Razer Hydra : le jeu par les gestes

En attendant mieux pour le reste

L’Hydra est d’ores et déjà compatible avec pas mal de titres, essentiellement des jeux d’action à la première personne. Dans le pilote bien fait, on peut régler la sensibilité et il y a la liste des jeux avec la description des commandes par défaut.

Premier titre évident, Call of Duty Black Ops, le bestseller absolu qui vous plonge au cœur de l’action en tant qu’agent infiltré dans des opérations secrètes qui couvrent toute l’après-guerre. Et là on déchante un peu. Déjà, il est très fastidieux d’adapter les commandes à ses habitudes dans le menu d’option. Comptez un bon quart d’heure. Ensuite, même avec la sensibilité au minium, les réactions sont très vives et très sensibles, trop d’ailleurs. Après une heure de jeu environ, on s’habitue mais la précision n’atteint pas celle de la souris associée au clavier. En revanche, l’immersion y gagne. Le constat est un peu similaire dans Crysis 2.

En revanche, on décèle bien le potentiel dans ce type de jeu mais on réalise aussi qu’il faudra que les développeurs prennent en compte la possibilité d’utiliser l’Hydra dès la conception. Evidemment, certains jeux de sports et tous les jeux de rôle seraient adaptés aussi. Comme toujours pour un nouveau concept, le succès de l’Hydra ne dépendra pas de la qualité du produit, exceptionnel en l’occurrence, mais de l’adoption qui en sera faite dans le développement des titres futurs. En attendant et en pariant dessus, l’achat se justifie déjà pour jouer à un Portal 2 enthousiasmant.