http://media.bestofmicro.com/R/3/564735/original/TV_UHD.jpg

TV Ultra HD (4K) : comment choisir ? Laquelle acheter ?

Comparatif TV Ultra HD

Après les HD ready 720p et 1080p (ex Full HD), il faut désormais compter avec une nouvelle définition bien plus précise : l'Ultra HD. Cet affichage remplacera à terme ceux dont disposent aujourd’hui nos téléviseurs à LCD CCFL, à Led ou Plasma. Élitiste il y a encore quelques années, il tend à se démocratiser rapidement.

Pour les constructeurs, l’UHD est une aubaine pour forcer le grand public à renouveler son parc de téléviseurs. Contrairement à la TV connectée ou la 3D et ses lunettes encombrantes, l’Ultra Haute Définition touche directement l’élément central du téléviseur : son affichage. De plus, grâce à l'upscaling, les téléviseurs UHD n'ont pas besoin d'attendre d'avoir des contenus dédiés pour en mettre plein la vue. Une donnée qui pourrait bien être salutaire pour cette nouvelle norme.

Faisant suite à la HD, à la 3D et aux TV connectées, l’Ultra HD est le nouveau champ de bataille des constructeurs comme en témoignent les nombreux appareils compatibles annoncés depuis quelques années et qui inondent progressivement les rayons des magasins.

Cette nouvelle génération de définition est-elle indispensable ? Comment agit-elle sur l'image ? Que faut-il pour en profiter ?

>>> Consulter notre guide d'achat : Téléviseur : Ultra HD, Led, Oled ? Comment choisir ?

Notre sélection

Qu’est-ce que l’Ultra HD ?

4K, Ultra HD, UHD, Quad HD… Que signifient ces noms barbares ? En réalité, il ne s’agit que d’une seule et même technologie. Longtemps appelée 4K, à tort, cette nouvelle définition a été normée par la Consumer Electronics Association (CEA) en octobre 2012. Le nom retenu est Ultra HD ou UHD, s’il est compressé. Tous les autres sont nuls et non avenus.

Alors qu'une définition HD affiche au mieux des images en 1920 x 1080 pixels, l’Ultra HD augmente cette définition jusqu’à 3840 x 2160 pixels, soit quatre fois plus de pixels affichés à l’écran.

Quelle est la différence entre Ultra HD et 4K ?

Attention, il ne faut pas confondre l’Ultra HD domestique et la 4K utilisée par le cinéma. La définition n’est pas la même pour ces derniers. Ainsi, les films dits tournés en 4K affichent une définition finale de 4096 x 2160 pixels, comme lors de leur diffusion dans les salles obscures. Celle que l’on retrouve dans les salons n’excéde pas 3840 x 2160 pixels.

Quels sont les avantages de l’Ultra HD comparé au Full HD ?

Une dalle Ultra HD affiche quatre fois plus de pixels qu'une HD 1080p. Le premier constat est donc de dire qu'un TV UHD est plus précis et détaillé qu'un HD lambda. On gagne donc en immersion et donc en réalisme.

Autre avantage de cette technologie : la 3D. Si elle a fait un four il y a quelques années, cette technologie pourrait bien renaître de ses cendres grâce aux pixels supplémentaires offerts par l'Ultra HD. Cette définition en ferait une meilleure exploitation. En effet, si l’on se souvient bien, pour obtenir une vision 3D, il faut que le téléviseur projette une image pour chaque œil. De facto, la définition est divisée, ce qui ne permet pas à l’heure de la HD 1080p de regarder un film dans cette définition optimale. L’Ultra HD corrige ce défaut et affine l'image reçue par le spectateur. Enfin, l'Ultra HD améliore aussi la colorimétrie de l'image, notamment grâce à la technologie HDR.

Certains constructeurs, dont Panasonic et Philips, vont même plus loin, annonçant que l'Ultra HD pourrait relancer les innovations autour de la 3D auto-stéréoscopique, ou 3D sans lunettes, et ce, grâce à son surplus de pixels.

>>> Lire : Téléviseur : régler votre image en 7 étapes

Les TV Ultra HD pas chers valent-ils le coup ?

L’Ultra HD n’est pas arrivée massivement sur le marché des téléviseurs. Comme toute nouvelle technologie, cette nouvelle définition s’est tout d’abord installée sur le segment haut de gamme. On se souvient ainsi en 2013 de la sortie du X900 de Sony dont la version 55 pouces (KD-55X9005A) affichée à 4500 € était alors considérée comme le TV UHD le plus abordable du moment.

Les années faisant, l’Ultra HD a généré un marché fortement concurrentiel. Dans le sillon des grandes marques telles que Samsung, Panasonic, Sony ou encore LG, se sont engouffrées des constructeurs moins connus tels que TCL, Proline, Xiaomi, Haier ou HiSense. Toutes ces marques ont deux points communs. Elles sont chinoises et n’ont qu’une ambition : casser les prix.

TCL U58S7806STCL U58S7806S
Avec elles, il est possible de s’offrir un TV Ultra HD de 65 pouces pour à peine 1000 € (Hisense H65M5500), moins de 500 € si l’on baisse à 50 pouces (Proline L5080UHD) et moins de 300 € si un 40 pouces convient (Continental Edison CELED40K0616B3). A de tels tarifs, on se laisserait bien tenter. Il faut néanmoins être prudent. Les tests sont plutôt unanimes lorsqu’il s’agit de conclure sur un TV chinois. Mis à part quelques modèles qui peuvent sortir du lot, la majorité souffre d’un manque de technologies.

Moins chers, mais moins de technologies

Comme nous le précisait un chef produit TV de Sony à l’IFA 2015, les marques chinoises se contenteraient d’embarquer une dalle Ultra HD dans leurs téléviseurs, sans apporter toute la palanquée de technologies de traitement qui permettent, par exemple, un affichage magnifié de l’action, ou en se satisfaisant de technologies datées. Ainsi, la U58S7806S de TCL souffre d’un retard à l’affichage, d’une mauvaise colorimétrie et d’une compensation de mouvement qui s’avère inefficace. Des soucis rédhibitoires lorsque l’on souhaite profiter d’une expérience UHD optimale.

Cela dit, on ne peut se prononcer ici sur tous les téléviseurs UHD low-cost du marché présent et à venir. En tant que consommateur, il faut au maximum se référer aux tests publiés en magazine ou sur Internet afin de se forger un avis.

Précisons aussi que les marques généralement considérées comme référentes sur le marché des TV ne sont pas à l’abri de faux pas. LG, Sony, Samsung, mais aussi Philips traînent chacun des casseroles avec des TV UHD chers ou non, mais aux mauvaises performances.

Comme dernier indicateur on peut dire que, fin 2015, le cœur de gamme UHD se situe aux alentours de 1000 € pour une diagonale de 50 pouces.

Quelle diagonale pour un téléviseur Ultra HD ?

Plus un écran est grand et plus il faut prendre du recul si l’on ne veut pas voir les pixels. La diagonale optimale d'un téléviseur est donc fonction de la distance de recul dont on dispose. En passant à l’Ultra HD, le consommateur peut diminuer le recul nécessaire sans pour autant sacrifier la qualité perçue.

Pour connaître ce recul idéal, une méthode consiste à multiplier la hauteur du téléviseur. Pour un HD 720p, il correspond à cinq fois la hauteur de l'écran, pour un HD 1080p, c'est trois fois. Avec ses millions de pixels supplémentaires, l'Ultra HD permet de réduire cette distance à 1,3 fois la hauteur de la dalle, d'après le constructeur TCL, 1,6 fois d'après Sony. Certains spécialistes jouent la carte de la sécurité et préconisent un recul équivalent à deux fois la hauteur de la dalle en UHD.

Aussi, on se fera la même réflexion qu’il y a quelques années entre la HD 720p et HD 1080p. On disait alors qu’en dessous de 32 pouces une dalle 720p suffisait pour ne pas distinguer les pixels. Aujourd’hui, en dessous de 50 pouces le 1080p est encore le plus adéquat. A partir de 50 pouces, on peut sans sourciller s'orienter vers de l'Ultra HD. Ce choix permet de profiter d'un rendu qualitatif sans allonger la distance canapé-TV, voire même en la diminuant.

Faut-il choisir un modèle Oled 4K ?

Considérée à raison comme le successeur spirituel du Plasma, la technologie Oled éblouit par la qualité de son contraste et la justesse de sa colorimétrie. Si elle emprunte au Plasma ses qualités, l’Oled conserve également quelques-uns de ses défauts. Il n’est pas touché par l’effet de brûlure de la dalle, mais il est en revanche mal servi côté luminosité. Comparé à un LCD, il est deux fois moins performant sur ce point. La grande profondeur de ses noirs permet de réduire l’impression de manque de luminosité, mais le LCD conserve une longueur d’avance. Second grief : un éventail de couleurs plus fourni sur le LCD grâce à l’introduction des boîtes quantiques (Quantum Dots), structures cristallines qui améliorent le rétroéclairage et équilibrent le spectre de la lumière blanche.

