Test : que valent les TV connectées ?

Samsung : pléthore ne fait pas tout

Lecture réseau

Sur une bonne partie de la gamme, Samsung intègre désormais une connexion réseau revue et corrigée. Sur les modèles les plus onéreux, un adaptateur WiFi n est livré, sur les autres, il est disponible en option. Pour se connecter à un ordinateur, les téléviseurs Samsung s’appuient sur le protocole DLNA. Ce service utilisant par défaut le lecteur Windows Média pour lire du contenu, quelques limitations apparaissent.

Ainsi si tous les formats vidéo sont reconnus, et ce jusqu’au MKV Full-HD, les pistes audio multiples et les sous-titres encapsulés ne passent pas. Pour le reste, la lecture démarre assez rapidement et sur un réseau filaire, il n’y a pas de saccades ni de ralentissements. En revanche, il faudra jongler avec les formats de mise à l’échelle pour que l’image soit en plein écran et respecte ses proportions d’origine.

À signaler que les pistes audio Dolby Digital et DTS peuvent être reproduites par les haut-parleurs du téléviseur en stéréo mais aussi transiter par une sortie numérique vers un système audio home cinéma qui décode ces formats. Les photos sont également diffusées sans souci, même les fichiers les plus volumineux, mais le temps d’attente entre deux clichés sera alors assez long.

Bien évidemment, on pourra aussi copier des vidéos, des photos et des musiques sur un support de stockage USB à connecter sur un port idoine du téléviseur. Cela accélère grandement les temps de chargement et lève les limitations du DLNA. Ainsi, les sous-titres des MKV seront reconnus et ce sera parfait pour un diaporama photo. Sur les modèles haut de gamme, le port USB permet aussi d’enregistrer la TV sur un support de stockage externe. Il faudra alors utiliser un disque dur qui peut être autoalimenté et qui sera dédié à cette tâche, car le téléviseur va le formater pour cet usage seulement, sans doute aussi pour empêcher la copie.

Lire le test complet avec notre partenaire EreNumérique

Web TV

Ce sont évidemment les services Web proposés qui nous intéressent en premier lieu et une touche dédiée de la télécommande permet d’y accéder. Le menu est organisé en favoris, applications et magasin en ligne. En allant sur Samsung Apps s’ouvre une nouvelle fenêtre plein écran, avec à gauche les catégories et à droite les applications. On est impressionné par le grand nombre de services disponibles qui pour l’heure affichent tous un 0,00 dans la case prix. Les applications sont rangées en catégories.

Après en avoir essayé quelques-unes, on déchante tout de même assez rapidement. Bien sûr, il y a déjà les traditionnels YouTube et Picasa auxquels s’ajoute Skype (à condition d’acquérir une webcam compatible). Il y a ensuite des applications dédiées aux informations dans différents domaines, surtout le sport et les finances. Certaines sont même affublées du suffixe présomptueux de TV. En fait, il ne s’agit que de news sous forme de texte accompagné dans le meilleur des cas par une photo. L’intérêt est plus que limité, car ce format n’est guère conçu pour un téléviseur.

De plus, la navigation à la télécommande est pataude et lire sur un si grand écran n’est pas agréable. On aura tôt fait de retourner sur son ordinateur pour consulter ses sites habituels bien plus agréables à parcourir avec la souris ! Un iPad posé sur la table basse du salon sera encore plus à même d’assouvir le besoin d’infos dans le canapé.

Samsung Apps regorge aussi de petits jeux, mais qui sont pour le moins limités, aussi bien graphiquement que du point de vue de leur intérêt. Certes, il est possible de faire une partie de Memory avec le petit dernier, mais c’est à peu près tout. Le jeu le plus abouti est un bowling en fausse 3D où il faut appuyer au bon moment sur le bouton OK de la télécommande, alors que des curseurs se baladent pour déterminer la force et l’orientation du tir. Disons qu’au moins, on peut y jouer 10 minutes sans se lasser.

Là encore, la comparaison avec un iPad aboutit un peu à comparer un PlayStation 3 à un jeu électronique pour enfant en quatre couleurs. Le processeur du téléviseur n’est sans doute pas adapté, mais il aurait tout de même été possible de faire bien mieux, par exemple un jeu de stratégie en ligne un peu décent ou un jeu d’aventure à tableaux fixes, enfin quelque chose qui exploite un tant soit peu la grande dalle LCD en Full-HD. Il y a fort à parier que même si on trouve certaines applis amusantes au début, on n’y reviendra plus jamais au bout de quelques essais...