Samsung UE46D7000 : plus de bords, moins d’euros

Quid de la 3D ?

Beaucoup a déjà été dit sur le rendu du Samsung UE46D8000 en 3D et le D7000 offre des prestations similaires. Samsung ne livre qu’une seule paire de lunette. A ce prix, c’est dommage car il vous en coûtera 70 euros supplémentaires par paire. Cela dit, c’est peut-être l’occasion d’acheter une paire ultrafine (SSG-3700CR) que le constructeur a bien voulu nous faire parvenir. Elles sont plus chères, comptez 130 euros, mais aussi très légères (30 gr). Elles fonctionnent en Bluetooth et sont rechargeables en USB.

On peut d’ailleurs acquérir un socle de recharge par induction sur lequel il suffit de poser les lunettes. En revanche, elles ne sont dont pas compatibles avec les anciens téléviseurs 3D de la marque. Dommage. L’électronique est concentrée derrière l’oreille, ce qui dégage de l’espace sur les branches et diminue le poids supporté par le nez. C’est clairement plus confortable si vous ne portez pas déjà des lunettes. En effet, le manque de rigidité de ces nouvelles paires et leur forme plutôt arrondie font qu’elles ont alors tendance à glisser, contrairement à la paire fournie avec le téléviseur. Il y a en effet une petite encoche sur la barre supérieure afin qu’elles reposent sur la paire de vue.

Le ghosting est réduit, l’écran est suffisamment lumineux. C’est un résultat très propre. Mais on reste en deçà des performances d’un Panasonic TX-P42GT30. Par contre, on est nettement au-dessus de celles d’un Sony KDL40EX720, notamment pour le ghosting. La conversion 2D-3D est de la partie aussi. Que dire ? C’est bien évidemment moyen, il n’y a aucun effet de jaillissement, mais c’est tout de même ce qui se fait de mieux en matière de conversion. Samsung fait parfois des erreurs dans l’interprétation de la profondeur, mais au moins il essaye. Les autres constructeurs ne font jamais d’erreurs, c’est vrai, mais l’effet est tellement médiocre que ça n’a aucun intérêt. A tout prendre, je préfère au moins celui qui essaye.

Acheter la D7000 en 40 pouces