>>> Lire : 5 choses à savoir sur les téléviseurs à Quantum Dots

Au final, le prix porte temporairement l’estocade à l’Oled Ultra HD. Comptez 3500 € pour le LG OLED55C6V et même 8000 € pour le OLED65G6V de LG. Un amateur fortuné ne se trompera pas en optant pour une solution Oled Ultra HD, mais les portefeuilles moins garnis trouveront tout aussi bien avec un téléviseur LCD UHD comme le Samsung UE50KU6000 qui se trouve à environ 700 €.

Encore très confidentiel, le téléviseur Oled peine à s’imposer à cause de trop de déchets lors de la découpe de ses dalles, un souci qui fait rapidement grimper la facture, ôtant toute concurrence possible entre l’Oled et le LCD. Samsung a d’ailleurs abandonné la course à l’Oled pour se concentrer sur le LCD Ultra HD avec sa gamme SUHD.

Contrairement à son compatriote, LG qui a voulu poursuivre l’aventure Oled et a annoncé avoir réduit les pertes de matériaux ces derniers temps, passant d’un rendement de 70 % en 2013 à 80 % en 2015, tout en passant à l’Ultra HD avec notamment le 55EG960V. De son côté, Panasonic est entré dans la danse lors de l’IFA 2015 en présentant le TX-65CZ950, un 65 pouces Oled Ultra HD, premier du genre à disposer de la certification THX.

Que dois-je changer pour passer à l’Ultra HD ?

Mises à part quelques fonctions cachées qu’une mise à jour permet de libérer, il faut le plus souvent effectuer un changement matériel pour profiter d’une nouvelle technologie. L’Ultra HD ne fait pas exception.

Puis-je passer à l’Ultra HD sans changer de TV ?

Tout est question de dalle. Sur un téléviseur Full HD, par exemple, la dalle est capable d’afficher 1920 pixels en largeur sur 1080 pixels en hauteur et pas un de plus. Un tel affichage ne pourra jamais illuminer les 3840 x 2160 pixels requis pour obtenir une image Ultra HD. Le consommateur n’a pas d’autre choix que de changer son téléviseur s’il veut passer à l’Ultra HD.

Mon équipement est-il compatible avec un TV Ultra HD ?

Lecteur DVD, lecteur Blu-ray ou encore consoles de jeux sont en ligne de mire au moment de passer à l’Ultra HD. Sont écartés d’office tous les équipements liés à l’audio, cette nouvelle définition n’ayant un impact que sur l’image. Bien entendu, un amplificateur ou une barre de son servant de relai entre une platine Blu-ray UHD et un TV UHD doit être équipée de ports HDMI 1.4 ou 2.0, seules normes HDMI permettant de pouvoir faire transiter un flux vidéo Ultra HD.

Panasonic DMR-UBZ1Panasonic DMR-UBZ1

Pour profiter de contenus Ultra HD en format physique, une seule voie s’ouvrira bientôt au consommateur : le Blu-ray 4K. On trouve déjà sur le marché de nombreuses références de lecteurs Blu-ray 4K. En réalité, il ne s’agit que d’appareils d’upscaling, effectuant une mise à l’échelle d’une image HD en UHD. Le premier véritable lecteur Blu-ray UHD fonctionnel a été dévoilé par Panasonic lors du CEATEC 2015. Lancé en novembre 2015 en Asie, ce DMR-UBZ1 y est commercialisé à 400 000 yens, soit 3000 € ! Samsung a suivi le mouvement avec son UBD-K8500. Présenté à l’IFA 2015 il a été lancé en mars 2016. Son prix est beaucoup plus abordable : 499 €.

En dehors du Blu-ray 4K, point de salut. Les lecteurs DVD ne permettaient déjà pas de lire des contenus HD, se limitant au 576p, ils ne prennent qu’un coup de vieux supplémentaire avec l’Ultra HD.

Attention au piège du HDCP 2.2

Attention lors du choix en magasin à bien vérifier que tout le matériel convoité est compatible HDCP 2.2.

Dans le cas où toute la chaîne d’équipement n’est pas entièrement HDCP 2.2, l’utilisateur pourra tout de même profiter de son Blu-ray 4K, mais pas en Ultra HD. La sentence, c’est une image bridée au Full HD.

Avec l’arrivée du Blu-ray 4K, les majors ont mis en place le HDCP 2.2, afin de protéger leurs contenus. Les lecteurs Blu-ray 4K seront tous compatibles avec cette protection. Il n’en est pas de même pour le reste des équipements.

Ainsi, un téléviseur Ultra HD acheté en 2014 n’est pas HDCP 2.2, tout comme certains modèles exotiques vendus par des marques low-cost.

Le plus embêtant demeure néanmoins les amplis Home Cinema. Les premiers exemplaires compatibles HDCP 2.2 ne sont disponibles que depuis très récemment.

Xbox One et PS4 : peuvent-elles lire des contenus Ultra HD ?

Pour les consoles de jeu, le constat est en partie tranché. C'est Microsoft qui a tiré le premier en dévoilant la Xbox One S au cours de l'été. Cette version slim de sa console de salon intègre un lecteur Blu-ray Ultra HD, ce qui en fait la platine la moins chère du marché : à partir de 299 €.

Du côté de Sony, on attend la présentation de la PS4 Neo qui devrait montrer ses nouvelles lignes le 7 septembre lors d'une conférence dédiée. Selon toute vraisemblance, Sony devrait prendre le même chemin que Microsoft. En octobre 2015, le vice-président sénior de Sony Computer Entertainment, Masayasu Ito, avait laissé entendre lors d’une interview accordée à 4Gamer qu’une nouvelle version de la PS4, plus performante et équipée d’un lecteur Blu-ray 4K, était envisageable. Ca devrait être la Neo.

>>> Lire : [Test] Xbox One S : on craque ou pas pour la nouvelle console de Microsoft ?

HDMI 1.4, HDMI 2.0 : quelle connectique pour l'Ultra HD ?

À l’instar de la 3D, il faut changer de câble HDMI pour profiter de l’Ultra HD.

Avant toute chose, il faut différencier deux normes HDMI compatibles 4K : le HDMI 1.4 et le HDMI 2.0. Si toutes les deux sont compatibles avec une définition en 3840 x 2160 pixels et même en 4096 x 2160 pixels, elles n’offrent pas les mêmes performances.

Ainsi, le HDMI 1.4 n’offre qu’un transfert de 30 images par seconde alors que l’Ultra HD est faite pour diffuser à 60 images par seconde (120 images par seconde pour la 8K). Pour profiter de ce débit optimal, il faut privilégier le HDMI 2.0. Un détail qui a toute son importance lors de l’achat ou du renouvellement de son équipement 4K.

Si les appareils sont en HDMI 1.4, un câble HDMI 1.4 sera suffisant. En revanche, s’ils sont compatibles HDMI 2.0, il vaut mieux opter pour un câble concordant. Précision supplémentaire, le HDMI 2.0a disponible depuis avril 2015 permet en plus la prise en charge du HDR (High Dynamic Range), technologie améliorant la précision de l’affichage, mais nécessitant un équipement (HDMI 2.0a) et des contenus compatibles.

Mes DVD/Blu-ray seront-ils plus beaux sur un téléviseur Ultra HD ?

Plus définie, l’image Ultra HD est aussi plus cruelle avec les défauts. Aussi, un DVD qui passait très bien sur un téléviseur cathodique ou HD-ready, risque fort d’être malmené sur un modèle UHD.

La seule chance du DVD, comme du Blu-ray, aurait pu être l’upscaling, cette technologie de mise à l’échelle d’une image par duplication des pixels afin d’atteindre une résolution plus grande avec une source moins définie. Cependant, passer de 576p à 2160p ne se fait pas sans douleur. Comme nous l’avons constaté lors de notre test de l’Ultra HD, ce type de support procure une image baveuse sur une dalle Ultra HD. Tous les détails disparaissent laissant des amas de pixels mal traités par le téléviseur. Deux solutions s’imposent alors pour s’épargner la soupe de pixels : soit on augmente sa distance de recul par rapport au TV, soit on se sépare de sa collection de DVD.

Pour l’instant, le Blu-ray sort seul gagnant du remodelage numérique. La qualité de son upscaling en UHD est même supérieure au résultat que l’on a avec des sources SD sur un moniteur HD. De plus, on trouve des Blu-ray « Mastered in 4K » étudiés pour une mise à l’échelle optimale sur un téléviseur Ultra HD.

Quels sont les contenus compatibles ?

Avoir un téléviseur Ultra HD, un ampli compatible et quand bien même une platine Blu-ray 4K ne garantie pas de pouvoir profiter pleinement de son matériel. La faute retombe sur les contenus UHD dont la disponibilité s'est longtemps faite attendre. Une question en partie résolue aujourd'hui.

