Sony Ericsson Xperia Arc : grand écran et ultra-fin

Fin et léger

Coté prise en main c’est plutôt bon, les boutons tombant naturellement sous les doigts (même si un peu fins à notre goût). On apprécie particulièrement le bouton dédié à la photo qui permet d’accéder rapidement à l’appareil et qui améliore franchement la prise en main lors de la prise de vue. Nous avons été un peu désorientés par l’absence de bouton « recherche » sur le téléphone. Même si ce dernier est relativement peu utilisé, c’est un changement par rapport au standard d’Android. Dernier point qui nous a moyennement convaincu, le dos convexe qui donne son nom au modèle n’est pas idéal d’un point de vue ergonomie. Si elle est moins jolie d’un point de vue esthetique, une solution avec un dos concave (comme sur le X10 ou le Play) aurait été plus confortable.

Grand écran éclatant

Avec ses 4,2 pouces, l’écran ne passe pas inaperçu, la face avant est ainsi totalement noire lorsque l’affichage est éteint, elle est même assez impressionnante. Une fois allumé la bonne impression se confirme, l’écran est lumineux et bénéficie d’un bon contraste tandis que les couleurs sont relativement justes. Fait rare, la lisibilité en plein soleil est bonne, le traitement de la face avant étant efficace. La résolution de 480x854 une image détaillée, même si ce n’est toujours pas au niveau du Retina Display qui équipe l’iPhone 4. Rien à redire sur la précision tactile qui est exellente.

Dernier point notable, ce modèle est le premier de la marque à embarquer un Bravia Engine Mobile. Issue des technologies développées pour les téléviseurs Sony, cette fonction est sensée améliorer la qualité d’image. Bien que partant avec de gros doutes sur cette affirmation, nous avons été très agréablement surpris. Les différences sont réelles. Les couleurs sont plus saturées et surtout les images sont bien plus nettes. Dans l’ensemble, ce Bravia Engine Mobile produit donc des résultats plutôt convaincants.

Lire le test complet chez EreNumérique