Second Life : vrai phénomène ou objet de dérives ?

L'économie parallèle de Second Life

avatars second lifePlus d’un million de dollars dépensés chaque jour par les “joueurs” de Second Life, c’est incontestablement la statistique la plus forte qui ressort de la page d’accueil du site. C’est aussi là l’originalité (et toute la complexité) de Second Life : chacun est libre de créer et de vendre n’importe laquelle de ses créations.

Une monnaie qui s’achète avec de vrais dollars !

Le jeu génère une formidable économie, partant du principe qu’il faut payer pour disposer de Linden Dollars (L$) et que ces mêmes L$ peuvent à terme être convertis en véritables dollars. De fait, le but de beaucoup de joueurs est devenu de faire un maximum ... d’argent.

Vous remplissez votre portefeuille en payant un abonnement (jusqu’à 9,95 dollars par mois) puis libre ensuite de dépenser ou d’investir cet argent (pas si) virtuel. Ne vous y trompez pas, une multitude de micro-entreprises a vu le jour sur Second Life : agences immobilières, casinos, discothèques et même prostitution (sic). Chaque abonné peut ainsi monnayer ses biens et ses services auprès des autres joueurs.

Un million de dollars remportés sur SL

Le jeu pourrait à terme générer des millions de dollars pour ses utilisateurs. Jugez plutôt : à raison d’un taux de conversion de l’ordre de 250 L$ pour un dollar américain, une joueuse a atteint la somme faramineuse d’un million de dollar (soit plus de 250 millions de L$). Cette femme a spéculé sur des terrains, construit et vendu des propriétés, au point d’être devenue la première millionnaire de Second Life.

Aujourd’hui, des milliers d’internautes gagneraient plusieurs milliers de dollars par an grâce à leurs activités marchandes dans le jeu. Comme certains vivent de leur commerce sur eBay, d’autres gagneraient donc leur vie sur Second Life.