[Test] Sony Tablet S : enfin une alternative à l'iPad

Une prise en main immédiate ?


Depuis l’annonce de sa tablette fin 2010 Sony n’a cessé de répéter que celle-ci serait différente. Depuis sa présentation officielle, le discours est devenu plus précis : la forme même de la tablette, son inclinaison et la répartition inégale du poids en raison de son asymétrie auraient pour conséquences de modifier en profondeur l’expérience de l’utilisateur. Il nous tardait donc de voir comment la conception de la tablette pouvait peser sur son utilisation.

L’avis de Dimitri :

Les premières heures avec la Sony S sont délicates : il faut un temps pour se faire à sa prise en main atypique. D’autant plus que les tranches épaisses et rugueuses ne présentent pas un intérêt immédiat. En  revanche, ce choix esthétique prend tout son sens lorsqu’on utilise la tablette en mode portrait. La prise à une main est simplifiée ce design pourrait même être un avantage pour ceux qui souhaiteraient exploiter la fonction eReader de la tablette.

Enfin, l’inclinaison de la tablette n’a aucune incidence sur la saisie, la Sony S, bien que différente de ses concurrents n’est pas plus pratique pour écrire, et plus globalement pour travailler. On touche ici aux limites du format tablette, tout simplement.

L’avis de Johann :

Contrairement à ce qu’affirme Sony, la prise en main de sa tablette n’est pas plus facile ou plus agréable malgré sa forme particulière. En format paysage, aucune différence flagrante n’est à noter. En revanche, le déséquilibre se fait largement sentir en position portrait. Pour un jeu par exemple, la prise en main est perturbée par le fait qu’un côté soit plus épais que l’autre. Petit plus, l’ajout du pavé numérique au clavier lorsqu’il s’agit de taper un mot de passe. Dommage que l’éditeur n’ait pas ajouté cette possibilité pour toute utilisation du clavier.