Samsung UE46D7000 : plus de bords, moins d’euros

Aspect extérieur

C’est peu dire que Samsung fait référence en la matière. La différence entre le D7000 et le D8000 tient finalement à la largeur du contour de la dalle. Là où le D8000 offre 5 mm de métal, le D7000 propose 10 mm de plexiglass. Très honnêtement, on s’en contentera. La finition est impressionnante. On regrettera cependant deux choses. Le pied en plastique chromé ne fait pas illusion deux secondes au touché et la télécommande est d’un autre âge. Mais dans l’ensemble, c’est très satisfaisant.

Ergonomie

Le système de menu a été repris directement du D8000. Nous avons apprécié l’effort réalisé par le constructeur pour expliquer concrètement à quoi servent les réglages. On a droit à de petites images avec un texte explicatif, c’est très grand public. En revanche, nous ne sommes toujours pas convaincus par le module « Smart TV ». Cependant, il fonctionne un peu mieux que lors du test du D8000, à croire que Samsung a profité de l’intervalle de temps pour faire les mises à jour nécessaires. Le marché applicatif du constructeur n’est pour l’instant pas très fourni mais gageons que cela va aller en s’améliorant. Par contre, il va falloir faire quelque chose pour que l’interface réagisse plus vite parce qu’on a plus l’impression de manœuvrer un 38 tonnes qu’une Ferrari, ce qui contraste singulièrement avec la légèreté du design.

Equipement

L’équipement de ce téléviseur est très complet. Il y a quatre ports HDMI, mais une seule prise Péritel, et encore, il faut en passer par un adaptateur fourni. Au passage, Samsung a réussi à mettre toute l’électronique dans la dalle, ce qui n’était pas le cas avant sur les modèles tels que le UE55C9000 qui s’encombrait d’un pied volumineux. Le Wifi est toujours intégré pour ceux qui rechigneraient à tirer du câble RJ45 dans le salon. On peut également lire du contenu dématérialisé via le port USB. Dans l’ensemble, ça fonctionne très bien. La plupart des formats vidéo sont supportés comme le AVI, DivX, MKV, MP4, WMV… Cela étant, il ne faut pas rêver, les sous-titres intégrés au MKV ne passent toujours pas.

Lire le test complet chez EreNumérique