[Test] LG Optimus G Pro, un grand téléphone avec un petit retard

Android et Optimus, le duo gagnant

Ceux qui connaissent l’interface de l’Optimus G ne seront pas dépaysés : il s’agit peu ou prou de la même. On retrouve donc Android, mais dans une version antérieure : 4.1.2 Jelly Bean. Difficile de comprendre pourquoi la mise à jour 4.2 n'est pas de la partie, d'autant plus que la 4.3 vient de faire son apparition.

La palette graphique de l'interface baptisée Optimus UI est pour le moins coloré, chose à laquelle il faudra s'adapter. Heureusement, tout comme sur l’Optimus G, la fluidité y est exemplaire. Les deux gigaoctets de mémoire vive n’y sont pas pour rien et c’est appréciable. La barre de notification est agrémentée de plusieurs raccourcis qui feront économiser du temps tels que l'activation du NFC, le réglage de la luminosité ou encore un mode d'économie d'énergie.

Parmi les nouvelles fonctions bien pratiques, les notifications SMS s’affichent en forme de bulle interactive : il est possible d’y répondre directement, sans transiter par les menus. Un gain de temps qui peut paraitre anecdotique, mais qui évite de devoir quitter l’application en cours. Toujours dans cette idée, le mode multitâche Q-Slide prend ici une tout autre ampleur grâce au grand écran. Les fenêtres ne se chevauchent pas et le passage de l’une à l’autre est aisé.

Les traditionnels logiciels préinstallés

Pour tirer parti de la grande taille de l’Optimus G Pro, LG met en avant le logiciel QuickMemo, qui est d’ailleurs défini en raccourci par défaut sur le bouton additionnel du téléphone. Il permet d’annoter rapidement une capture d’écran, bien que l’absence de stylet rende la tâche plus difficile qu’avec un Galaxy Note 2. L’application Carnet est l’équivalent chez LG du S-Note de Samsung, mais la réflexion sur le stylet vaut encore ici.

Pour le reste, quelques exclusivités garantissent à l’interface Optimus UI de se démarquer de la concurrence, tels que le traducteur « à la volée »Quick Translator ou l’outil de sécurisation SafetyCare. À noter enfin pour ceux qui apprécient de contrôler tous les appareils depuis un même objet, l’Optimus G Pro est équipé d’un capteur infrarouge, qui fonctionne de concert avec l’application QuickRemote.

VerdictLa personnalisation d’Android est un exercice qui peut se révéler périlleux. En reprenant les bases acquises sur l’Optimus G, le Pro s’en sort très bien, en apportant son lot de nouveauté propre à son design phablette, tout en conservant une fluidité irréprochable. Un bémol cependant : où est passé Android 4.2 ?
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire