Autoradios Bluetooth : Panasonic affronte Sony

Introduction

Les autoradios Panasonic CQ-C3355N et Sony MEX-BT2500 s’affrontent, aujourd’hui, dans un duel qui s’annonce passionnant. Le Bluetooth sur un autoradio, une idée absurde ? Certainement pas. En connectant votre téléphone Bluetooth, à un autoradio compatible, vous bénéficiez d’un kit de téléphonie mains libres et vous recevez vos appels sans avoir à utiliser votre téléphone au volant. La confrontation était donc inévitable entre ces deux acteurs majeurs de la « sono » automobile qui ont choisi, avec ces deux modèles, de se positionner sur le marché des entrées de gamme Bluetooth. Mais derrière des caractéristiques semblables quel est celui qui offre les meilleures performances ?

Caractéristiques
Puissance 4 x 50 W
Façade Intégrale, clapet escamotable
Son SQ (2-band Sound Quality)
Connectique analogique 1 pre-out (2,5 V) et 1 AUX Input
Connectique numérique USB en façade, compatible Bluetooth
Formats lus MP3/WMA
Télécommande En option

Caractéristiques
Puissance 4 x 52 W
Façade façade détachable avec CD slot in
Son EQ lite (égaliseur 2 bandes
Connectique analogique Entrée auxiliaire en façade
Connectique numérique Bluetooth intégré
Formats lus MP3/WMA
Télécommande Infrarouge RM-X304 fournie

Finition et design

C’est le critère qui met, sans doute, le plus à mal les deux autoradios. Très classiques dans leur conception, ils ne brillent pas particulièrement par leur esthétique.

Panasonic entre hauts et bas

Le Panasonic a l’avantage d’offrir une façade plus colorée et surtout brillante qui n’est finalement desservie que par ses traits un peu vieillots. L’ensemble reste correct avec un éclairage plutôt bien dosé. A noter, malgré tout, la faible luminosité des touches qui ressortent peu le jour. La façade escamotable est un plus indéniable. Il est dommage cependant que la structure USB ne soit pas intégrée à la façade amovible. Dernier grief, l’écran qui malgré la façade intégrale donne une impression d’étroitesse.

Note : 50/100

Sony l’alternative du classicisme

Le plastique mat du Sony le rend certes plus sobre mais aussi plus quelconque. Le MEX-BT2500 est très classique dans ses formes. Son écran LCD est complètement dépourvu de fantaisie même s’il affiche une couleur bleue très agréable. Dans l’ensemble, la luminosité fait aussi défaut, notamment au soleil ou la lisibilité de l’écran devient difficile. Le plastique médiocre n’empêche pas l’autoradio d’afficher une apparente solidité. Enfin, le caoutchouc qui entoure le bouton de volume est un peu trop épais ce qui rend son utilisation moins confortable.

Note : 45/100

Sony et Panasonic soufrent de leur positionnement

Les autoradios d’entrée de gamme offrent rarement une esthétique transcendante. Nos deux prétendants ne font pas figure d’exceptions. Dans un style très différent, Sony et Panasonic font valoir leurs qualités mais aussi quelques défauts. Le MEX-BT2500 est plus sobre, mais paradoxalement mieux éclairé que le CQ-C3355N, et son écran plus fantaisiste. Tous les deux souffrent d’une luminosité déficiente en plein jour. En revanche, certains détails comme le voyant luminescent au niveau de l’insertion du CD, présent sur les deux modèles, sont très appréciables. Léger avantage à Panasonic pour un aspect général plus chatoyant.

Qualité audio

Le Panasonic exemplaire

Le Panasonic offre une qualité sonore surprenante pour un appareil d’entrée de gamme. La puissance est au rendez vous avec 4 x 50 W. Ajoutée au son limpide émis par le CQ-C3355N c’est un véritable plaisir. Le tuner FM est lui aussi très correct avec une réception de qualité. Il est possible de régler les principales caractéristiques acoustiques grâce notamment à l’équilibrage des basses et des aigus. Seul point faible du Panasonic : sa tendance à saturer lorsqu’on monte le niveau des basses.

Note : 75/10

Sony tient le choc

Le son du MEX-BT2500 est lui aussi assez surprenant au vu du prix du produit. Que ce soit en CD / MP3 ou via le tuner FM aucun parasitage n’est à signaler et l’écoute est agréable. Comme Panasonic, l’autoradio de Sony présente plusieurs environnements sonores (plus faciles d’accès néanmoins) mais aussi un equalizer grâce à une touche dédiée. Un plus incontestable. Enfin, en termes de puissance, le MEX-BT2500 affiche 4 x 52 W, plutôt courant pour les Xplod de Sony.

