Tilt & Shift : maîtriser la netteté et les perspectives de ses photos

Le contrôle des perspectives grâce au décentrement (Shift)

Deux observations préliminaires :

- le parallélisme entre le plan de la surface sensible et le sujet évite la création de lignes de fuite

- les objectifs à décentrement produisent une image plus grande que la surface sensible qui la reçoit.

Il suffit donc, à l’aide d’un matériel spécialement conçu pour cet usage (objectif réflex ou chambre à soufflet), de décaler les plans de la surface sensible et de l’objectif tout en s’assurant que leur parallélisme entre eux (décentrement) et avec le sujet soit assuré pour faire disparaître les lignes de fuite d’une image. C’est ainsi que les photographes d’architecture parviennent à prendre en photo de grands bâtiments sans pour autant subir les effets visuels liés à la contre-plongée.

Voici la situation traditionnelle et son résultat en images :

Pour éviter l’effet de perspective, voici la seule solution dans des conditions traditionnelles : vous ne pouvez photographier l’immeuble comme vous le souhaitez :

Voici le résultat avec un décentrement vertical du plan de l’objectif (qui consiste à augmenter sa hauteur tout en maintenant le parallélisme avec le plan de la surface sensible) :

Le décentrement permet ainsi de contrôler à la fois la netteté et les perspectives pour créer des images impossibles à obtenir autrement. Le plus étonnant étant qu’elles ont parfois l’air plus « naturelles » quand la zone de netteté est très grande et que la perspective est corrigée.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    ouais, au cinéma, ce sont surtout des séquences en 60 images/seconde qui pullulent dans les films aujourd'hui pour faire "plus vrai" dans l'action. Sauf que quand on regarde les arrières plans, ben c'est accéléré. bref, la technologie d'il y a 10-15 ans au futuroscope.
    1
  • scoolup
    Bonjour à tous.

    En fait, c'est ce que nous faisions il y a quelques (dizaines) d'années, avec les moyens du bord, mais pour des photos uniquement.
    Nous séparions les objectifs des boitiers reflex de l'époque, et utilisions de l'adhésif pour éviter la lumière parasite.
    Puis, manuellement, nous "décentrions" l'objectif jusqu'à l'obtention du résultat attendu.

    La technique était surtout utilisée pour avoir une plage de netteté suffisante afin de photographier par exemple une maquette.

    Nostalgie, quand tu nous tient......
    2
  • Anonyme
    Joli dossier, bravo
    1