Appareil photo numérique HD : la mort du caméscope ?

L’offre réflex : de l’amateurisme complet au monde professionnel

L’apparition de la vidéo sur les boîtiers réflex est assez récente (elle est apparue avec le Nikon D90) et l’offre est beaucoup plus hétérogène que dans les autres gammes. Tout existe : certains modèles ne filment pas du tout, même à plus de 1000 euros pour un kit, (ex : Canon EOS 50D), alors que d’autres remplacent même les caméras pour certaines utilisations professionnelles.

Grande variété de prix

Pour ceux qui offrent la possibilité de filmer La qualité des images (et du son) est fonction des caractéristiques des différents boitiers, des objectifs utilisés et des éventuels accessoires ajoutés (micros, crosses d’épaule, écrans LCD supplémentaires). Là, tout est une question de budget et on passe d’environ 700 euros pour un réflex d’entrée de gamme avec l’objectif en kit à des sommes parfois largement supérieures à 3000 euros pour un réflex haut de gamme accompagné d’une optique professionnelle et d’un micro.

Une remarque tout de même : il existe une grande différence entre les boîtiers amateurs d’un prix inférieur ou égal à 1000 euros et les modèles experts (par exemple il faut abaisser la définition à 1280x720 sur le Canon EOS 500D pour disposer d’une vidéo parfaitement fluide).

Nous pouvons également observer d’autres constantes. Tout d’abord, il est impossible pour des raisons techniques (position du miroir) de filmer en regardant dans le viseur.

Ensuite, contrairement aux compacts et aux bridges, les APN Réflex permettent de zoomer pendant la vidéo (voir tout de même les réserves énoncées plus loin), et les résultats en basse lumière sont assez nettement supérieurs. Enfin, leur poids et leur ergonomie permettent d’obtenir des vidéos bien plus stables lorsqu’on filme à main levée.