Faut-il craquer pour une TV 3D ?

3D : des constructeurs réactifs


Depuis la sortie d’Avatar en 3D dans les salles obscures, fin 2009, le cinéma en relief a le vent en poupe. La vie d’un film continuant dans les salons, les constructeurs de téléviseurs ont profité du grand succès du film de James Cameron pour se lancer sur ce marché. C’est avec un court laps de temps que les constructeurs proposent leurs premiers téléviseurs 3D. Avatar est sorti en novembre dernier et les premiers modèles de TV 3D seront disponibles dans les jours prochains. Un véritable pari sur une technologie qui, jusqu’à Avatar, n’avait pas passionné les foules. Même si l’expérience 3D peut être désormais grisante au cinéma, faut-il pour autant craquer pour un téléviseur compatible ?

3D : une nouvelle façon de regarder la TV


La 3D c’est tout d’abord l’étonnement de voir une image autrement. Les films sont pris sous un angle différent et la magie opère. La profondeur de champ au cinéma est une variable à laquelle l’oeil humain est peu habitué. Avec un équipement 3D chez soi, on pourra voir différemment ses films ou un match de football. C'est en tout cas la révolution promise par les constructeurs à grands renforts de slogans.

La télévision 3D prend une nouvelle dimension

Le prix : 33 % plus cher qu'un LCD classique


Luc Saint-Elie, porte-parole de Panasonic, estimait il y a quelques semaines que « la différence de prix entre un LCD classique et un autre 3D ne devrait pas être abyssale. » Cette comparaison ne semble plus valide à l’heure actuelle, alors que les constructeurs viennent de présenter leurs gammes de TV 3D et leurs prix. Le moins cher serait Samsung avec une dalle de 40 pouces de la série C750 vendue 1500 €, soit 33% plus cher qu’une LE40B750 du même constructeur, son pendant non-3D. Les autres constructeurs explosent encore plus les prix avec une 40 pouces à 2300 € chez Sony ou encore un téléviseur de 32 pouces à 1600 € chez Philips.

Avatar pèse  un pétaoctet

Des accessoires indispensables


Une fois l’étape du téléviseur passée, il reste encore à s’équiper en lunettes 3D. Dotées d’une technologie active, les télévisions 3D nécessitent l’utilisation de lunettes électroniques compatibles. Vendues séparément, elles seront affichées entre 100 et 150 € la paire. Notons qu’elles ne seront pas transposables d'une marque à l'autre. Aussi, pour le moment, il est impossible d’utiliser des lunettes Samsung sur un téléviseur Sony, par exemple.

Pour compléter son installation 3D, il sera également possible d'opter pour une platine Blu-ray 3D. Samsung lance la sienne ce mois-ci à 399 €, la BD-C6900. Sony a placé la barre plus bas avec deux platines à 200 et 250 $ aux États-Unis. Rappelons que le constructeur nippon a également annoncé que la Playstation 3 serait rendue compatible Blu-ray 3D via une mise à jour en juin 2010, un détail qui soulagera quelques bourses. Enfin, pour rendre compatible son installation, il faudra remplacer les câbles HDMI par des HDMI 1.4, nouvelle norme gérant la 3D. Les actuels 1.3 ne permettent pas de transmettre des flux 3D. Un détail qui salera un peu plus la facture, étant donné qu'un câble HDMI 1.3 de deux mètres coûte encore 20 € en moyenne.

Au final, la facture est salée puisqu’elle s’élève à plus de 2000 euros pour un téléviseur, une platine Blu-ray et quatre paires de lunettes. Un équipement qui, on l’espère pourra être rentabilisé par une masse conséquente de contenu 3D.

Peu de programmes et Blu-ray 3D en 2010


La version 3D d’Avatar n’arrivera qu’en 2011 a-t-on appris récemment. Malgré tout, quelques Blu-ray 3D Full-Frame (avec lunettes actives et non polarisées) verront le jour cette année dont Tempêtes de boulettes géantes, Monstres contre Aliens ou encore Toy Story 3. Pour l’instant Sony et Disney sont les seuls distributeurs à s’activer autour de la 3D de salon.

En télévision à proprement parler une chaîne britannique a déjà annoncé passer à la 3D. En France, Orange va diffuser le tournoi de tennis de Roland-Garros en 3D. Canal+ souhaite s’impliquer sur ce nouveau marché, mais n’a pas encore dit quand ni comment. Enfin, toujours en sport, la coupe du monde de football 2010 sera filmée en 3D. On ne sait pas si elle sera diffusée dans une telle version. Par contre, Sony sortira une version Blu-ray 3D de cette coupe du monde.

Conversion 2D vers 3D : un passage sinueux

Demi-avantage, les téléviseurs 3D seront capables de transposer de la 2D en 3D. Samsung, par exemple, a annoncé l’intégration de cette fonctionnalité dans ses téléviseurs. On se permettra d'émettre des doutes quant à la qualité de cette technique sur les chaînes de télévision dont le rendu HD n'est déjà pas toujours convaincant.

Recyclage des vieux films

Du côté des majors, Sony souhaite convertir une partie de son catalogue pour les vendre en tant que titres 3D et éventuellement leur redonner une seconde vie au cinéma.

À ce sujet, le réalisateur Michael Bay (Armageddon) considère que « cela ressemble à de la fausse 3D, avec des couches beaucoup trop visibles ». Il ajoute que « le procédé de conversion sera toujours inférieur à un tournage en vraie 3D. »

La 3D appliquée aux jeux vidéo

Outre les films et la télévision, la 3D servira également le jeu vidéo. Lors du salon de l'IFA 2009, Sony présentait d'ailleurs une version 3D très convaincante de son jeu de course futuriste, Wipeout HD.

400 jeux compatibles

Côté PC, nVidia va mettre à profit son expérience 3D Vision. Ainsi, pour 40 € (gratuit pour ceux qui possèdent le 3D Vision), on pourra obtenir le programme 3DTV Play permettant de profiter des performances 3D de son téléviseur sur les jeux installés sur son PC (400 jeux compatibles). Pour ce faire, aucun besoin de se procurer les lunettes nVidia, celles fournies avec le téléviseur suffiront. Précisons que la firme au caméléon a signé un partenariat avec Panasonic. Aussi, dans un premier temps, cette option nVidia ne sera compatible qu’avec les téléviseurs 3D Viera.

La 3D : un pari risqué ?


La 3D domestique voit le jour cette année. Elle est attractive, mais comme bon nombre de nouvelles technologies, les périphériques de première génération pourraient essuyer les plâtres. Dans le doute, attendre la prochaine étape, en 2011, pourrait être une solution pour les plus patients.

Plusieurs imperfections jalonnent encore ce marché. Coûteuses, les lunettes ne sont pas harmonisées et seulement compatibles avec les téléviseurs de la même marque. Les prix de ces téléviseurs sont élevés pour des modèles qui ne sont pas forcément à Led ou 200 Hz. Jeune marché, la 3D a encore besoin d’étoffer son offre et surtout son contenu. Principal vecteur de motivation, les chaînes de télévision viennent ou sont en passe de se décliner en Haute Définition. Cela représente un coût important pour les entreprises publiques ou privées qui ne seront peut-être pas enclines à s’engouffrer aussi vite dans une nouvelle aventure 3D. Les prochains événements sportifs nous en apprendront certainement plus sur l’avenir proche de la 3D dans les foyers français.

TV 3D : les premières impressions