Sharp XVZ 17000 : vidéoprojecteur 3D compact

Le plus compact

Si les modèles que nous avons testés jusqu’à maintenant étaient plutôt encombrants, le Z17000 est quant à lui bien plus petit et plus léger. Très basique dans sa forme, presque moche ou sans âme dirons certains, la coque du Z17000 reprend les codes esthétiques des vidéoprojecteurs DATA. 

Il faudra bien gérer son installation physique, car il n'y a pas de lens shift, tout juste une correction de trapèze si nécessaire. On obtient tout de même une belle taille d'image avec un recul de trois mètres (2,3 mètres de base) ce qui permet de bénéficier d’un grand format dans un salon relativement petit. Malheureusement, ce n'est pas la télécommande qui va faire oublier ce manque de caractère, car non seulement elle est qualitativement très basique et en plus elle n'est pas rétro-éclairée.

Un peu de techno

Sous ses airs plutôt sages, le Z17000 intègre tout de même une puce Darkchip 3 de Texas Instrument et deux iris adaptatifs débrayables à votre convenance. Il est bien sûr compatible 3D sous tous ses formats avec les Blu-ray natifs en 3D, les retransmissions télévisées mais aussi les jeux vidéo. Les performances annoncées par Sharp sont en adéquation avec la technologie utilisée, puisqu'on attend un taux de contraste maximum théorique de 40 000 : 1 et une luminosité de 1600 Lumens.

Le taux de contraste est sérieusement à la traîne en comparaison des récents concurrents 2D ou 3D qui titillent les 150 000 :1 mais la luminosité tire les performances vers le haut, un avantage non négligeable pour les séances en 3D. En effet, l'un des points forts du Z17000 tient dans sa capacité à conserver 60 % de sa luminosité lors de l'utilisation avec les lunettes actives. Il est donc vraisemblable que les films en 3D seront plus lumineux que sur les modèles concurrents. Une roue chromatique à six segments permet aux personnes sensibles aux arcs en ciel de ne pas être gênées, ce que nous vérifierons sur le terrain.

Lire le test complet chez EreNumérique