Sony Ericsson T650 : un téléphone design et multimédia

Présentation du Sony Ericsson T650

Après une pause dans ses sorties de nouveaux produits, la rentrée de Sony Ericsson s’annonce chargée. Première salve de cette nouvelle vague, le T650 qui ressuscite la célèbre Série T du constructeur. Le T610 avait marqué son époque par son design et ses capacités. Le T650 saura-t-il faire aussi bien ?

Caractéristiques
Dimensions 104 x 46 x 12,5 mm
Capteur photo 3,2 mégapixels
Mémoire interne 20 Mo + carte mémoire 256 Mo
Résolution de l’écran 240 x 320 pixels, 1,9 pouce
Poids 95 g

Une autonomie pour les bavards

Ça commence bien pour le T650 puisque ses performances en terme d’autonomie s’annoncent excellentes. Avec presque 3 h 30 d’affilée en communication, ce Sony Ericsson se place même dans le peloton de tête des téléphones testés sur Bestofmicro. Autant dire que les grands bavards seront ravis par ce modèle à la hauteur de leur utilisation.

De multiples fonctions mais moyen en photo

Coincé entre la gamme K (Cybers-shot) et W (Walkman), ce T650 en devient difficilement identifiable. Bon a tout faire mais mauvais en tout ? Le raccourci serait bien trop simple.

Un T650 à tout faire ?

En fait, ce modèle se concentre surtout sur la téléphonie et la visiophonie, il faudra donc considérer le capteur photo et le lecteur multimédia comme accessoires. Cela n’a pourtant pas empêché Sony Ericsson de soigner ces fonctions : ses 3,2 mégapixels avec autofocus en témoignent, seul le flash déçoit, puisque qu’il reste manuel. Les plus bricoleurs apprécieront, ils pourront s’en servir de lampe de poche de dépannage. Du côté du lecteur audio aussi, ce T650 affiche quelques manques. Le plus visible est sans aucun doute la non-gestion des pochettes d’album. On devra donc se contenter simplement des informations classiques d’une chanson.

Un concurrent au K810 ?

Question photo, on attendait beaucoup du T650 puisqu’avec ses 3,2 mégapixels et son autofocus, il se posait en parfait concurrent des K810 ou Nokia N73. Mais il ne faudra malheureusement pas s’attendre à des miracles, il est moins performant que ces modèles dans la gestion du bruit. Comme évoqué ci-dessus, il faudra également activer manuellement le flash si besoin. Attention au rendu des photos que nous vous présentons, elles ont été réalisées avec un modèle pré-série ayant tendance à tirer vers le rouge.

Photos réalisées avec une pré-série du T650 non finalisée

Écran réduit et interface très rapide

Pourquoi pas un écran de 2 pouces ?

Lorsque l’on a le T650 en main, on ne peut s’empêcher de penser au W880, de la gamme Walkman. Il utilise en effet un écran de la même taille : 1,9 pouce. Du coup, on reste un peu sur sa faim. Lorsqu’il est éteint, l’écran s’annonce grand, mais une fois allumé, on se rend compte qu’un cadre noir relativement large l’entoure. Cette place disponible nous fait encore plus regretter de ne pas disposer d’un écran d’au moins 2 pouces.

Il faut toutefois reconnaître qu’il présente une très bonne qualité, amplifiée par la disposition d’une plaque en verre brillant à sa surface. Les contrastes sont ainsi très prononcés en laissant malgré tout une bonne lisibilité à l’écran en extérieur ensoleillé.

Le célèbre joystick Sony Ericsson disparaît

L’interface Sony Ericsson est toujours aussi réussie, simple et très rapide, elle ne nécessite pas vraiment de temps d’adaptation à ceux qui la découvrent. Un menu pour accéder à toutes les fonctions et des touches programmables pour les raccourcis vers les fonctionnalités les plus utilisées.

