Fins, performants, légers : les Ultrabooks débarquent !

Moins de 1000 euros, tu coûteras

Mise à jour : Intel apporte une correction à nos dires concernant l'utilisation de processeurs Pentium dans les Ultrabook : "A l’heure actuelle, seules les machines à base de Core i3, i5, i7 basé sur l’architecture Sandy Bridge, avec un TDP de 17W sont homologués pour l’Ultrabook. Aucun Ultrabook en Pentium basé sur l’architecture Sandy Bridge n’est prévu."

Il ne s’agit pas d’une prérogative d’Intel. Néanmoins, la firme de Santa Clara enjoint les constructeurs à offrir aux consommateurs des Ultrabook à moins de 1000 euros. Et c’est le coeur de l’histoire de l’Ultrabook. Proposer tout ce dont l’utilisateur a besoin pour cette somme. Autant dire que la marge de manoeuvre est faible.

Dur de rentrer dans ses frais

Certains, comme Acer, se sont donc tournés vers Santa Clara pour demander un rabais sur les processeurs. Intel a décidé de proposer un nouveau processeur Pentium d’entrée de gamme, le Pentium 967, pour soulager la note des fabricants. Pour compléter cette opération de baisse des coûts, le géant américain a également pris l’initiative de passer à des châssis en fibre de verre et plastique. Cela permettra de remplacer les structures actuelles en alliage de magnésium et d'aluminium. Il suit ainsi son partenaire Mitac Technology, qui avait déclaré que les constructeurs subissaient « des coûts de production 50% supérieurs dans le cas de l’aluminium. »

Rognant comme ils peuvent, les constructeurs comme Acer (Aspire S3), Asus (X21/X31) ou encore Toshiba (Portege Z830) parviennent à annoncer des Ultrabooks à moins de 1000 euros. Pour un confort de choix, ils sont déclinés en plusieurs versions, les plus performantes passant au-dessus de la barre des 1000 euros.