que le débridage d'iphone puisque celui-ci ne pourra jamais rouler a 210 km/h sur autoroute pour etre flashé par les bleus en képi!
    0