Les chaînes de télévision sont-elles Ultra HD ?

Non, les chaînes de télévision ne diffusent pas encore en Ultra HD. Selon le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel), les premières chaînes TNT UHD devraient voir le jour en 2018 et se généraliser à l’horizon 2020 « sous réserve que ce format soit effectivement adopté par le marché », précise l’organisme. En cause, des infrastructures à modifier afin de pouvoir transporter les images en 2160p. En outre, il faut également que la TNT adopte le codec HEVC (High Efficiency Video Coding) ainsi que la norme de diffusion DVB-T2. Cette dernière n’est pas compatible avec la DVB-T actuelle. De facto, elle obligera les Français à changer soit leur boîtier TNT soit leur téléviseur.

Pour le moment, seules quelques expérimentations sont menées. On peut prendre à titre d’exemple Fransat qui diffuse des contenus promotionnels en Ultra HD via le satellite Eutelsat 5 West A. Avantage du satellite, « la capacité satellitaire est entièrement transparente et n’a besoin d’aucune adaptation pour prendre en charge les transmissions en Ultra-HD », explique Eutelsat.

Un autre exemple plus parlant est celui de Canal+. L’antenne cryptée a lancé une chaîne UHD en juillet 2015. Dans un premier temps, elle n’est accessible que par ses équipes. Cependant, un Canal+ 4K sera déployé en 2016. Y seront diffusés des films, des séries TV et des événements sportifs en Ultra HD via le nouveau décodeur Cube S, compatible UHD, ou les box Internet pour les abonnés câble et fibre.

À noter que si l’ère Ultra HD se fait attendre à la télévision, certaines chaînes sont même encore en basse définition. Une problématique qui doit changer en partie l’an prochain. Dès avril 2016, les chaînes gratuites de la TNT seront enfin toutes diffusées en Full HD. Le CSA a retenu 12 antennes auxquelles sera allouée une bande de fréquences pour la diffusion en haute définition. On passera alors de 11 chaînes HD en 2012 à 29 en 2016. BFM TV, D17, D8, iTélé, Gulli , NRJ12, NT1, TMC et W9 font partie de cette migration massive.

Qu'est-ce que l'Ultra HD Blu-ray ?

Comme toute technologie balbutiante, l’Ultra HD n’est pas arrivé avec une palanquée de contenus compatibles. Non pas que le contenu manque, puisque nombreux sont les films qui sont tournés en 4K. En fait, c’est le support qui bloquait jusqu’alors.

Heureusement, la Blu-ray Disc Association (BDA) a annoncé en mai 2015 que le standard Ultra HD Blu-ray (UHD BD) était enfin finalisé. Il s’agit là d’une nouvelle galette capable de transporter 100 Go de données, contre 50 Go sur un Blu-ray double couche (25 Go en simple couche). En multipliant par deux ce stockage, la BDA offre un support viable pour les films en Ultra Haute Définition. D’autres technologies comme le HDR, la 3D ou les DTS:X, Dolby Atmos et Auro-3D, pour l’audio, pourront également se nicher sur ce Blu-ray de nouvelle génération. Attention cependant, l’espace n’y est pas extensible. Aussi, les majors devront sans doute choisir entre plusieurs technologies.

Côté disponibilité, les premiers Ultra HD Blu-ray sont sortis début 2016. Sony Pictures et Warner Bros ont été les premiers à lancer leurs produits. Au programme de ce lancement chez Sony : The Amazing Spider-Man 2, Salt, Hancock, Chappie, Les Schtroumpfs 2 et Délire Express. Outre UHD, ils sont tous compatibles avec le traitement HDR. A noter que d'autres majors et d'autres oeuvres seront disponibles en quantité avec l'avènement des fêtes de fin d'année.

Le "Mastered in 4K" de Sony

Sony a sorti des Blu-ray « Mastered in 4K ». Le consommateur pourrait croire qu’ils sont compatibles 4K et seront donc idéaux pour accompagner son nouveau téléviseur. Faux !

Ces Blu-ray sont en réalité en HD 1080p. La mention qu’ils portent indique simplement qu’ils ont été tournés en 4K. Une belle manière de tromper le chaland en lui vendant un produit pour un autre.

Au final, comparé à un film non tourné en 4K, le travail des rushs 4K permet au Blu-ray « Mastered in 4K » d’offrir une image plus nette et plus précise lorsqu’il est visionné en upscaling sur un téléviseur Ultra HD.

Comment profiter du streaming en 4K ?

L’Ultra HD Blu-ray s’étant trop longtemps fait attendre, les services de streaming n’ont pas manqué de s’engouffrer dans la brèche en proposant certains de leurs contenus en Ultra HD.

Le plus connu est Netflix qui diffuse, depuis ses débuts sur le marché français, ses créations en Ultra HD. Pour en profiter, il faut souscrire à l’offre idoine, la plus chère. Arrivée peu de temps après, la filiale de Rakuten, Wuaki.tv, propose également de visionner quelques titres de son catalogue de VOD en UHD, mais uniquement sur onze téléviseurs UHD de LG. L’offre devrait se généraliser.

Plus récemment, c’est SFR qui est monté au créneau avec Zive, son service de SVOD. Destiné à concurrencer Netflix, il propose « le catalogue Ultra HD le plus riche du moment », avec 400 titres à son lancement. Néanmoins, parmi ce lot, on ne distingue que vingt longs-métrages, tous provenant de Sony Pictures et dont dix sont des exclusivités jusqu'à fin janvier 2016. Enfin, YouTube propose également quelques vidéos en 2160p.

S’il faut une platine compatible pour le Blu-ray 4K, il faut un débit minimal pour le streaming Ultra HD. Netflix préconise ainsi une connexion descendante d’au moins 25 Mbits. Problème, ce débit n’est pas atteignable partout. Bien que la France soit couverte à 99,3 % en haut débit, de nombreux foyers sont trop éloignés du DSLAM pour atteindre ce débit en ADSL. Aussi, faut-il se tourner vers la fibre et le câble. En ce sens, le Plan France Très Haut débit vise à couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici 2022. Actuellement, environ 10 % de la population y a accès.
 

Y a-t-il mieux que l'Ultra HD ?

L’Ultra HD n’est pas encore généralisé que son successeur fait déjà parler de lui. La 8K affiche une définition de 7680 x 4320 pixels. Cela correspond à quatre fois l’Ultra HD et seize fois le Full HD, une immensité technologique. Certains constructeurs comme Panasonic et Sharp auraient préféré que le marché passe directement à cette autre définition, mais il faudra en passer par l'Ultra HD.

Néanmoins, on en voit déjà les prémisses sur les salons et bientôt dans nos salons. Sharp est le premier à commercialiser un téléviseur 8K. Disponible depuis octobre 2015, le Sharp LV-85001 dispose d'une diagonale de 85 pouces et nécessite d'être raccordé par ses quatre ports HDMI à sa source afin de disposer de la bande passante nécessaire pour afficher sa très très grande définition. Son prix est à la hauteur de son exclusivité : 117 000 €. A noter qu'il faudra encore attendre la disponibilité de contenus 8K pour en profiter pleinement. Selon Digitimes Research, les contenus télévisés en 8K devraient arriver dès 2018, utilisant la Coupe du Monde de football en Russie comme rampe de lancement.

Le LV-85001 préfigure le téléviseur de demain. Les spécialistes estiment que les modèles 8K pourraient arriver massivement à l'horizon 2019-2020. Reste à savoir comment elle sera renommée : Quad Ultra HD ou Ultra Ultra HD ?

L’Ultra HD se cantonne-t-elle aux téléviseurs ?

Les smartphones et tablettes ne sont pas en reste. En 2013, Paul Jacobs, PDG de Qualcomm, déclarait que ces appareils seraient bientôt capables de capter, lire et envoyer des vidéos en Ultra HD. De son côté, LG présentait lors du MWC 2013 du streaming avec upscaling depuis un smartphone. En 2015, on a découvert le Xperia Z5 Premium lors du salon IFA, premier smartphone avec écran 4K au monde.

Il ne s'agit encore que d'un OVNI dans le paysage de la mobilité. Le gros du marché utilise encore au maximum des dalles 2K, comme le Vivo Xplay 3S ou la Galaxy Tab S2. La principale problématique que rencontrent les constructeurs, c'est la consommation énergétique des écrans 4K qui ont tendance à faire fondre l'autonomie.

La solution pourrait provenir du partenariat de Fujitsu avec l’Université de Kogakuin. Leurs chercheurs ont travaillé main dans la main au développement d’un nouveau logiciel capable d’upscaler une vidéo à 3840 x 2160 pixels avec une image stable à 30 fps, sans pour autant augmenter la consommation normale du téléphone.

Tableau récapitulatif

Loading...

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire