[Test] Alienware 13 : le portable de jeu compact ultime ?

Alienware n’a jamais eu peur de poursuivre son propre chemin. Mesurant à peine 2,5 cm d’épaisseur, l’Alienware 13 est l’ordinateur portable le plus fin jamais conçu par la marque et pourtant, il conserve la plupart des atouts d’une machine de jeu à commencer par une bonne autonomie, un éclairage personnalisable ainsi que des performances de bonne tenue.

Pour parfaire le schéma, Alienware a monté d’un cran la définition de la dalle en passant du 1080p à du 2560 x 1440 pixels et a ajouté une carte graphique externe afin de booster les capacités de son engin. L’Alienware 13 possèderait-il la combinaison parfaite entre puissance et portabilité ?

Alienware 13Alienware 13

Un design léché

L’Alienware 13 fait partie des ordinateurs de jeu les plus abordables, mais ce n’est pas pour autant que ses finitions ont été bâclées. Ainsi, s’il ne renie pas ses grands frères, les Alienware 17 et 18, en arborant une ligne similaire il est aussi beaucoup plus compact. 30 x 23,5 x 2,5 cm pour 2 kg, c’est un modèle du genre. Ce n’est cependant pas le seul. Les Razer Blade et Lenovo Y40 offrent ainsi encore plus de finesse et de légèreté avec respectivement 1,8 cm et 2,3 cm pour 100 grammes de moins. L’Alienware 13 demeure malgré tout la machine la plus nomade. Enfin une machine performante qui peut presque se faire oublier dans un sac.

Il possède un intérieur en soft touch noir et un dos gris. Cette coque, nommée Epic Silver, est composée d’un mélange de plastique et de fibre de carbone afin d’assurer une légèreté et grande résistance. Alienware oblige, ce dos affiche fièrement deux barres lumineuses programmables via AlienFX ainsi que la fameuse tête d’alien caractéristique de la marque, rétroéclairé elle aussi.

Rétroéclairage réglable via AlienFXRétroéclairage réglable via AlienFX

Similaire aux Alienware 17 et 18, l’Alienware 13 affiche un intérieur entièrement paré d’une surface soft touch noire. En son sein viennent se loger le clavier rétroéclairé ainsi qu’un large touchpad. Tout comme les autres machines de la marque, ce PC embarque tout un tas de parties lumineuses afin que chaque utilisateur puisse personnaliser sa machine. Néanmoins, comparées à son prédécesseur, l’Alienware 14, ces zones passent de 13 à 11.

En ce qui concerne la connectique, l’Alienware 13 offre trois ports USB 3.0, un port Ethernet, des sorties HDMI et DisplayPort ainsi qu’une entrée propriétaire destinée à y raccorder le Graphics Amplifier, boîtier permettant de profiter des services d’une carte graphique externe.

2,5 cm d'épaisseur2,5 cm d'épaisseur

Ultra HD et tactile, mais en option

Avec une dalle de 13,3 pouces, l’Alienware 13 est le plus petit portable jamais conçu par la filiale de Dell. HD 1080p de base, ça ne l’empêche pas pour autant de proposer en option une définition Quad HD en 2560 x 1440 pixels. Un choix discutable étant donné que la grande majorité des productions vidéoludiques actuelles se cantonne encore au 1920 x 1080 pixels en plus haute définition. Contrairement à la plupart des ordinateurs Alienware, le 13 dispose d’un écran tactile. Uniquement disponible avec la dalle Quad HD, il est réactif.

Côté luminosité, il accuse une moyenne de 327 nits à notre test, éclipsant par la même occasion la plupart des ultraportables dont les dalles tournent plutôt autour de 258 nits, et même le Blade 14 de Razer qui doit se contenter de 261 nits.

Alienware 13Alienware 13
Au test des gammes RGB, qui mesure la reproduction des couleurs, l’Alienware 13 s’illustre avec un score de 103,4 %, dépassant ainsi la moyenne fixée à 77,4 %. Pour sa part, le Razer Blade ne dépasse pas 101,5 %.

L’Alienware 13 quitte la première place du podium durant le test du Delta-E où il ne récolte qu’un score de 3,7, 0 étant la perfection. Ses concurrents directs, les Lenovo 50-70 et Blade 14, enregistrent respectivement 2,7 et 1,5.

Jouer sans se brûler

Après avoir regardé 20 minutes de vidéo en streaming Full HD, la température mesurée au niveau du touchpad n’est que de 27°C. Au milieu du clavier, entre les touches « G » et « H », la machine dégage 35°. Enfin, la sensation de chaleur est la plus élevée au niveau de la base de l’ordinateur avec 43°C.

Ces valeurs baissent légèrement une fois en jeu. Après 15 minutes à arpenter les terres de Borderlands : The Pre-Sequel, on mesure 26°C sur le touchpad, 30°C au milieu du clavier et 45°C sur le châssis, seule valeur à augmenter.

Au final, on ne se brûle jamais avec l’Alienware 13. Encore mieux, il semble mieux gérer sa température en jeu que lors d’une séance de cinéma.

Performances graphiques

Il peut être tentant de sous-estimer la puissance d’un ordinateur de cette taille. Pourtant, il ne faut pas s’y tromper, l’Alienware 13 est un PC de jeu avant tout. Il embarque une GeForce GTX 860M qui délivre de belles performances.

Cela se traduit par un score de 3268 points dans le benchmark Fire Strike de 3DMark alors que la moyenne des ultraportables (équipés en HD4000 ou HD5000) se situe à 513 points. Cependant, la concurrence symbolisée par les Lenovo Y50-70 Touch et Razer Blade 14 fait mieux grâce à l’adoption d’une GTX 870M un peu plus performante et leur offrant respectivement 3617 points et 4203 points. L’Alienware 13 n’a pas dit son dernier mot pour autant. Il a encore le Graphics Amplifier dans sa besace, installation que nous évoquons plus bas dans cet article.

Borderlands : the Pre-SequelBorderlands : the Pre-Sequel
Pour continuer dans les chiffres, avançons que l’Alienware 13 tient 60 fps (nombre d’images par seconde) dans le dernier volet de Borderlands, et ce, en 2560 x 1440 pixels avec tous les paramètres graphiques bloqués en Ultra.

Il peine un peu plus sur Bioshock Infinite. En définition maximum et avec toutes les options activées, il récolte 38 fps, soit un framerate  difficilement exploitable dans un jeu d’action. Les Blade 14 et Y50-70 Touch le dépassent logiquement avec respectivement 51 fps et 42 fps. Pour jouer confortablement au titre d’Irrational Games, il faut passer en 1920 x 1080 pixels. Là, l’Alienware 13 tient 76 fps, mais se laisse toujours distancer par les Y50-70 Touch (96 fps) et Blade 14 (120 fps).

L’Alienware 13 est bien puissant et est à même de satisfaire la majeure partie des joueurs. Pour autant, en l’état, on est face à une machine de jeu de dernière génération qui n’est pas capable de faire tourner à fond des productions récentes. Un peu décevant, mais pas irrémédiable.

Le Graphics Amplifier

En soi, l’Alienware 13 est un PC gamer utilisable avec de solides performances graphiques, grâce à l’utilisation de Kepler, la dernière génération de processeur Nvidia. Cependant, ce dernier ne souhaite pas s’arrêter à ces performances, certes bonnes, mais pas ultimes. Aussi, elle fait équipe avec Alienware afin de faire profiter aux utilisateurs de ce PC de 13 pouces d’une expérience vertigineuse mettant en scène ses nouvelles cartes graphiques Maxwell : le Graphics Amplifier.

Graphics AmplifierGraphics Amplifier
Grosse boîte similaire à un PC mini-ITX, ce dernier peut embarquer une carte graphique sous son format de bureau en interface PCI-Express. Elle intègre de base une alimentation, mais la carte est à fournir. Sans celle-ci, son poids est de 3,5 kg pour 41 x 17,3 x 18,5 cm, soit un joli bébé que l’on évitera de transporter à tout va.

Lorsqu’il est connecté à l’Alienware 13, ce boîtier optionnel dope sa capacité graphique. De la GTX 860M de base, on peut passer à la très puissante GTX 980. Ce changement peut être facilement comparé à celle du Dr. Jekyll en Mr. Hyde.

Graphics AmplifierGraphics Amplifier
Néanmoins, optionnel, le Graphics Amplifer a un coût : 250 €. A cela, il faut ajouter la carte graphique idoine, soit un modèle plus haut de gamme qu’une GTX 860. La GTX 980 étant à 530 €, on a donc une facture totale de 780 € rien que pour cette option, bienvenue certes, mais très onéreuse. C’est tout de même le prix d’un Ultrabook de bonne tenue. Enfin, comme dit plus haut, il est destiné à rester sur un bureau et attendre sagement d’être branché à l’Alienware 13. Ceux qui ont besoin de beaucoup de puissance graphique en mobilité devront se tourner vers des machines de plus grandes diagonales. Ajoutons enfin qu’Alienware nous a indiqué que le Graphics Amplifier ne devrait pas rester cantonné à l’Alienware 13. Les prochaines générations de ses 17 et 18 pouces devraient ainsi être équipées d’une entrée propriétaire afin de pouvoir l’accueillir.

Panneau de commande du Graphicss AmplifierPanneau de commande du Graphicss Amplifier

Performances globales

Bien qu’il ne soit pas aussi performant qu’un Core i7 cadencé à 2,4 GHz, le Core i5 4210U de l’Alienware 13 et ses 8 Go de mémoire vive (extensible jusqu’à 16 Go en option) sont encore efficaces. Ainsi, il ne présente aucun ralentissement lors de notre test pratique comprenant un éditeur de texte, une vidéo en streaming Full HD, une analyse complète du système et 10 onglets ouverts dans Chrome, Firefox et Internet Explorer.

Sentiment confirmé lors de son passage sous Geekbench 3 où il est gratifié de 5261 points, soit 1000 points de plus que la moyenne des ultraportables.

Autonomie

Ordinateur portable oblige, la batterie est un point essentiel à vérifier. Ici, l’Alienware 13 tient 6 heures et 3 minutes sur le Laptop Mag Battery Test qui simule une navigation Internet continue avec le Wi-Fi activé et la luminosité fixée à 100 nits.

On sent bien que sa configuration n’est pas adaptée à un usage exclusivement nomade puisque sur l’autonomie, il est battu à plate couture par les ultraportables dont la moyenne tient déjà plus de 8 heures. Néanmoins, il plante enfin ses concurrents, les Razer Blade 14 et Lenovo Y50-70 Touch étant à bout de souffle après respectivement 5h19 et 3h40.

Alienware 13Alienware 13

Bilan

Alors que d’autres constructeurs de promettent de donner aux joueurs un peu de puissance et de portabilité, Alienware promet le meilleur de ces deux mondes. L’Alienware 13 offre des performances de jeu solides, une autonomie confortable pour un PC de jeu et aussi un très bon écran Ultra HD. Par contre, on aurait préféré que la filiale de Dell s’aligne sur la concurrence avec une GTX 870M et non une 860M, bien qu’elle se montre véloce.

C’est sans compter sur le Graphics Amplifier. Avec lui, l’Alienware 13 mue et se transforme en une machine de guerre, capable de framerates à faire pâlir bon nombre de PC de jeu. De plus, la carte graphique additionnelle porte le nombre possible d’écrans externes à 4, de quoi se passer troquer sa tour pour un portable.

Ses concurrents ont aussi du punch, mais n’ont pas de Graphics Amplifier. D’autant plus que l’Alienware 13 (en version de base), le Graphics Amplifier et une GTX 980 reviennent à peine plus chers que le Razer Blade 14 pour beaucoup plus de performances.

Alienware 13Alienware 13

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • noctanvol
    "Avec une dalle de 13,3 pouces, l’Alienware 13 est le plus petit portable jamais conçu par la filiale de Dell." c'est faux il y a quelques années alienware a sorti une machine en 11" M11X....
    0
  • tajaloni
    cette machine est super parcque au niveau de sa perfomance cette machine est la meilleur
    1
  • Ti-Loute
    "Avec une dalle de 13,3 pouces, l’Alienware 13 est le plus petit portable jamais conçu par la filiale de Dell." : Une bien belle machine aux atouts alléchants ... Mais rédigeant ce texte sur mon AlienWare m11x, je conteste l'expression "plus petit ... jamais conçu par la filiale de Dell"
    0