Ultrabook : les conseils pour bien acheter

La fiche technique ne fait plus loi

Samsung ChronosSamsung ChronosQue l’on regarde la fiche technique d’un Ultrabook ou d’un autre, le constat est le même. La différence entre les configurations n’est pas flagrante.

Certes, étant donné qu’Intel est à l’origine du projet, on découvre sans surprise que tous les Ultrabooks sont basés sur des processeurs Core i3, Core i5 ou Core i7. En entrée de gamme, on trouvera par exemple le Pavilion Sleekbook 15 de HP avec un processeur Core i3 cadencé à 1,8 GHz pour 500 euros. Tout en haut du tableau, c’est la version 2013 du Samsung Serie 7 Chronos qui décrochent la palme. Il utilise la dernière plateforme d’Intel, Chief River, avec un processeur Core i7 cadencé à 2,4 GHz couplé à 16 Go de RAM et un stockage hybride de 1 To. Tout ce joli monde rassemblé dans un même châssis fait monter la note.

Présenté au CES 2013, le Chronos n’a pas encore de prix, mais vu sa configuration, gageons qu’il s’établira à 1500 euros ou plus. On est loin des Ultrabooks à moins de 700 euros voulus par Intel. S’il joue sur le prix, le processeur n’est pas le seul élément onéreux d’un Ultrabook. Néanmoins, il est bon de préciser que les Core i3, i5 ou i7 sont de bons processeurs qui ne souffrent pas de la concurrence. Dans les benchmarks de Tom’s Hardware, ils s'emparent d’ailleurs le podium. Si votre budget n’est pas limité, faites-vous plaisir, mais sachez qu’un Core i3 à 1,7 Ghz ou un Core i7 plus fortement cadencé offriront de bonnes performances dans un usage classique comprenant du surf, de la bureautique et des applications multimédias.

En 2013, c’est Ivy Bridge et un peu de Haswell

Intel dicte le marché de l’Ultrabook. En labellisant ce concept, il a également imposé ses processeurs. Après Sandy Bridge, ce sont désormais les modèles Ivy Bridge qui sont utilisés depuis l’été 2012. Les constructeurs n’ont pas le choix, cette exigence fait partie du cahier des charges pour apposer le macaron « Ultrabook » sur son produit. Trois gammes cohabitent toujours, les Core i3, i5 et i7. Lancés fin avril 2012, ces processeurs apportent un gain de performance par rapport à la précédente génération. Celui-ci n’est pas transcendant puisqu’il oscille entre 3 et 8 % pour la puissance brute du processeur. À côté de cela, la précision de gravure en 22 nm (nanomètres) permet une consommation réduite, de quoi donner un coup de fouet à l’autonomie. Sans retourner le marché, Ivy Bridge est intéressant, surtout lorsque l’on sait qu’il n’influence pas à la hausse les prix des Ultrabooks qu’il équipe.

En 2013, on verra apparaître le remplaçant de l’Ivy Bridge. Quatrième génération de Core iX, Haswell sera la nouvelle plateforme de prédilection des constructeurs à partir de juin prochain, normalement. Mais avant cela, Intel devrait sortir une nouvelle version d’Ivy Bridge. Avantage connu de cette demi-génération : elle devrait abaisser la consommation d’énergie des processeurs en dessous des 17 Watts actuels. Cette optimisation profiterait directement à l’autonomie des prochains Ultrabooks.

Haswell, une consommation encore réduite

Intel HaswellIntel HaswellEn fonction du calendrier d’Intel, les constructeurs pourront utiliser des processeurs Haswell à partir de juin. Ils reprendront la même finesse de gravure que les Ivy Bridge, à savoir 22 nm. Pourtant, Intel promet un TDP (Thermal design power) de 10 Watts, soit 7 Watts de moins que les processeurs actuels. Une prouesse qui serait due à la méthode de travail d’Intel qui est reparti d’une feuille blanche pour le développement de Haswell. Si cette prochaine génération n’est pas encore disponible, on connaît déjà la suivante. Pour 2014, Intel nous réserve Broadwell qui sera constitué de processeurs gravés en 14 nm, de quoi abaisser encore leur consommation et donc augmenter leurs fréquences et l’autonomie des Ultrabooks, dans notre cas.

La mémoire vive, 4 Go au minimum

Élément indissociable du processeur, la mémoire vive. Dans les Ultrabooks, elle a l’avantage de ne pas être un élément à regarder. Pour l'instant, la tendance veut que les Ultrabooks soient équipés de 4 Go pour la majeure partie. Il est possible de trouver des modèles plus aboutis. Il existe néanmoins une limite à 16 Go. Le Spectre XT d’HP fait figure d’exemple dans la catégorie 8 Go. Au-delà, ce sont plutôt des ordinateurs de développeurs comme le XPS 13 de Dell en Linux Developper Edition (16 Go) ou les EliteBook d’HP, des machines professionnelles fines et puissantes.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • SquirFly
    Comme ultrabook pour jouer à prix raisonnable, j'ai choisi le ASUS S56CB-XO387H, car pour 600€ il a une GT740M de 2 Go. A part les haut-parleurs assez mauvais et l'écran dans la moyenne, j'en suis très content. Reste que c'est un 15.6", même si il est très fin et plutôt léger (2.1kg), il rentre un peu juste dans un sac Eastpak...
    0