[Test] Sony Xperia Tablet Z : le top model des tablettes

Une interface et des fonctions léchées

L’Xperia Tablet Z est aussi bien lotie que sa version smartphone en matière d’Android. Sony a travaillé sur une surcouche relativement légère, autant sur le plan de l’aspect que des ressources. Ces deux choses profitent au passage à une même cause : permettre une mise à jour plus simple et plus rapide lorsque de nouvelles versions d’Android sont déployées. Ainsi, le constructeur nous a garanti que le système sera mis à jour vers la version 4.2.

D’ici là, il faudra composer avec Jelly Bean, mais dans sa version 4.1. Fort heureusement, la majeure partie des qualités de l’OS sont déjà de la partie ici. Ainsi, le système est d’une fluidité à toute épreuve, que ce soit dans le défilement des menus que dans la réactivité générale.

Des fonctions spécifiques

Comme sur le Xperia Z, la tablette profite de plusieurs fonctions spécifiques à Sony. Ainsi, l’utilisateur peut à tout moment recourir à des applications qui viendront se superposer sur l’écran : les Small Apps. Une calculatrice, un agenda ou encore une note, ces ajouts se révèlent utiles dans certains cas de figure. La bonne nouvelle réside dans le format de ces mini applications, ouvert aux développeurs. Ainsi, le Play Store regorge de widgets qu’il est possible d’ajouter.

Autre fonction appréciable que l’on trouve dans les paramètres, un mode « Stamina ». Ce dernier va, à l’instar de la fonction « mode veille » du HTC One, couper les connexions 3G/4G et WiFi ainsi que les notifications du système dès lors que l’écran est coupé. L’objectif premier est la sauvegarde de la batterie - plus limitée que sur une tablette 10 pouces concurrente -, mais un autre cas de figure se laisse entrevoir : avoir la paix dès que l’on ne regarde pas sa tablette !

Enfin, l’Xperia Tablet Z est, toujours comme le téléphone, certifiée PlayStation. Les jeux de la première console de salon de Sony portés pour l’occasion sont donc compatibles et d’autant plus jouables qu’un utilitaire maison permet de connecter une manette PS3, sans bidouille particulière.

Un lecteur audio brillant

Les applications multimédias profitent bien sûr d’un développement maison. Irréprochables sur le plan de l’interface, notons au passage que le lecteur multimédia Walkman est probablement la meilleure solution constructeur sous Android.



On regrette juste que la faible compatibilité du lecteur vidéo, comparé à ce que permet celui de Samsung par exemple. Ainsi, la lecture de fichiers MKV par exemple devra nécessairement passer par une application tierce. Pour le reste du système et des fonctionnalités, les habitués d’Android ne seront pas dépaysés, de l’interface de notification aux boutons de raccourcis.

Verdict : La partie logicielle est aussi travaillée que le matériel. Les quelques fonctionnalités spécifiques de la tablette ainsi que les applications maison sont de bonnes factures tandis que le système reste parfaitement fluide.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • 3615buck
    "Mais tout n’est pas rose pour autant"... et vous continuez avec un point positif.
    Il faudrait réécrire ce passage.
    0
  • shooby
    la xperia tab z est certes aussi chère que l'ipad, mais l'ipad est-il IP57 ?
    0
  • waree
    "L'Xperia Tablet Z affiche une résolution tout à fait descente" j'aurais juré que la résolution était plutôt montante que DESCENTE mais si vous le DISEZ... !
    0