Note 70/100

Panasonic accentue son avance

Même si le Sony lui est légèrement supérieur en puissance, Panasonic gagne ce duel d’une courte tête grâce à une qualité sonore très au-dessus de la moyenne. Celle-ci est bien plus audible en CD et MP3, les deux appareils affichant des performances égales en FM. Pour autant, le MEX-BT2500 n’a pas à rougir de ses performances d’autant plus qu’il offre une prise en main plus instinctive en matière de réglages.

Installation et confort d'utilisation

Pensés pour une installation facile

Lorsqu’il s’agit de comparer leur difficulté d’installation, les deux appareils présentent des qualités égales en tout point. Très faciles à mettre en place le Panasonic et le Sony se payent, en plus, le luxe de fournir deux faisceaux en fiche ISO supplémentaires pour les différents modèles de voiture. Pas de mauvaise surprise donc et la certitude de ne pas devoir acheter un adaptateur lors de l’acquisition de ces autoradios. Petit plus non négligeable : l’horloge se règle automatiquement aussitôt les deux modèles branchés en utilisant une fréquence radio.

Note ex æquo : 80/100

Sony revient dans la course

Dans le confort d’utilisation, Sony comble le retard acquis jusqu’ici. Le MEX-BT2500 offre un usage très instinctif qui le rend simple d’accès. Aussi bien l’utilisation classique (CD/ tuner) que poussée (réglages) sont faciles à intégrer même pour des utilisateurs non confirmés. Si le Panasonic offre la même simplicité au niveau de la navigation dans les menus, il s’avère plus difficile d’y peaufiner ses propres réglages. Par ailleurs, le CQ-C3355N faibli là ou Sony confirme : dans la vitesse de chargement des pistes sur CD.

Au niveau de l’ergonomie générale, les deux autoradios sont proches. Bien que fines, les touches du Panasonic sont faciles d’accès, autant que celles du Sony. Ce dernier aurait pu faire un sans faute s’il n’avait été victime de quelques aberrations comme cette touche « pause » dissimulée dans le menu de la touche « 6 ». Enfin, au niveau du détachement de la façade il convient de noter qu’une fois la manipulation acquise, l’opération est plus agréable et plus pratique sur le Panasonic.

Note du Sony : 75/100

Note du Panasonic : 65/100

Fonctionnalités

Panasonic permet quelques folies

Toutes les fonctionnalités de base sont présentes dans le CQ-C3355N. L’autoradio de Panasonic est compatible avec tous les formats de CD du CD-R +/- au CD-RW +/- et les formats MP3 et WMA pour la musique. Par ailleurs, son port USB en façade peut s’avérer très utile pour coupler son autoradio avec son baladeur MP3 ou son iPod.

Le Panasonic est compatible Bluetooth. Il faudra donc acheter le kit Bluetooth CY-BT100N du constructeur pour pouvoir bénéficier de cette option sur cet autoradio. C’est d’ailleurs le cas pour l’ensemble des autoradios de la marque. L’installation de ce kit est une opération qu’il conviendra le plus souvent de confier à votre garagiste puisqu’il faudra faire traverser une partie des câbles du kit dans l’habitacle même de la voiture. Enfin, le CQ-C3355N possède deux sorties auxiliaires à l’arrière pour lui adjoindre jusqu’à deux amplificateurs.

Note : 55/100

Le Bluetooth intégré du Sony marque des points

Le MEX-BT2500 offre lui aussi toutes les fonctionnalités classiques d’un autoradio (touche trafic auto / RDS). Le lecteur CD accepte les CD-R +/- et CD-RW +/- sans compter la compatibilité MP3 et WMA. Au niveau de la connectivité, Sony compte deux atouts essentiels : sa prise jack en façade et le Bluetooth intégré. Le premier le rend compatible iPod, entre autres, tandis que le second en fait un autoradio de nouvelle génération avec lequel il est possible de combiner son téléphone mobile.

A noter, cependant, que la synchronisation et l’utilisation entre les deux appareils n’est pas une mince affaire et qu’elle risque de demander quelque temps avant que l’utilisateur ne s’habitue à son fonctionnement. Quant à la qualité du Bluetooth, le niveau moyen est atteint. Le son comporte quelques parasites et l’emplacement du micro, derrière la façade amovible, ne facilite pas son utilisation. Enfin, le MEX-BT2500 est un autoradio qui ne pourra satisfaire les amateurs de tuning du fait de l’absence de sorties auxiliaires à l’arrière, pour les amplificateurs notamment.

Note : 55/100

Le Bluetooth comme juge ?

En raison d’une connectivité plus complète, Panasonic aurait dû gagner ce duel haut la main. Mais la complexité de son Bluetooth et le coût très onéreux de l’opération (plus cher que l’autoradio lui-même) le font retomber au niveau de son adversaire. Sony accuse le coup sur le niveau de la connectivité mais se maintien dans la course grâce au Bluetooth intégré

Sécurité

Parés contre le vol

Panasonic et Sony ont décidé d’équiper leurs deux modèles d’un système antivol que certains croyaient dépassé mais qui pourtant continue à faire ses preuves. C’est donc la sécurité à clés qui a été choisie pour rendre le vol de la base plus problématique. Seul inconvénient de ce système : il faut emporter les 2 clés métalliques avec soi si on veut pouvoir sortir la base pour changer l’autoradio ou même raccorder la câble d’antenne qui se serait détaché.

Note ex æquo : 70/100

Sony plus sûr au volant

La sécurité au volant est un argument essentiel trop peu pris en compte lorsqu’il s’agit de choisir un autoradio. Dans ce duel, Sony a une longueur d’avance sur son concurrent même s’il doit faire face à certaines lacunes. L’une d’entre elles est assurément la chaleur dégagée par la base de l’autoradio qui dépasse amplement celle de Panasonic.

Néanmoins, Sony offre une utilisation plus sûre dans l’usage quotidien de son autoradio grâce à un meilleur regroupement des boutons principaux autour du volume, grâce à des touches plus espacées et par l’adoption d’un slot in en façade qui nécessite moins d’attention vers l’autoradio qu’avec une façade escamotable. Par ailleurs, la télécommande, fournie à l’achat du Sony, peut être un plus au niveau de la sécurité pour peu que les voyages se fassent à plusieurs. Pour ces manipulations courantes le Panasonic nécessite plus d’actions ce qui le rend moins sûr.

En revanche, lorsqu’il s’agit d’activer la fonction Bluetooth de l’appareil, Panasonic affiche un niveau de sécurité nettement supérieur à Sony. En effet le kit Bluetooth du CQ-C3355N regroupe autour du conducteur les principaux éléments de la conversation (micro et commutateur) là où avec le MEX-BT2500 l’utilisateur est contraint à de nombreuses manipulations sur l’autoradio même qui nécessitent de rester appuyé de longues secondes sur la touche « source », voir de se pencher vers l’appareil pour une meilleure élocution.

Note du Sony : 60/100

Note du Panasonic : 55/100

Conclusion

Comme souvent entre deux produits assez proches, il est difficile de désigner un vainqueur pour ce duel des entrées de gamme Bluetooth. Le Panasonic aurait eu une avance nettement plus marquée si les deux autoradios avaient été considérés sans leur fonction Bluetooth. Le CQ-C3355N est supérieur au MEX-BT2500 en ce qui concerne le design, la qualité audio et la connectivité mais marque un recul sur la sécurité, le confort d’utilisation et le Bluetooth.

PANASONIC CQ-C3355N
Plutôt coloré dans son design le CQ-C3355N offre un bon rapport qualité prix. Sa qualité sonore est très au-dessus de la moyenne et dans l’ensemble, il s’agit d’un autoradio agréable à l’usage pour peu qu’on maîtrise ses réglages. Toutefois, la nécessité d’un kit Bluetooth est regrettable.
  • Les plus
  • Les moins
    • Le son limpide
    • Facilité d’installation
    • Connectivité complète
    • Nécessité d’un kit Bluetooth
    • Finition et design perfectibles
    • Des lenteurs pour le chargement des pistes

SONY MEX-BT2500
Tout en sobriété, le MEX-BT2500 est un entrée de gamme Bluetooth plus que correct. S’il n’est pas un autoradio pour les amateurs de tuning, il est suffisamment convainquant pour un usage ordinaire. C’est par sa simplicité aussi bien dans l’esthétique que dans l’utilisation que l’autoradio de Sony marque les esprits.
  • Les plus
  • Les moins
    • Le Bluetooth intégré
    • Bonne qualité audio
    • Disposition des touches instinctive
    • L’écran pauvre en couleurs
    • La faible luminosité de l’ensemble
    • La sécurité au volant en mode Bluetooth

Le Panasonic CQ-C3355N face au Sony MEX-BT2500