Mais la vraie grande nouveauté vient de la disparition du célèbre joystick multidirectionnel cher à la marque nippo-suédoise. Avec autant d’adeptes que de détracteurs, ce système avait équipé une majorité des modèles de la marque depuis sa création. Sony Ericsson a donc décidé de mettre un terme aux polémiques entre pros et antis en intégrant plutôt un classique pad à quatre directions et bouton central, très proche de ce que peux faire Nokia avec son très réussi 6300.

On n’y perd pas vraiment au change en terme d’ergonomie et on se réjouit même d’un tel système qui sera certainement beaucoup plus fiable que le joystick. Ce dernier avait tendance à accuser le coup, parfois avant moins d’un an d’utilisation.

Finition et design en haut de l’affiche

Finition impeccable à la Sony Ericsson

Pour un téléphone misant en grande partie sur son capital séduction, il lui fallait être irréprochable dans ce domaine. Autant dire que le pari est réussi de la part de Sony Ericsson. Les matériaux sont nobles : plastique au toucher agréable pour la partie colorée, aluminium brossé pour celle entourant l’écran et une moitié de sa face arrière. L’assemblage est lui aussi parfaitement réussi, la coque recouvrant tout le dos de l’appareil n’étant qu’une seule et même pièce. Cela permet d’éviter les jeux que présentent souvent les caches de batteries. Le tout est bloqué par un verrou situé sur la tranche supérieure du téléphone aux côtés du bouton d’alimentation.

Le T650 mise beaucoup sur son design

Bien qu’il ne soit pas à clapet ou slide-up, le T650 met vraiment en avant son design. Il faut dire que celui-ci a le mérite de sortir de l’ordinaire, surtout grâce à la forme des touches de son clavier qui sont agréables à utiliser et préviennent même des fautes de frappe grâce à leur espacement. Il est également disponible en deux couleurs, bleu comme dans notre test ou encore vert, deux couleurs originales. On saluera également l’épaisseur limitée de seulement 12,5 mm, appréciable dans une poche.

Mais la principale innovation en terme de design vient certainement de ses effets d’illumination coordonnés entre écran et clavier, mais surtout différents selon les heures de la journée. Comme vous pouvez le voir sur notre test vidéo du T650, ceux-ci varient en fonction de l’heure. Vert foncé en début de matinée, le fond d’écran se fait de plus en plus clair au fur et à mesure de l’évolution du soleil dans la journée. En fin d’après-midi, tout s’assombrit pour devenir bleu intense en pleine nuit. Cette trouvaille n’amène pas grand-chose en terme de fonctionnalité, mais il faut avouer qu’elle fait vraiment son effet.

Qualités sonores dans la moyenne

Il est clair que le T650 est au-dessus de la moyenne de ses concurrents dans ce domaine. Malgré tout, il n’atteint pas ce que peut faire un K810 ou un Nokia 6300. Le son reste globalement cotonneux en mettant un peu trop en avant les basses fréquences. Du coup, il manque légèrement de clarté et risque d’être peu compréhensible en environnement bruyant.

Les mêmes défauts en écoute musicale

On retrouve malheureusement les mêmes caractéristiques lors de l’utilisation de la fonction baladeur MP3. Avec le casque fourni (un intra auriculaire d’excellente qualité), le résultat est le même qu’en communication. Heureusement que l’égaliseur nous permettra de rattraper ce défaut, mais pas entièrement. Avec d’autres casques comme un Koss Porta Pro ou une paire d’écouteurs Panasonic plus génériques, le test tend vers le même genre de résultat. Bon point par contre au haut-parleur externe qui fournit, toutes proportions gardées, un son de qualité.

Notre verdict sur le T650

Sony Ericsson T650
La série T fait donc un retour en fanfare et reste même fidèle à elle-même : un vrai design original et élégant saupoudré de juste de qu’il faut de multimédia. Une réussite légèrement assombrie par quelques détails comme le flash manuel ou le lecteur audio basique. Une bonne référence pour tous les amateurs de design qui ne veulent pas miser que sur cela
  • Les plus
  • Les moins
    • Design et finition excellents
    • Très bonne autonomie
    • Système de rétroéclairage original
    • Écran un peu petit
    • Un son qui joue trop sur les basses
    • Quelques défauts en multimédia (flash manuel)